Fiche métier de Gendarme Départemental

Un gendarme départemental est chargé d’assurer la sécurité publique à travers différentes missions de police judiciaire, administrative et militaire. Il veille au respect du code de la route, effectue des missions de surveillance générale, constate des délits, interpelle les auteurs, et prend également part à des enquêtes. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir gendarme départemental.

Réservistes de la Gendarmerie
Gendarmes en patrouille.

Synonymes et métiers associés : sous-officier de gendarmerie, officier de gendarmerie, Gendarme Adjoint Volontaire (GAV).
Niveau d’études ou diplômes minimums : BAC ou équivalent pour le concours externe de sous-officier, mais vous pouvez rentrer dans la gendarmerie sans diplôme en devenant gendarme adjoint volontaire.
Études en alternance : non.
Salaire débutant : 1.607,31€ brut par mois + primes et avantages pour le premier échelon de sous-officier.
Statut : militaire, rattaché pour emploi au ministère de l’Intérieur.
Limite d’âge pour le recrutement : 18 ans minimum et 35 maximum au 1er janvier de l’année pour passer le concours externe de gendarme sous-officier.

1. Que fait le Gendarme de la Gendarmerie Départementale : missions, tâches et fonctions
2. Quel est le salaire d’un Gendarme Départemental, son évolution de carrière
3. Quels diplômes, études, formations, concours pour devenir Gendarme Départemental
4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir les concours de la Gendarmerie

Gendarmerie - Haut - Servais

  • Réussir les Concours de la Gendarmerie - Documentation Gratuite

  • Informatique et libertés * champs obligatoires.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

1. Que fait le Gendarme de la Gendarmerie Départementale : missions, tâches et fonctions

1.1 Quotidien d’un Militaire de la Gendarmerie Départementale
1.2 Tenue et équipement
1.3 Qualités essentielles, compétences nécessaires
1.4 Débouchés, recrutement, où exercer ce métier
1.5 Horaires, conditions et temps de travail

1.1 Quotidien d’un Militaire de la Gendarmerie Départementale

Un gendarme départemental est un militaire en charge de la sécurité publique. Il exerce trois types de missions : des missions de police judiciaire, réalisées sous le contrôle de l’autorité judiciaire (le parquet et les juges d’instruction), des missions de police administrative, sous le contrôle de l’autorité administrative, et des missions militaires. Il peut exercer ses missions militaires et de police judiciaire sur l’ensemble du territoire national.

  • Missions de police judiciaire :

– constater des infractions,
– rassembler des preuves,
– rechercher et interpeller les auteurs d’infractions à la loi pénale,
– conduire, ou prendre part à des enquêtes judiciaires, selon le grade et l’expérience du gendarme départemental.

Dans le cadre de cette mission, et en sa qualité d’Agent de Police Judiciaire (APJ), le gendarme peut prendre des mesures coercitives comme des saisies, des perquisitions ou des mises en garde à vue.

  • Missions de police administrative :

– assurer la sécurité publique en effectuant des patrouilles de surveillance générale dans des zones sensibles ou des quartiers pavillonnaires,
– prendre part aux opérations de maintien de l’ordre, par exemple lors de manifestations sportives ou culturelles,
– porter assistance et secours aux personnes en difficulté, comme lors d’opérations de secours en montagne,
– accueillir le public au sein de la gendarmerie et répondre aux demandes des citoyens,
– sensibiliser les automobilistes et les jeunes aux différents dangers de la route, mais également à ceux liés à la consommation d’alcool et de stupéfiants.
– mener des opérations de protection de l’environnement, en luttant par exemple contre les actes de pollution et les décharges sauvages, et en dressant des contraventions si nécessaire,
– réguler la circulation routière et veiller au respect du code de la route en réalisant des contrôles et en relevant les infractions, mais aussi constater les accidents de la route et sécuriser le périmètre. Un gendarme départemental peut demander l’aide et l’expertise d’unités motorisées et d’hélicoptères s’il juge cela utile. Cela peut servir à évacuer des blessés graves, ou à surveiller le réseau routier.

La police administrative regroupe toutes les mesures qui permettent d’éviter ou de faire cesser les troubles à l’ordre public. Elle est parfois liée à la mission de police judiciaire.

  • Missions militaires :

– assurer une mission de police aux armées,
– consolider le lien entre l’armée et la nation,
– agir lors de crises graves comme des attentats, un gendarme doit toujours se tenir prêt à être mobilisé,
– assurer la sécurité des voies de communication et des itinéraires,
– prendre part au renseignement en cherchant à recueillir des informations sensibles,
– aider les autorités et les administrations militaires,
– participer aux OPEX, c’est-à-dire aux opérations extérieures à l’étranger, que ce soit en prévôtés ou en affectations particulières, au bénéfice de la coopération internationale lors d’événements majeurs.

Un gendarme départemental est très présent sur le terrain. Il est en contact direct avec la population, mais également avec les élus locaux, les chefs d’établissements scolaires, ainsi qu’avec les autres acteurs de la vie locale et associative. Il sert de médiateur et porte les messages et les requêtes qui lui sont confiés aux personnes concernées.

S’il intègre un service spécialisé, un gendarme départemental peut être amené à réaliser des missions particulières. Il peut s’agir de secours en montagne, de protection des sites nucléaires, de surveillance des littoraux, d’investigations en milieu souterrain, de recrutement des futurs gendarmes, ou encore de lutte contre l’économie souterraine.

1.2 Tenue et équipement

Un gendarme départemental porte la même tenue que les autres gendarmes. Celle-ci se compose d’un polo bleu clair à manches courtes ou longues (avec l’insigne de la gendarmerie au dos), un manteau bleu, épais ou léger selon la saison, un pantalon bleu marine, une casquette souple bleu marine, des bottines souples noires.

Un gendarme départemental est armé, il a à sa disposition un armement varié pour faire fasse à des menaces diverses : flashball, bombe lacrymogène, taser, grenade défensive, matraque, arme de poing, arme d’épaule.

Comme il se déplace beaucoup, que ce soit pour effectuer des patrouilles ou pour porter assistance, des véhicules de la gendarmerie sont à sa disposition. Il s’agit, le plus souvent, de voitures de type citadines ou break, mais en fonction de ses missions et de sa spécialité, il peut avoir des véhicules spécifiques.

Il possède également un équipement qui varie en fonction de sa spécialité.

1.3 Qualités essentielles, compétences nécessaires

Un gendarme départemental doit faire preuve d’une grande disponibilité, car il peut être mobilisé à tout moment. Il doit se montrer exemplaire, car c’est un représentant de la loi, et respecter la déontologie propre à la gendarmerie, ainsi que ses supérieurs. Comme tous les autres membres de l’armée, il doit exécuter les ordres sans discuter.

Ayant un rôle de médiateur, le gendarme départemental doit posséder de grandes qualités humaines et relationnelles. Il doit savoir écouter, se montrer patient et ferme afin de résoudre des conflits, de recueillir des renseignements, et de régler des situations complexes. Il faut d’ailleurs qu’il ait un bon sens de l’observation pour comprendre quel est le fond du problème, et qu’il sache faire preuve d’initiative et d’imagination pour en venir à bout. Il doit donc posséder de grandes qualités en matière de communication, et apparaître comme une personne de confiance.

Il faut également qu’il aime le changement et qu’il soit polyvalent. Il doit d’ailleurs être en excellente condition physique pour pouvoir intervenir lors de conflits ou d’interpellations musclées. Il faut donc qu’il sache faire preuve de sang-froid lorsque des situations compliquées et dangereuses se présentent à lui.

Un gendarme départemental doit aussi avoir une excellente connaissance des réglementations en vigueur, afin de les faire respecter.

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer ce métier

Un gendarme départemental peut être affecté au sein de l’une des 13 unités territoriales, réparties dans chaque région administrative. Il travaille alors dans un groupement de gendarmerie départementale, qui correspond à l’échelon administratif du département, ou dans une compagnie de gendarmerie départementale, qui correspond quant à elle à l’échelon administratif d’un arrondissement.

Un gendarme départemental peut également exercer dans des établissements centraux, dans des établissements de coopération, au sein d’écoles de l’armée, ou encore au sein d’offices centraux comme l’Office Central de Lutte contre les Atteintes à l’Environnement et à la Santé Publique (OCLAESP), l’Office Central de Lutte contre la Délinquance Itinérante (OCLDI), l’Office Central de Lutte contre les Crimes contre l’Humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCH), ou encore l’Office Central de Lutte contre le Travail Illégal (OCLTI). Cela dépend des postes disponibles, mais aussi de son domaine de spécialité et de ses souhaits.

Il peut aussi travailler dans un service spécialisé :

Il est recruté dès sa sortie de l’école de gendarmerie. C’est un métier accessible, qui recrute régulièrement. Les départs à la retraite sont remplacés, et de nouveaux postes sont créés. Il existe actuellement environ 62.000 gendarmes départementaux.

1.5 Horaires, conditions et temps de travail

Un gendarme départemental travaille principalement la journée, mais il peut être de garde certains week-ends et jours fériés. Il doit également se montrer disponible. Le travail de nuit est possible, souvent selon un système d’astreintes.

Les conditions de travail sont bonnes, même si le gendarme peut faire face à des situations dangereuses et à des conditions difficiles (agressivité, travail en extérieur parfois physique, etc.).

Gendarme devant un ordinateurordinateur

2. Quel est le salaire d’un Gendarme Départemental, son évolution de carrière

2.1 Combien gagne un Gendarme Départemental, rémunération, primes
2.2 Évolution professionnelle d’un Gendarme Départemental

2.1 Combien gagne un Gendarme Départemental, rémunération, primes

Le salaire d’un gendarme départemental (solde) est fixé en fonction de son corps d’appartenance (sous-officier, officiers…), son grade et son échelon de progression dans la grille indiciaire.

À cela, il faut ajouter de nombreuses primes, indemnités et avantages pour connaître le salaire total d’un gendarme.

Pour vous donner un ordre d’idée, voici un aperçu des soldes hors primes dans la Gendarmerie :

– Soldes des Gendarmes Adjoints Volontaires : entre 812€ et 904€ net par mois + 224€ d’allocation mensuelle alimentaire.

