Fiche Métier de Gendarme de l’Air

Un gendarme de l’Air fait partie de la gendarmerie nationale et répond aux ordres du chef d’état-major de l’armée de l’Air. Sa mission principale consiste à assurer la sécurité de la base aérienne dans laquelle il est affecté. Il effectue des patrouilles, contrôle les accès, veille au respect de la circulation routière, participe au renseignement, et enquête sur les accidents d’aéronefs. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir gendarme de l’air.

Hélicoptère

Synonymes et métiers associés : aviateur de la gendarmerie, gendarme de l’armée de l’air, sous-officier de gendarmerie, gendarme adjoint volontaire, gendarme des transports aériens, gendarme spécialisé en Systèmes d’Information et de Communication (SIC), autres spécialités de la gendarmerie.
Niveau d’études ou diplômes minimums : BAC ou équivalent pour le concours externe de sous-officier, mais vous pouvez intégrer la gendarmerie sans diplôme en devenant Gendarme Adjoint Volontaire.
Études en alternance : non.
Salaire débutant : 1.607,31€ brut par mois + primes et avantages pour le premier échelon de gendarme sous-officier.
Statut : militaire, placé pour emploi auprès du chef d’état-major de l’armée de l’Air.
Limite d’âge pour le recrutement : 18 ans minimum et 35 ans maximum au 1er janvier de l’année pour passer le concours externe de gendarme sous-officier.

1. Que fait le Gendarme de l’Air : missions, tâches et fonctions
2. Quel est le salaire d’un Gendarme de l’Air, son évolution de carrière
3. Quels diplômes, études, formations, concours pour devenir Gendarme de l’Air
4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir le concours de Gendarme

Gendarmerie - Haut - Servais

  • Réussir les Concours de la Gendarmerie - Documentation Gratuite

  • Informatique et libertés * champs obligatoires.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

1. Que fait le Gendarme de l’Air : missions, tâches et fonctions

1.1 Quotidien d’un Gendarme de la Gendarmerie de l’Air
1.2 Tenue et équipement
1.3 Qualités essentielles, compétences nécessaires
1.4 Débouchés, recrutement, où exercer ce métier
1.5 Horaires, conditions et temps de travail

1.1 Quotidien d’un Gendarme de la Gendarmerie de l’Air

Un gendarme de l’air travaille pour le chef d’état-major de l’armée de l’Air et dépend de la gendarmerie nationale. Il remplit trois types de missions : une mission de sûreté-protection du domaine air, une mission de conseil aux autorités, et une mission de police administrative, militaire, et judiciaire. À travers ces différentes missions, il assure la protection du personnel des bases aériennes, mais aussi celle du matériel et des installations de l’armée de l’air.

  • Mission de sûreté-protection du domaine air :

En surveillant les bases aériennes et les alentours avec des patrouilles, le gendarme de l’air sécurise ces établissements. Il réalise aussi les contrôles d’accès aux différentes entrées de la base. Il travaille également pour le renseignement en recherchant et en collectant des informations qu’il transmet à ses supérieurs et aux autorités concernées.

  • Mission de conseil aux autorités :

Un gendarme de l’air, quel que soit son grade et son statut, doit être en mesure de répondre aux questions de sûreté et de protection qui concernent les bases aériennes. Il est donc à la disposition des autorités et doit étudier différentes pistes de solutions pour améliorer la sécurité au sein des bases placées sous sa responsabilité.

Il peut aussi apporter son aide aux brigades de la gendarmerie départementale, ainsi qu’aux autres formations spécialisées comme la Gendarmerie des Transports Aériens (GTA) et la gendarmerie maritime par exemple.

  • Mission de police :

– Police Administrative : un gendarme de l’air doit veiller au respect de la circulation routière sur la base aérienne placée sous sa surveillance, mais également à ses abords. Il contrôle aussi la circulation des personnes, en procédant par exemple à des vérifications d’identité et à des fouilles de marchandises. Il peut également être assigné au contrôle transfrontalier en dehors de l’espace Schengen.

