Concours Officier de la Police Nationale

Vous avez toujours rêvé de devenir officier de police ? Nous vous avons préparé le guide complet pour passer le concours d’officier de la police nationale. Il détaille toutes les informations dont vous aurez besoin pour vous inscrire et réussir les concours 2020 d’officier.

Interrogatoire de la Police

Il existe plusieurs corps d’emplois et de grades possibles dans la filière Police Nationale.

Pour débuter sa carrière dans la police nationale, le candidat a plusieurs choix :

  • viser le corps de commandement, le corps des officiers, et débuter directement sa carrière au grade de capitaine de police (nommé lieutenant les 4 premières années après la titularisation).
  • intégrer le corps de conception et de direction, en débutant comme commissaire.

Pour accéder au « corps des officiers », il existe trois types de concours, selon le profil du candidat :

– le concours externe (1er concours) pour les civils détenteurs d’une licence ( niveau BAC+3),
– le concours interne (2e concours) pour les fonctionnaires du ministère de l’Intérieur,
– la Voie d’Accès Professionnelle (VAP) pour les fonctionnaires de police.

1. Conditions d’accès aux Concours d’Officier de la Police Nationale :
2. Date et inscription aux Concours d’Officier 2020 :
3. Épreuves du Concours d’Officier de Police :
4. Recrutement, formation et titularisation des Officiers de Police :

1. Conditions d’accès aux Concours d’Officier de la Police Nationale :

Même si environ 5 % des postes d’officier sont pourvus par des promotions en interne sans concours, près de 95% des officiers de police sont recrutés via plusieurs concours.

Quel que soit le concours (interne ou externe), le candidat doit tout d’abord répondre à certaines conditions :

– être de nationalité française,
– avoir un casier judiciaire vierge de toute condamnation incompatible avec l’exercice du métier visé,
– pour les personnes âgées de moins de 25 ans, avoir accompli la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) ou détenir une attestation provisoire de participation délivrée par le Centre du Service National,
– avoir une bonne moralité (une enquête de bonne moralité est effectuée après l’admission aux épreuves).

1.1 Conditions supplémentaires pour passer le Concours Externe :
1.2 Conditions supplémentaires pour passer le Concours Interne :
1.3 Conditions supplémentaires pour passer le Concours par Voie d’Accès Professionnelle (VAP) :

1.1 Conditions supplémentaires pour passer le Concours Externe :

Pour passer le concours externe des officiers de police, le candidat doit répondre à d’autres conditions spécifiques :

– avoir au maximum 35 ans au 1er janvier de l’année du concours,

– être titulaire d’une Licence (ou un diplôme équivalent BAC+3), ou avoir une expérience professionnelle de 3 ans dans le domaine de la sécurité (ou 2 ans si le candidat détient un diplôme immédiatement inférieur à la Licence, un BTS par exemple),

– être jugé physiquement apte pour le métier de policier par un médecin agrée :

. ne pas être atteint d’une maladie ou d’une infirmité incompatibles avec le métier,
. répondre à un ensemble de conditions (profil SIGYCOP) : vision, audition, état général, psychisme, etc…,
. être apte à porter et à utiliser des armes,
. être apte à travailler de jour et de nuit,
. être négatif au dépistage de produits illicites.

Plusieurs exceptions existent :

– les parents de 3 enfants à charge et les sportifs de haut niveau peuvent se présenter au concours sans avoir de diplôme,

– les parents de 3 enfants à charge, les parents élevant seuls leurs enfants et les sportifs de haut niveau peuvent se présenter au concours sans conditions d’âge,

– la limite d’âge peut être reculée jusqu’à 37 ans sous certaines conditions (1 an par enfant à charge, 1 an par personne handicapée à charge, le nombre d’années passées au service national, etc…),

– la limite d’âge peut être reculée jusqu’à 45 ans dans le cas où le candidat élève ou a élevé pendant au moins 5 ans un enfant de moins de 16 ans.

N’hésitez pas à contacter le numéro d’information sur les carrières de la Police nationale (0800 22 0800) pour savoir si vous pouvez bénéficier d’une de ces nombreuses dérogations.

Environ 50 % des emplois d’officier de police à pourvoir chaque année sont recrutés par concours externe. À titre d’exemple, en 2019, 95 places ont été ouvertes au recrutement par ce concours.

1.2 Conditions supplémentaires pour passer le Concours Interne :

Le concours interne pour devenir officier de police est réservé aux fonctionnaires travaillant depuis 4 ans dans un service affecté au ministre de l’Intérieur.

Au 1er janvier de l’année du concours, le fonctionnaire doit :

– avoir effectué 4 ans de service actif depuis sa titularisation dans ce service ;
– s’il est fonctionnaire actif de la police nationale, être à plus de 11 ans de la limite d’âge du corps d’emploi visé (ne pas avoir plus de 46 ans),
– répondre aux conditions d’aptitude physique.

Environ 20 % des postes ouverts chaque année sont recrutés par le concours interne. À titre d’exemple, 40 places ont été ouvertes au recrutement par ce concours en 2019.

1.3 Conditions supplémentaires pour passer le Concours par Voie d’Accès Professionnelle (VAP) :

Ce concours est destiné aux fonctionnaires de police du corps d’encadrement et d’application (gardien de la paix, brigadier, major) ayant, au 31 décembre de l’année du concours :

– maximum 50 ans,
– au minimum 2 années d’ancienneté dans un ou plusieurs grades de ce corps.

Environ 25 % des emplois à pourvoir sont recrutés par VAP. En 2019, 50 places ont été ouvertes au recrutement par ce dispositif.

2. Date et inscription aux Concours d’Officier 2020 :

Chaque année, une session de recrutement interne et externe est organisée. L’inscription aux concours a habituellement lieu en début d’année, au mois de janvier. La prochaine session aura donc lieu en janvier 2020.

Si l’on se fie au calendrier des précédentes sessions, les épreuves d’admissibilité auront lieu autour de mi-mars, les épreuves de pré-admission début septembre et les épreuves d’admission fin septembre. Les résultats sont généralement rendus publics entre fin septembre et courant octobre.

Les dates définitives des épreuves seront affichées sur le calendrier des concours 2020 sur le site de recrutement de la police.

Pour s’inscrire à l’un des deux concours, le candidat a le choix entre l’inscription en ligne et l’inscription papier. Il est recommandé d’utiliser le service en ligne qui est plus rapide et permet de visualiser et modifier son inscription jusqu’à la date limite d’inscription.

Dans les deux cas, le candidat doit vérifier régulièrement la page des calendriers de concours du site de recrutement de la police nationale. Une fois le calendrier 2020 publié et la date d’inscription ouverte, le candidat sera en mesure de cliquer sur le lien d’inscription qui s’y trouve (“S’inscrire”).

Il peut ensuite remplir le dossier en ligne ou, s’il le souhaite, le télécharger, le remplir à la main et le renvoyer par courrier.

Si le candidat n’est pas en mesure de le télécharger, il peut également retirer le dossier d’inscription au bureau de recrutement du Secrétariat Général pour l’Administration du Ministère de l’Intérieur (SGAMI) de son département.

Si le candidat décide de s’inscrire par dossier papier, il doit le renvoyer rempli et signé au SGAMI avant la date limite d’inscription qui est annoncée dans le calendrier, le cachet de la poste faisant foi.

En ce qui concerne l’inscription à la VAP, la procédure et les dates d’inscriptions sont similaires à celles des concours. Par contre, les premières épreuves n’ont pas lieu en même temps. La phase écrite débute généralement en avril, la phase probatoire début septembre et les oraux début octobre. Les résultats sont affichés mi-octobre.

Le candidat à la VAP doit remplir un dossier supplémentaire dans lequel il détaille son parcours professionnel. Le dossier est téléchargeable sur le site du recrutement de la police nationale après la phase écrite.

Seuls les admissibles devront le remplir. Ils devront renvoyer un exemplaire par voie électronique et un exemplaire par lettre recommandée avec accusé réception. Les coordonnées pour le renvoi sont indiquées au moment de l’affichage des résultats.

Brassard de la Police

3. Épreuves du Concours d’Officier de Police :

Le candidat reçoit une convocation environ 15 jours avant le début des épreuves avec la date, le lieu et les heures de passage aux épreuves. Le candidat doit présenter sa pièce d’identité et sa convocation à son arrivée au centre d’examen.

3.1 Épreuves des Concours Interne et Externe :
… 3.1.1 Épreuves d’Admissibilité :
… 3.1.2 Épreuves de Pré-Admission :
… 3.1.3 Épreuves d’Admission :
3.2 Épreuves de la VAP :
… 3.2.1 Phase écrite :
… 3.2.2 Stage probatoire :
… 3.3 Phase orale :

3.1 Épreuves des Concours Interne et Externe :

Le concours est composé d’épreuves d’admissibilité (épreuves écrites), d’épreuves de pré-admission (sport) et d’admission (oral). Elles se déroulent en plusieurs phases, généralement de mars à septembre. La plupart des épreuves sont similaires pour les deux concours. Nous vous l’indiquerons lorsque ce n’est pas le cas.

3.1.1 Épreuves d’Admissibilité :

La phase d’admissibilité est composée de 3 épreuves écrites communes aux deux concours (dissertation, cas pratique et QCM) et de 2 épreuves distinctes supplémentaires pour le concours externe et d’une épreuve supplémentaire pour le concours interne.

La qualité de la rédaction (orthographe, syntaxe, etc.) et l’esprit de synthèse sont pris en compte dans la notation. Pour les épreuves de rédaction, il n’est pas indispensable de rédiger un plan formel même s’il est recommandé d’avoir un plan en tête pour faciliter la rédaction.

3 Épreuves communes aux concours externe et interne :

  • Dissertation de culture générale (coefficient 4) :

L’épreuve dure 4 heures. Le sujet, d’ordre général, est lié à l’évolution des idées et des événements politiques, économiques et sociaux en France et dans le monde à partir du XXe siècle.

Exemple de sujets :

– Sujet 2018 : “Notre maison brûle et nous regardons ailleurs”. Commentez cette citation de Jacques Chirac lors de l’assemblée plénière du IV du Sommet de la Terre à Johannesburg (Afrique du Sud) le 2 septembre 2002.
– Sujet 2017 : “Comment l’évolution du travail transforme-t-elle notre société ?”.
– Sujet 2016 : “La culture, est-elle une affaire d’État ?”.
– Sujet 2015 : “Peut-on admettre l’insécurité dans nos sociétés contemporaines ?”.

  • Résolution d’un cas pratique (coefficient 3) :

À partir de plusieurs documents administratifs et de graphiques d’une trentaine de pages maximum, le candidat a 4 heures pour proposer des solutions à la problématique qui lui ait proposé. Il doit être capable de se projeter dans cette situation, de proposer des solutions pour résoudre cette situation et d’argumenter ses propositions.

Exemple de cas pratiques (annales 2018) :

“Vous êtes lieutenant de police, affecté(e) à la circonscription de la sécurité publique de Saint-Denis. Vous êtes affecté(e) au service chargé de l’ordre public et de la sécurité routière.

Votre chef de service vous demande de lui préparer une fiche technique synthétisant les mesures qu’il devra évoquer lors de la réunion qui se tiendra prochainement à la Préfecture de Seine-Saint-Denis pour préparer la finale de la Coupe de la ligue entre Bordeaux et Lyon le 5 mai prochain.

Il vous suggère d’insister sur les dispositions concernant l’organisation de la billetterie du match, les prescriptions à formuler aux clubs et la Ligue de football professionnel dans le cadre de cette rencontre.”

10 documents au total ont été mis à disposition du candidat pour ce cas pratique. Exemple de documents :

– deux plans des cheminements vers le stade de France et un plan du stade,
– code de la sécurité intérieur et article de presse “qui est responsable après les incidents d’un match de football”,
– service public.fr “Interdiction de stade” et “Interdiction de déplacement”.

  • Questionnaire à Choix Multiple (QCM) ou à réponses courtes (coefficient 3) :

Le candidat a 1 heure pour répondre à des questions de connaissances générales portant sur :

– l’actualité politique française et internationale,
– les institutions politiques françaises et européennes et leur fonctionnement,
– les règles de la citoyenneté,
– l’organisation et les missions des services de la police et du ministère de l’Intérieur.

Exemple de questions :

Annales 2018 :

– La zone d’aménagement différée de Notre Dame des Landes (5 points).
– Les accords de Schengen et leurs évolutions (9 points).
– La Catalogne, du référendum du 1er octobre 2017 aux élections de décembre 2017 (6 points).

Annales 2017 :

– Le médiateur interne de la police nationale : rôle et saisine (5 points).
– Le plan VIGIPIRATE : évolution depuis sa création et modalités de mise en œuvre (5 points).
– La Loi portant sur la Nouvelle Organisation du Territoire de la République (8 points).

2 points sont attribués pour l’orthographe, la grammaire et la syntaxe.

2 épreuves écrites supplémentaires pour le concours externe :

  • Questionnaire à choix multiple ou à réponses courtes (coefficient 2) :

Les questions portent sur le droit administratif général et les libertés publiques. L’épreuve dure 1 heure et est notée sur 20.

Exemple de questions :

Annales 2018 :

– La responsabilité pour faute : la faute de service, définition et appréciation (10 points).
– Les compétences du Préfet de département (10 points).

Annales 2017 :

– La liberté de manifestation, définition et procédure (14 points).
– Le Tribunal des conflits, le règlement des conflits positifs (4 points).

2 points sont attribués pour l’orthographe, la grammaire et la syntaxe.

  • Composition sur le droit et la procédure pénale (coefficient 2) :

L’épreuve dure 3 heures et est notée sur 20. Le candidat doit rédiger un essai sur un sujet portant sur le droit et la procédure pénale. Pour cette épreuve, le candidat est autorisé à apporter le code pénal, le code de procédure pénale, le code de la sécurité intérieure et les recueils de lois (sans aucune autre note que les références aux textes législatifs).

Exemple de sujets :

– Sujet 2018 : La légitime défense.
– Sujet 2017 : Les privations de liberté avant jugement.
– Sujet 2016 : L’entraide répressive européenne.

1 Épreuve écrite supplémentaire pour le concours interne :

  • Questionnaire à Choix Multiple (QCM) ou à réponses courtes (coefficient 3) :

L’épreuve dure 1 heure. Le candidat a le choix entre une série de questions sur le droit et la procédure pénale, ou, le déminage (pyrotechnie, intervention sur des objets suspects et technologie des munitions).

Exemple de questions sur le droit pénal (annales 2018) :

– Les extensions de compétence (4 points).
– Le droit au silence (5 points).
– L’empoisonnement (5 points).
– Les cas de recours en révision des condamnations pénales (5 points).

1 point est attribué pour l’orthographe, la syntaxe et la grammaire.

Exemple de questions sur le déminage (annales 2018) :

– Suite à l’échec d’une tentative de vol à main armée par emploi d’un cadre explosif sur un fourgon de transport de fond, une équipe de déminage est saisie et se rend sur place. Quel va être son rôle, dans quel cadre juridique intervient-elle ? (4 points).

– Suite à la découverte d’un objet suspect sur la voie publique, quelles sont les mesures à prendre concernant l’objet, ainsi que le public et les lieux ? (4 points).

– Suite au classement suspect d’un bagage de cabine par imagerie rayon X, lors du contrôle au point d’inspection et de filtrage de l’aéroport de Roissy Terminal 2, quelle procédure d’intervention va être mise en place par les démineurs ? (4 points).

– Quelles sont les fusées à temps à mouvement d’horlogerie équipant les obus de DCA Allemands seconde guerre. Quels sont leurs critères d’identification et les dangers de ces fusées ? Réaction en cas de découverte d’une munition tirée non explosée gréée de ce système d’armement (4 points).

– Quelles sont les familles d’agent chimique de combat utilisées par la France au cours de la première guerre mondiale. Donner les critères de reconnaissance et calibre des obus français chargés de tels produits (4 points).

3.1.2 Épreuves de Pré-Admission :

Elles sont composées de 2 épreuves sportives (coefficient 3) communes aux 2 concours. Une note inférieure à 7/20 à l’une de ces épreuves est éliminatoire.

  • Parcours d’Habilité Motrice (PHM) :

La première épreuve est un Parcours d’Habilité Motrice (PHM). Le candidat devra franchir 10 ateliers. À partir du 2e atelier, le parcours est chronométré. Le candidat doit donc réaliser les 9 ateliers le plus vite possible.

S’il ne parvient pas à franchir une étape, il est sanctionné d’une pénalité de 5 à 30 secondes. Sa note finale est comptabilisée en fonction de son chronomètre et de ses pénalités.

1 – Sur une distance de 20 mètres, le candidat doit porter un sac de 25 kg pour les femmes et 40 kg pour les hommes. Il a maximum 3 minutes pour franchir cette étape. Après 3 tentatives, il est pénalisé d’un point sur sa note finale.

2- Faire une série de flexions-extensions (pompes), 3 pour les femmes et 5 pour les hommes.

3 – Franchir des haies, d’une hauteur de 61 cm pour les femmes et de 71 cm pour les hommes.

4 – Parcourir en équilibre une poutre de 5 mètres.

5 – Franchir un parcours de cerceaux, en alternant un pied dans chaque cerceau.

6 – Effectuer 5 appuis alternés sur un banc de 65 cm, successivement 1 pied sur le banc et 1 pied sur le sol.

7 – Franchir 2 chevaux en mousse d’une hauteur de 120 cm.

8 – