Le Service De La Protection de la Police Nationale

Le Service De La Protection de la Police Nationale
5 4 votes

Le Service De La Protection (SDLP) est placé sous l’autorité directe de la Direction Générale de la Police Nationale (DGPN). Il a pour mission d’assurer la protection des plus hautes personnalités politiques et publiques, françaises ou étrangères, comme par exemple le Président de la République. Il intervient en France comme à l’étranger. Le SDLP doit définir et mettre en œuvre des systèmes de sécurité adaptés à chaque situation et à chaque individu.

Logo Service De La Protection
Logo du Service De La Protection (SDLP) © Police Nationale

1. Qu’est-ce que le SDLP, histoire et présentation :
2. Quelles sont les missions du Service De La Protection :
3. Comment est organisé le SDLP :
4. Quels sont les effectifs du SDLP :
5. Quels sont les Équipements, armes et véhicules du SDLP :
6. Comment devenir policier du Service De La Protection : concours, formation, recrutement, salaire :
7. Recevoir une documentation gratuite pour réussir les Concours de la Police Nationale :

1. Qu’est-ce que le SDLP, histoire et présentation :

En 1929, le président Gaston Doumergue suggère de mettre en œuvre de nouvelles mesures d’ordre et de sécurité dédiées aux déplacements du président de la République, par exemple lors des voyages officiels. Il signe d’ailleurs un premier décret à ce moment là. En mars 1935, le Roi Alexandre 1er de Yougoslavie et le ministre Louis Barthou sont assassinés à Marseille. Le Service des Voyages Officiels et de la Sécurité des Hautes Personnalités (SVOSHP) voit alors le jour grâce à une instruction interministérielle. Ce nouveau service est appelé Voyages Officiels, ou VO, au sein de la police.

Lors de la seconde guerre mondiale, c’est la garde personnelle du chef de l’État du gouvernement de Vichy qui assure la protection du maréchal Philippe Pétain. Cette garde compte un peloton motocycliste qui deviendra en 1944 la Section Motocycliste d’Escorte. C’est la Compagnie Républicaine de Sécurité (CRS), qui est responsable de ce service depuis 1948.

Le Groupe Spécial de Protection (GSP) est lui aussi créé sous la seconde guerre mondiale, par René Bousquet. Composée de 247 hommes, cette unité avait alors pour mission d’assurer la sécurité de Pierre Laval. Elle sera dissoute en août 1944.

Après 1945, un groupe de policiers placé sous l’autorité de Raymond Sasia, inspecteur général honoraire de la police nationale et diplômé de l’académie du FBI, est chargé de veiller sur le Général de Gaulle.

En 1994, le ministre de l’Intérieur Charles Pasqua décide de renommer le SVOSHP en Service de Protection des Hautes Personnalités (SPHP). Il prendra son nom définitif en 2013 dans le cadre de la réforme de l’administration centrale des ministères de l’intérieur et de l’outre-mer pour s’appeler Service De La Protection (SDLP). Le SDLP compte alors parmi ses services le Service de Sécurité du Ministère de l’Intérieur (SSMI), ainsi que le Service Central Automobile (SCA).

Le SDLP est représenté par des feuilles de chêne qui symbolisent la virilité, la force, l’endurance, la longévité et la justice. Ces feuilles sont placées tout autour de l’hôtel Beauvau, là où se trouve le ministre de l’Intérieur. Au centre du portail apparaissent les initiales RF qui signifient République Française et symbolisent les valeurs de la république. Un ruban, issu de l’ancien logo du SPHP, laisse apparaître le mot protection qui n’est autre que la devise et la mission principale du SDLP.

2. Quelles sont les missions du Service De La Protection :

La principale mission du SDLP consiste à assurer la sécurité des plus hautes personnalités politiques du territoire français.

Cette mission regroupe plusieurs objectifs :

. Veiller à la protection du président de la République et des membres du gouvernement.

. Assurer la protection des chefs d’États ou des membres de gouvernements étrangers, en visite d’État sur le territoire national.

. Mettre en œuvre des dispositifs de protection et d’accompagnement de sécurité lorsque la vie de certains individus se trouve directement menacée. Les risques et les menaces sont évalués par des services spécialisés, et les mesures de protections sont décidées par le ministre de l’Intérieur en personne.

. Prendre part à l’organisation et à la coordination de tous les grands événements internationaux.

. Assurer les escortes des hautes autorités, mais aussi piloter l’organisation logistique des déplacements et former les agents aux techniques de conduite spécialisée. La SDPL est également responsable du dépannage et de l’assistance technique.

. Sécuriser l’accès aux bâtiments du ministre de l’Intérieur.

Les missions de la SDLP dépendent également de chaque service :

. Etat Major : ce service est responsable du commandement, de la collecte et de la diffusion des informations liées aux missions opérationnelles. C’est lui qui reçoit les demandes de protection et les répartit entre les différents services. Il s’occupe également de sélectionner et de former les agents de police en charge des opérations de protection des personnes.

L’État-major doit aussi gérer la conception et la mise en œuvre des dispositifs de sécurité complexes, en lien avec des événements spécifiques. Il coordonne l’action de l’ensemble des sous-directions, et a un rôle d’intermédiaire avec la police nationale. Il apporte également un regard technique en matière de questions protocolaires lorsque la DGPN le sollicite. Il possède aussi un groupe d’appui des hautes personnalités, ainsi qu’un groupe de formation. Il a aussi à sa disposition une unité des études de sûreté qui lui permet de mener des études d’évaluation de la sécurité de certains bâtiments.

. Groupe de Sécurité de la Présidence de la République (GSPR) : ce groupe est chargé d’assurer la protection du Président de la République. C’est lui qui décide des mesures et des aspects logistiques à déployer lors des escortes et des déplacements. Il intervient en France, mais aussi à l’étranger.

. Sous-Direction de la Protection des Personnes (SDPP) : c’est elle qui est responsable de la sécurité de 130 personnes françaises et étrangères. Elle assure leur protection de manière permanente. Elle protège aussi bien le premier ministre que d’autres membres du gouvernement, mais aussi des personnalités institutionnelles ou civiles qui pourraient être menacées. La SDPP est aussi chargée d’assurer la sécurité des chefs d’états ou de gouvernements étrangers invités sur le territoire. Ses missions s’exercent aussi bien en France qu’à l’étranger.

. Sous-Direction de la Sûreté (SDS) : sa mission principale consiste à sécuriser l’accès à certains bâtiments. Elle est aussi amenée à prendre part aux cérémonies officielles, ainsi qu’aux missions d’honneur et de sécurité, par exemple pour l’hôtel de Beauvau (siège du ministère français de l’Intérieur) ou l’administration centrale. La SDS prend également part à la préparation de certaines cérémonies officielles et commémoratives, ainsi qu’à la réception de délégations étrangères. Elle doit aussi surveiller les personnes placées en garde à vue aux sièges des directions et des services centraux de la police nationale.

. Sous-direction des ressources et des moyens mobiles : c’est elle qui est responsable de la répartition du matériel entre les différents services de la SDLP. Elle a aussi une mission de gestion financière et de contrôle de gestion. Cette sous-direction intervient également dans les problématiques liées aux ressources humaines. Elle s’occupe de la gestion administrative des agents et rédige les règlements d’emploi.

Pour avoir une idée de l’identité des personnes placées sous la protection de la SDLP, voici une liste de quelques noms. Ces personnalités politiques ou publiques bénéficiaient de ce service de sécurité en 2010 : certains anciens ministres comme Dominique de Villepin, Jean-Pierre Raffarin, Pierre Joxe, Jean-Pierre Chevènement, Michel Charasse et Charles Pasqua, mais aussi d’anciennes épouses de présidents comme Danielle Mitterrand et Bernadette Chirac, ou certains candidats à l’élection présidentielle de 2007 tels que François Bayrou et Ségolène Royal. Íngrid Betancourt, ancienne otage et parlementaire, bénéficiait aussi de cette protection, ainsi que la présidente du MEDEF, Laurence Parisot.

Plus récemment, le Service De La Protection a été tristement mis en lumière lors de l’attentat de janvier 2015 contre le journal satirique Charlie Hebdo. Le rédacteur en chef du journal, Stéphane Charbonnier dit “Charb”, disposait en effet d’un accompagnement de sécurité de deux policiers du SDLP. L’attentat a, entre-autre, coûté la vie à l’un d’entre eux, l’officier de sécurité Franck Brinsolaro qui assistait à la conférence de presse du journal, alors que son collègue s’était absenté.

SDLP protégeant Manuel Valls
Membres de la SDLP en arrière plan protégeant Manuel Valls en 2013 ©Claude TRUONG-NGOC

3. Comment est organisé le SDLP :

Le SDLP est composé d’anciens policiers spécialisés qui ont fait le choix de devenir officiers de sécurité. Il est placé sous l’autorité d’un inspecteur général de la police nationale et est organisé de la manière suivante.

a. L’État Major, qui comprend quatre unités différentes :
. L’unité de liaison et de commandement opérationnel,
. L’unité de la logistique opérationnelle,
. L’unité appui et formation : composée du Groupe d’Appui des Hautes Personnalités (GAHP), et du Groupe Formation,
. L’unité des études de sûreté.

b. Le Groupe de Sécurité de la Présidence de la République (GSPR),

c. La Sous-Direction de la Protection des Personnes (SDPP), qui comprend plusieurs divisions elles mêmes constituées de différents groupes :

. La Division des Missions Permanentes (DMP) :

– la Sécurité des personnalités gouvernementales, comprenant : l’accompagnement de sécurité générale, le Groupe de Sécurité du Premier ministre (GSPM), le Groupe de Sécurité du ministre de l’Intérieur (GSMI), le Groupe de Sécurité du ministre des Armées (GSMA), le Groupe de Sécurité du ministre des Affaires étrangères (GSMAE), l’Equipe de Sécurité du ministère de la Justice.

– la Sécurité des personnalités institutionnelles : telles que les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat.

– la Sécurité des personnalités civiles menacées.

. La Division des Missions Temporaires (DMT) :
– les équipes de sécurité générale et de sécurité rapprochée,
– l’antenne de Corse,
– l’antenne de Strasbourg.

d. La Sous-Direction de la Sûreté (SDS),

. Le bureau des badges et de la sécurité,
. Le bureau de la sécurité intérieure,
. L’unité opérationnelle de la sûreté.

e. La Sous-Direction des Ressources et des Moyens Mobiles (SDRMM),

. La division des moyens mobiles,
. La division des ressources.

f. Le Service de Sécurité du Ministère de l’Intérieur (SSMI),

g. Le Service central automobile (SCA),

4. Quels sont les effectifs du SDLP :

Il faut savoir que le service de la protection emploie environ 1.260 officiers de sécurité, qui sont d’anciens policiers spécialisés. Ces agents exercent en Île-de-France, ou au sein de l’une des deux antennes du SDLP situées à Strasbourg et en Corse.

Les femmes sont présentent au sein de ce service spécialisé. Elles représentent environ 12 % des effectifs. Depuis peu, elles accèdent à certains postes clefs. Lors du quinquennat de François Hollande c’était d’ailleurs une femme, nommée Sophie Hatt, qui était à la tête de la direction de la sécurité du président. C’était la première à ce poste.

5. Quels sont les Équipements, armes et véhicules du SDLP :

Les agents du SDLP peuvent être vêtus de différentes manières. Ils peuvent par exemple porter le même uniforme que les agents de la police nationale (pantalon bleu marine, veste bleu marine, bottines).

Mais ils possèdent également des tenues adaptées à chaque mission. Les agents de sécurité qui assurent la protection de hautes personnalités portent par exemple un costume (chemise blanche, pantalon et veste de costume noirs, cravate bleu marine ou rouge, chaussures noires, manteau noir), ou être habillé en civil.

Les agents qui font partie du SDS portent un costume spécifique lors du défilé militaire du 14 juillet. Il s’agit d’une tenue d’honneur semblable à l’uniforme que portaient les policiers au 19ème siècle :
. costume bleu marine,
. double boutonnage,
. shako,
. boucle de ceinturon à l’effigie de Marianne.

Le SDLP possède également un équipement de protection et un armement conséquent :
. bouclier balistique souple,
. gilet porte-plaque,
. pistolet mitrailleur HK UMP,
. fusil d’assaut HK G36,
. lanceurs de balles,
. casques balistiques…

Il dispose aussi de véhicules lui permettant d’assurer des déplacements ou d’entreposer du matériel.

6. Comment devenir policier du SDLP : concours, formation, recrutement, salaire :

Pour intégrer le SDLP, il faut tout d’abord déjà être membre de la police nationale, et remplir certaines conditions :
. faire partie du Corps d’Encadrement et d’Application (CEA) ou du Corps de commandement (CE),
. avoir deux années de services effectifs après la titularisation.

Si vous souhaitez renter dans la police nationale, le plus simple est de réussir le concours de gardien de la paix (niveau BAC), Si vous n’avez pas de diplôme, vous pouvez intégrer la police nationale via les parcours d’adjoint de sécurité ou de cadet de la république.

Les candidats retenus doivent ensuite réussir un ensemble de tests qui se déroulent sur trois jours :
. des épreuves psychotechniques, avec par exemple un parcours de stress,
. des épreuves physiques et d’endurance, comme le test Cooper, un Parcours d’Habileté Motrice (PHM), de la boxe, ou encore du self-défense,
. des épreuves de tir au stand de tir de Rouen,
. une évaluation des connaissances professionnelles,
. une évaluation du niveau d’anglais,
. une évaluation en informatique,
. un entretien avec un jury,
. une évaluation psychologique,
. une épreuve de conduite.

Les premières éliminations ont lieu dès le premier jour d’épreuves. Les lauréats bénéficient ensuite d’une formation spécifique dès qu’ils intègrent le SDLP.

7. Recevoir une documentation gratuite pour réussir les Concours de la Police Nationale :

Comme nous venons de le voir, pour devenir policier du service de la protection, il faut déjà travailler au sein de la police nationale. Pour cela, vous devez passer le concours de gardien de la paix. Mais les candidats sont nombreux, et une bonne préparation est indispensable pour réussir!

Vous pouvez préparer le concours tout seul en achetant des livres (cliquez-ici pour voir les livres disponibles). Mais pour augmenter vos chances d’être reçu au concours et avoir un gros avantage sur les autres candidats, la meilleure solution est de vous inscrire à une formation préparatoire.

Les Cours Servais proposent une formation en ligne que vous pouvez suivre de n’importe quel endroit, quand vous le souhaitez, à votre rythme. Idéal si vous habitez une petite ville, si vous travaillez en parallèle, si vous voulez vous reconvertir ou si vous avez du mal à étudier tout seul sans cadre.

C’est une formation de qualité, 90% des élèves sont satisfait de leur préparation au concours.

N’hésitez pas à demander une documentation gratuite en remplissant le formulaire ci-dessous, c’est sans engagement :