Un gendarme de l’air peut effectuer ces surveillances à bord de voitures, mais aussi de vélos, de chevaux, et même de bateaux. Cela dépend des caractéristiques de chaque base aérienne.

– Police Militaire : il doit respecter la déontologie et les règlements militaires et remplir les missions confiées à l’armée de l’air.

– Police Judiciaire : un gendarme de l’air possède les mêmes compétences que les autres gendarmes. Il peut, par exemple, être amené à constater les accidents d’aéronefs militaires, qu’ils soient français ou étrangers.

Un gendarme de l’air travaille sur les bases aériennes, mais également sur les sites qui y sont rattachés. Il peut être affecté en métropole, en outre-mer, et même à l’étranger au sein des dispositifs permanents de l’armée de l’air et des OPEX. Il s’agit d’opérations extérieures sous forme d’interventions des forces militaires françaises en dehors du territoire national.

Brigades spécialisées de le Gendarmerie de l’Air :

Il faut savoir que la gendarmerie de l’air possède des brigades spécialisées. Les gendarmes qui intègrent l’une de ces brigades remplissent des missions spécifiques.

– Gendarme de la brigade motorisée de la gendarmerie de l’air : il a pour mission principale d’assurer les escortes de véhicules imposants, ou alors des transports sensibles. Il intervient pour l’armée de l’Air, et escorte également certaines hautes autorités militaires.

– Gendarme de la section de recherches de la gendarmerie de l’air : c’est lui qui conduit les enquêtes complexes et sensibles. Ces enquêtes peuvent avoir lieu sur le territoire national, ou à l’étranger. Il est également chargé de l’analyse des accidents d’aéronefs militaires de grande ampleur.

– Gendarme de la brigade de gendarmerie de l’air en outre-mer : il intervient aussi à l’étranger et lors des opérations extérieures (OPEX). Il coordonne son action avec la gendarmerie prévôtale, et avec des forces de police ou de gendarmerie locales.

Un gendarme de l’air peut aussi travailler au sein du centre de renseignement opérationnel. Dans ce cas, il a pour mission d’assurer la coordination entre les unités subordonnées et le commandant de la gendarmerie de l’air. Il analyse également les événements qui concernent l’armée de l’air et la gendarmerie nationale. Il est d’ailleurs en lien avec tous les centres opérationnels du ministère de l’Intérieur.

1.2 Tenue et équipement

Un gendarme de l’air porte la même tenue de service courant que les autres gendarmes : un polo bleu clair à manches courtes ou longues, un pantalon d’intervention bleu foncé, des chaussures montantes, une casquette souple, une veste de service courant ou un blouson polaire pour l’hiver.

Il est reconnaissable grâce à ses galons “air”, qui sont de couleur argentée ou bleue selon le rang de l’agent. Cela permet de le distinguer des aviateurs qui ont un galon de couleur dorée ou orangée.

Un gendarme de l’air peut utiliser le matériel de l’armée de l’air. Il s’agit d’un équipement de haute technologie comme des radars fixes, mobiles ou aéroportés, du matériel de renseignement militaire électromagnétique et visuel, des outils d’alerte pour prévenir les risques nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques, et des Systèmes d’Information et de Communication (SIC) très développés.

Les brigades motocyclistes conduisent des motos BMW 1100 RT, et des Yamaha FJR 1300.

Il faut savoir que, comme tous les autres gendarmes, un gendarme de l’Air est armé : pistolets, fusils à pompe, pistolets mitrailleurs, fusils de précision, fusils d’assaut FAMAS, fusils mitrailleurs, bâtons de défense télescopiques, lanceurs de balles de défense, pistolets à impulsion électrique, grenades, bombes lacrymogènes.

