Fiche métier de Policier de la Brigade des Stupéfiants

Un policier, ou une policière, de la Brigade des Stupéfiants (BS) lutte contre la consommation et le trafic de stupéfiants. Il intervient lors de missions de répression afin de démanteler des réseaux de quartier, et des filières organisées sur le plan national ou international.

Il coordonne également les opérations menées par d’autres acteurs engagés dans cette même lutte, et prend part à des missions de sensibilisation et de formation. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir policier de la brigade des stupéfiants.

Policier des Stups

Synonymes et métiers associés : policier des stups, gardien de la paix, officier de police, officier de police judiciaire, douanier, enquêteur, détective privé, policier de la criminelle, opj de gendarmerie.
Niveau d’étude ou diplôme minimum : niveau BAC pour le concours externe de gardien de la paix, mais possibilité de passer le concours interne sans diplôme.
Salaire débutant : 2.114,15€ net par mois (2ème échelon gardien de la paix en Ile de France IR 3%).
Statut : fonctionnaire d’Etat de la filière police, sécurité.
Limite d’âge pour le recrutement : entre 17 ans et 35 ans au 1er janvier de l’année pour passer les concours externes de gardien de la paix et d’officier (sauf exception).

1. Que fait le Policier d’une Brigade des Stupéfiants, missions, tâches et fonctions
2. Quel est le salaire d’un Policier en Brigade des Stupéfiants, son évolution de carrière
3. Quels diplômes, études, formations, concours pour devenir Policier des Stups
4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir les Concours de la Police Nationale

Police Nationale - Haut - Servais

  • Réussir les Concours de la Police Nationale - Documentation Gratuite
  • Informatique et libertés * champs obligatoires.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

1. Que fait le Policier d’une Brigade des Stupéfiants, missions, tâches et fonctions

1.1 Quotidien de ce métier

Un policier de la Brigade des Stupéfiants (BS) est engagé dans la lutte contre les stupéfiants, mais aussi contre tous les actes de délinquance qui en découlent. Il faut savoir que la consommation de certaines drogues, comme le cannabis, la cocaïne et l’ecstasy est en nette progression en France.

La lutte contre la drogue comprend deux aspects essentiels :

  • La lutte contre l’usage de stupéfiants : un policier de la brigade des stups est chargé de lutter contre les individus qui consomment des substances illicites. Il peut également interpeller des personnes qui consomment de l’alcool sur la voie publique et provoquent le désordre.
  • La lutte contre le trafic de stupéfiants : un agent de la brigade des stupéfiants prend aussi part à la lutte contre le trafic local, national et international de stupéfiants. Cela concerne aussi bien les dealers de quartier, que les réseaux organisés. Tous les acteurs qui prennent part de près ou de loin à ce trafic sont visés par la brigade des stupéfiants.

Pour cela, les missions d’une brigade des stupéfiants se divisent en trois grandes parties.

1.1.1 Missions de répression

Le policier lutte contre la consommation et le trafic de drogues. Il applique le code pénal et tente de rassembler des preuves afin d’interpeller toutes les personnes liées à une affaire, et de les présenter à la justice.

Il travaille pour cela en coopération avec l’Office Central de Répression du Trafic Illicite de Stupéfiants (OCRTIS) et prend part à différentes opérations :

  • Il collabore avec des informateurs dans le but d’obtenir des informations précises sur les trafics en cours et les individus qui en sont à la tête.
  • Il étudie une zone sensible ou un quartier, afin de pouvoir déclencher une enquête sur la base d’une analyse précise.
  • Le policier participe à la surveillance générale d’un quartier afin de prendre des dealers en flagrant délit et de les réprimer.
  • L’enquêteur des stups effectues des filatures dans le but de surveiller les faits et gestes de consommateurs réguliers ou d’auteurs de trafics de stupéfiants.
  • Il interpelle, met en garde à vue et auditionne les consommateurs et trafiquants de drogues.
  • Il participe aux enquêtes policières relatives au trafic de stupéfiants afin de démanteler les réseaux.
  • Il effectue des recherches patrimoniales pour savoir quels biens ont été acquis avec de l’argent issu du trafic de stupéfiants.
  • Il opère des saisies de produits stupéfiants, et de matériel nécessaire à en fabriquer.

1.1.2 Missions de coordination

La seconde grande mission d’un policier de la brigade des stupéfiants consiste à coordonner l’ensemble des opérations menées par les services de police qui luttent contre le trafic de substances illicites.