– Soldes des Sous-officier de Gendarmerie : entre 1.607,31€ brut mensuel au premier échelon du grade de gendarme, et 2.727,27€ brut mensuel au dernier échelon du grade de major.

– Soldes des Officiers de Gendarmerie : entre 1.827,55€ brut mensuel pour un sous-lieutenant, et 5.496,71€ brut mensuel au grade de général de division.

2.2 Évolution professionnelle d’un Gendarme Départemental

Comme tout gendarme, il peut monter en grade pour faire évoluer sa rémunération et ses responsabilités. L’évolution peut se faire grâce à l’ancienneté ou en passant des examens internes. Le gendarme départemental peut aussi demander à rejoindre des unités spécialisées, mais dans ce cas, il devra démontrer que sa motivation et ses compétences correspondent.

Il peut aussi choisir de quitter la gendarmerie nationale (après minimum 6 ans de service pour un sous-officier), et rejoindre d’autres forces de sécurité, ou un travail dans le civil. Il sera alors aidé dans sa reconversion.

3. Quels diplômes, études, formations, concours pour devenir Gendarme Départemental

Pour devenir gendarme départemental, il faut passer le concours de Sous-Officier de Gendarmerie (SOG) ou le concours d’Officier de Gendarmerie (OG). Il faut avoir un niveau BAC minimum pour le premier et un niveau BAC +5 pour le second.

Ceux qui n’ont aucun diplôme ou qui ne sont pas sûrs de vouloir faire carrière dans la gendarmerie peuvent passer les sélections de Gendarme Adjoint Volontaire (GAV). Devenir GAV permet de voir la réalité du métier de gendarme en devenant l’équipier des sous-officiers.

Pour cela, il faut déposer un dossier d’inscription en ligne ou au format papier. Il est nécessaire d’avoir au minimum 17 ans, et au maximum 26 ans.

Le candidat doit ensuite se rendre à une séance d’information et à un entretien. Si son profil est retenu, il est convoqué dans un centre sélection où il passe des tests psychotechniques, ainsi que des épreuves de compréhension de texte, de connaissance de la langue française et de culture générale. Il doit aussi rédiger une lettre de motivation.

S’il réussit les tests, il est affecté à une école de formation où il bénéficiera d’une formation de 13 semaines, avant de rejoindre son unité d’affectation où il sera également formé pendant 12 semaines.

Par la suite, un GAV peut s’inscrire au concours interne de SOG, et ainsi, devenir un véritable gendarme.

Le concours de sous-officier de gendarmerie se compose d’une phase d’admissibilité, et d’une phase d’admission. Il est réservé aux candidats qui ont au minimum 18 ans, et maximum 35 ans. Les candidats doivent se soumettre à des épreuves écrites, orales et techniques. Les lauréats sont ensuite formés pendant 12 mois, et s’engagent à servir l’État pendant 6 ans.

Ce concours est également composé d’épreuves écrites, sportives et orales. Il permet d’intégrer l’École des Officiers de la Gendarmerie Nationale (EOGN), située à Melun (77). La formation d’officier dure 24 mois.

Qu’il soit sous-officier ou officier, le gendarme choisit son affectation en fin de scolarité en fonction des places disponibles et de son rang dans le classement. Pour devenir gendarme départemental, il suffit donc de sélectionner le poste que l’on désire. Si un gendarme n’obtient pas l’affectation qu’il souhaite, il peut, après quelque temps demander une mutation interne.

Tout au long de sa carrière, un gendarme départemental peut évoluer en montant en grade, mais aussi se spécialiser afin d’intégrer des services spécifiques au sein de la gendarmerie départementale, ou de la gendarmerie nationale. Un gendarme départemental peut également décider de quitter ce domaine d’activité, afin de devenir consultant privé en matière de sécurité.

4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir les Concours de la Gendarmerie

Pour travailler dans la gendarmerie, la première étape est de passer le concours de sous-officier, le concours d’officier ou les épreuves de gendarme adjoint volontaire. Mais les candidats sont nombreux, et si voulez réussir vous devez être mieux préparé que les autres candidats !

Vous pouvez préparer les concours tout seul en achetant des livres et annales de concours. Mais pour augmenter vos chances d’être reçu au concours et avoir un gros avantage sur les autres candidats, la meilleure solution est de vous inscrire à une formation préparatoire.

Une formation en ligne vous permet de vous préparer à distance à réussir vos épreuves. Vous pouvez vous connecter à votre espace élève de n’importe quel endroit, quand vous le souhaitez, et à votre rythme. Idéal pour les personnes qui habitent de petites villes, qui travaillent en parallèle, qui veulent se reconvertir ou qui n’arrivent pas à étudier seules sans cadre.

C’est une formation de qualité, 90% des élèves sont satisfaits de leur préparation au concours de gendarme.

N’hésitez pas à demander une documentation gratuite en remplissant le formulaire ci-dessous, c’est sans engagement :

Gendarmerie - Bas - Servais

  • Demandez de suite votre Documentation Gratuite

  • Informatique et libertés * champs obligatoires.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.