1.3 Qualités essentielles, compétences nécessaires

Un gendarme de l’air est avant tout un militaire. Il doit donc être respectueux de sa hiérarchie et obéir à tous les ordres qui lui sont communiqués. Comme il travaille sur des zones sensibles, il doit être particulièrement vigilant et rigoureux. Il doit avoir un excellent sens de l’observation pour repérer les anomalies et les individus suspects.

Il doit aussi acquérir rapidement une parfaite connaissance du lieu dont il assure la protection, et maîtriser la réglementation qui concerne les aéronefs. Il faut aussi qu’il soit force de proposition, car il a une mission de conseil en matière de sécurité.

S’il travaille au sein de la section de recherches, il doit avoir toutes les qualités d’un bon enquêteur. Il faut qu’il se montre perspicace, et qu’il ait une très bonne connaissance technique du domaine aéronautique.

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer ce métier

Un gendarme de l’air exerce en France métropolitaine, sur les zones transfrontalières, en outre-mer, et parfois même à l’étranger. La gendarmerie de l’Air compte environ 750 membres, les postes sont donc difficiles à obtenir. Ils travaillent dans l’un des services suivants.

  • L’État-major : situé à Vélizy-Villacoublay, sur la base aérienne 107.
  • Les Groupements : au nombre de trois, ils sont situés à Paris (Groupement de Sûreté et de Sécurité de Paris), à Vélizy-Villacoublay (Groupement Nord), à Bordeaux-Mérignac (Groupement Sud).
  • Les Brigades : la gendarmerie de l’air en compte 45, dont huit en outre-mer. Chaque brigade est responsable de la sécurité d’une base aérienne. Parmi elles, il existe cinq brigades motocyclistes situées à Nancy, Vélizy-Villacoublay, Avord, Bordeaux-Mérignac, et Istres. La gendarmerie de l’air possède également une section de recherche, elle aussi située à Vélizy-Villacoublay.
  • Les Détachements : il en existe quatre, installés de manière permanente à l’étranger.

1.5 Horaires, conditions et temps de travail

Un gendarme de l’air est amené à travailler de jour comme de nuit. Il peut également être de garde les week-ends et les jours fériés. Il doit toujours se montrer disponible, et réalise régulièrement des heures supplémentaires.

Les missions d’un gendarme de l’air le conduisent à travailler dans différents environnements : bureau, extérieur, intérieur… Il s’agit d’un métier éprouvant, mais varié et dynamique.

Écusson de la Gendarmerie de l'Air
Écusson de la Gendarmerie de l’Air

2. Quel est le salaire d’un Gendarme de l’Air, son évolution de carrière

2.1 Combien gagne un Gendarme de l’air, rémunération, primes
2.2 Évolution professionnelle d’un Gendarme de l’Air

2.1 Combien gagne un Gendarme de l’Air, rémunération, primes

Un gendarme de l’air gagne le même salaire que les autres gendarmes. Il touche une solde fixe mensuelle en fonction de son corps d’appartenance, de son grade et de son échelon. De nombreuses primes et indemnités viennent s’ajouter à sa rémunération, mais aussi des avantages.

Vous trouverez ci-dessous des ordres de grandeurs des soldes hors primes, et vous pouvez consulter notre dossier sur les salaires dans la gendarmerie pour en savoir plus.

Soldes des Gendarmes Adjoints Volontaires : entre 812€ et 904€ net par mois + 224€ d’allocation mensuelle alimentaire.

Soldes des Sous-officier de Gendarmerie : entre 1.607,31€ brut mensuel au premier échelon du grade de gendarme, et 2.727,27€ brut mensuel au dernier échelon du grade de major.

Soldes des Officiers de Gendarmerie : entre 1.827,55€ brut mensuel pour un sous-lieutenant, et 5.496,71€ brut mensuel au grade de général de division.

2.2 Évolution professionnelle d’un Gendarme de l’Air

Un gendarme peut travailler toute sa carrière au sein de la gendarmerie de l’air. Dans ce cas, son évolution se fera par ancienneté, ou en passant des examens internes pour monter en grade ou changer de corps en devenant officier par exemple.