Plusieurs taches lui sont ainsi confiées :

  • Il assure le rôle d’intermédiaire entre l’OCRTIS et les services de police de l’agglomération parisienne, notamment à travers le plan Stups.
  • Il met à jour le fichier régional des objectifs.
  • Il conseille et apporte un soutien technique aux autres services de police impliqués dans la lutte contre les stupéfiants.
  • Il gérer la répartition des compétences entre les différentes directions.
  • Il suit les affaires en cours menées par les douaniers ou par la direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne.

1.1.3 Missions de prévention et formation

Un policier de la brigade des stups a également une mission de formation et de prévention. Celle-ci s’adresse aussi bien à des étudiants qu’à des employés d’une entreprise ou encore à d’autres policiers.

Il est d’ailleurs régulièrement sollicité par d’autres services et administrations, afin d’apporter des conseils en matière de lutte contre la consommation et le trafic de drogues.

Un policier des stups participe aussi à la coopération internationale en apportant ses conseils aux polices du monde entier.

1.2 Tenue et équipement

Un policier de la brigade des stupéfiants porte le même uniforme que les autres policiers, sauf lorsqu’il intervient en civil.

Sa tenue se compose d’un polo bleu ciel ou blanc (manches courtes ou longues selon la saison), d’un pull bleu marine avec une bande blanche horizontale, d’un blouson ou d’un manteau bleu foncé, d’un pantalon bleu marine, d’une paire de rangers noires, d’une casquette souple ou un bonnet avec le sigle de la Police Nationale.

Comme tous les policiers, les agents de la brigade des stupéfiants possèdent une arme de service et divers équipements. Il peut s’agir de différents modèles, adaptés à chaque situation : pistolets Sig Sauer semi-automatique, matraques télescopiques, flash-balls, tasers, grenades de désencerclement, bombes lacrymogènes, fusils à pompe, etc.

Ils disposent aussi de paires de menottes et de gilets pare-balles pour réaliser des interpellations sensibles. Il arrive aussi que les policiers des stups utilisent des chiens policiers (unités cynophiles) pour trouver de la drogue dissimulée.

Un policier de la brigade des stupéfiants a également à sa disposition des véhicules d’intervention. Il peut s’agir de différents modèles de voitures, de véhicules rapides d’intervention, ou encore de camions où entreposer le matériel et réaliser des filatures. Certains véhicules sont sérigraphiés à l’image de la police, alors que d’autres sont banalisés.

1.3 Qualités essentielles, compétences nécessaires

Pour devenir policier de la brigade des stupéfiants, il faut tout d’abord posséder un grand sens de l’observation et une excellente capacité d’analyse. Ce métier implique de suivre des suspects afin de les prendre en flagrant délit. Il faut donc repérer les détails importants et savoir à l’avance ce que les dealers s’apprêtent à faire.

Un agent de la brigade des stups doit aussi savoir faire preuve de réactivité et de sang froid, il peut avoir à réaliser des interpellations sensibles et risquées. Il doit être méthodique et évaluer le danger de chaque situation avant d’intervenir.

Un policier de la BS doit aussi savoir se montrer patient lors des enquêtes, des planques et des filatures qui peuvent durer longtemps. Certaines enquêtes peuvent aboutir après plusieurs mois, voire plusieurs années.

Il faut aussi qu’il apprécie le travail en équipe et accepte le poids de la hiérarchie. S’il doit savoir prendre des initiatives, il faut aussi qu’il respecte les ordres et la déontologie policière. Il doit se montrer exemplaire.

Il est impératif d’être en excellente condition physique. Le travail peut avoir lieu de nuit et implique de nombreuses heures supplémentaires dans des conditions difficiles et inconfortables. Certaines interventions sont musclées et les agents doivent pouvoir se défendre et se protéger tout en interceptant les suspects.

Il faut aussi faire preuve d’une grande discrétion pour ne pas compromettre une enquête. Les techniques d’enquête et d’intervention doivent rester secrètes afin de surprendre les trafiquants. Les agents doivent également être inventifs car les dealers peuvent dissimuler la drogue dans des endroits surprenants comme des fonds de chaussures ou de boites de conserve.

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer ce métier

Un policier des stups peut travailler au sein d’une brigade des stupéfiants dépendant d’une Direction Interrégionale de la Police Judiciaire (DIPJ), d’une Direction Régionale de la Police Judiciaire (DRPJ), ou alors d’un Service Régional de Police Judiciaire (SRPJ).

Il peut alors intégrer une section d’enquête et de coordination, ou alors un groupe opérationnel d’une section d’initiative. Un policier de la BS peut aussi rejoindre la brigade des stupéfiants de Paris.

1.5 Horaires, conditions et temps de travail

Un agent de la brigade des stupéfiants a les mêmes horaires que les autres fonctionnaires de police. Cependant, il est régulièrement amené à effectuer des heures supplémentaires et à travailler à des horaires décalés. Il peut par exemple exercer de nuit, les week-ends ou encore les jours fériés.

Le travail de terrain peut être fatiguant physiquement. Un policier peut réaliser une planque plusieurs heures d’affilée avant de réaliser une intervention risquée puis de rédiger un compte-rendu précis des événements.

Trafiquant de drogue

2. Quel est le salaire d’un Policier en Brigade des Stupéfiants, son évolution de carrière

Un policier des stups gagne un salaire correspondant à des barèmes appelés grilles indiciaires, comme tous les fonctionnaires de police. “Ces rémunérations brutes de bases” dépendent du corps d’appartenance de chaque agent, de son grade et de son échelon dans la hiérarchie.

A cela s’ajoute de nombreuses primes et indemnités qui dépendent du statut de fonctionnaire, de la police nationale, ou de la situation personnelle du policier (lieu d’habitation, etc.).

Le système de rémunération de la police étant relativement complexe, vous pouvez consulter notre guide spécial très détaillé.

Pour vous donner un rapide aperçu, voici quelques exemples de salaires d’agents de police en Ile de FRance (IR 3%) :

  • Gardien de la paix : entre 1.353,52€ (élève) et 2.730,77€ net par mois (12ème échelon).
  • Officier au grade de Capitaine de police : entre 1.357,03€ (élève) et 3.784,64€ net par mois (échelon exceptionnel).

Ces salaires nets incluent la majorité des primes et indemnités, mais il faut y ajouter certaines primes qui dépendent de la situation personnelle de chaque policier (nombre d’enfants, etc.).

Concernant sa carrière, un policier des stups peut gravir les échelons et les grades grâce à son ancienneté, des formations internes ou sur promotion.

Il peut choisir de se spécialiser, rejoindre d’autres unités, ou se reconvertir dans un autre métier de la fonction publique ou du privé.

3. Quels diplômes, études, formations, concours pour devenir Policier des Stups

Il n’est pas nécessaire de suivre des études spécifiques au collège ou au lycée pour devenir agent des stups, mais il faut réussir un concours d’entrée dans la police, et avoir la qualité d’officier de police judiciaire.

Suivant votre niveau d’étude, vous avez plusieurs solutions :

  • Niveau BAC+3 : la préparation du concours d’officier est possible. Lors de votre formation en école, vous validerez directement le bloc officier de police judiciaire. A la sortie de l’école, il est recommandé de gagner en expérience dans un autre service judiciaire, comme par exemple un GAJ (Groupe d’Appui Judiciaire), avant de demander une mutation en brigade des stups.
  • Niveau BAC+5 : vous pouvez préparer le concours de commissaire de police.

Pour exercer au sein des stups, chaque policier doit passer un entretien devant un jury de professionnels. Il expose ses motivations, et met en avant ses compétences / son expérience.

4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir les Concours de la Police Nationale

Comme nous venons de le voir, pour devenir policier d’une brigade des stupéfiants, il faut réussir un des concours de la police. Mais les candidats sont nombreux, et une bonne préparation est indispensable.

Vous pouvez préparer votre concours tout seul en achetant des livres. Mais pour augmenter vos chances d’être reçu au concours et avoir un gros avantage sur les autres candidats, la meilleure solution est de vous inscrire à une formation préparatoire.

Une formation en ligne pour réussir les concours de la police nationale vous permet de vous préparer à distance. Vous pouvez vous connecter à votre espace élève de n’importe quel endroit, quand vous le souhaitez, à votre rythme.

Idéal pour les personnes qui habitent des petites villes, qui travaillent en parallèle, qui veulent se reconvertir ou qui n’arrivent pas à étudier toutes seules sans cadre.

C’est une formation de qualité, 90% des élèves sont satisfaits de leur préparation au concours de policier.

Les inscriptions sont ouvertes toute l’année!

N’hésitez pas à demander une documentation gratuite en remplissant le formulaire ci-dessous, c’est sans engagement :

Police Nationale - Bas - Servais

  • Demandez de suite votre Documentation Gratuite
  • Informatique et libertés * champs obligatoires.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.