Il est aussi possible pour le gendarme de l’air de changer de spécialité, ou de rejoindre d’autres groupes de la gendarmerie (GIGN, …).

Enfin, un gendarme peut se reconvertir dans le privé, dans le domaine de la sécurité ou tout autre métier en faisant valoir les compétences acquises lors de ses années de service dans la gendarmerie.

3. Quels diplômes, études, formations, concours pour devenir Gendarme de l’Air

3.1 Concours de Gendarme

Pour devenir gendarme de l’Air, il faut avoir réussi l’un des concours de la Gendarmerie nationale.

  • Concours de Sous-officier de Gendarmerie (niveau BAC ou équivalent) : ce concours compte une phase d’admissibilité, ainsi qu’une phase d’admission. Les candidats doivent passer des épreuves écrites, orales et techniques. Les lauréats suivent ensuite une formation de 12 mois, à l’issue de laquelle ils s’engagent à servir l’État pendant six ans.
  • Concours d’Officier de Gendarmerie (niveau BAC+5 ou équivalent) : tout comme le concours de sous-officier, celui-ci est composé d’une phase d’admissibilité et d’une phase d’admission. Les lauréats du concours intègrent l’École des Officiers de la Gendarmerie Nationale (EOGN) pour y suivre une formation de 24 mois.  

À noter : les candidats qui ne possèdent aucun diplôme ont la possibilité d’intégrer la gendarmerie en tant que Gendarme Adjoint Volontaire (GAV). Ceux qui réussissent les sélections suivent ensuite une formation initiale de 13 semaines, puis une formation de 12 semaines en unité. Les GAV peuvent ensuite choisir de passer le concours interne de sous-officier de gendarmerie.

3.2 Affectation dans la Gendarmerie de l’Air

Il est possible d’obtenir une affectation au sein de la gendarmerie de l’Air dès la sortie de l’école, mais c’est plutôt rare. À la fin de leur formation, les élèves sous-officiers et officiers choisissent leur affectation par ordre de mérite (les mieux classés choisissent en priorité) en fonction de la liste des postes offerts. Si des postes de gendarme de l’Air sont offerts, des élèves pourront les sélectionner.

Ceux qui n’ont pas obtenu leur affectation directement en fin de formation devront attendre qu’un appel aux candidatures soit diffusé. Les recrutements sont ouverts dans le cadre de mutations internes, sur proposition de vacance de poste. Un gendarme souhaitant intégrer la gendarmerie de l’Air pourra alors postuler à cette offre. Le recrutement d’un nouveau gendarme de l’air dépend de sa motivation, de son expérience, et de ses compétences.

4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir le Concours de Gendarme

Comme nous venons de le voir, pour devenir gendarme de l’air, il faut réussir un des concours de la gendarmerie. Mais les candidats sont nombreux, et si voulez réussir vous devez être mieux préparé que les autres candidats !

Vous pouvez préparer les concours tout seul en achetant des livres et annales de concours. Mais pour augmenter vos chances d’être reçu au concours et avoir un gros avantage sur les autres candidats, la meilleure solution est de vous inscrire à une formation préparatoire.

Une formation en ligne pour réussir le concours de sous-officier de gendarmerie vous permet de vous préparer à distance. Vous pouvez vous connecter à votre espace élève de n’importe quel endroit, quand vous le souhaitez, et à votre rythme. Idéal pour les personnes qui habitent de petites villes, qui travaillent en parallèle, qui veulent se reconvertir ou qui n’arrivent pas à étudier toutes seules sans cadre.

C’est une formation de qualité, 90% des élèves sont satisfaits de leur préparation au concours de gendarme.

N’hésitez pas à demander une documentation gratuite en remplissant le formulaire ci-dessous, c’est sans engagement :

Gendarmerie - Bas - Servais

  • Demandez de suite votre Documentation Gratuite

  • Informatique et libertés * champs obligatoires.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.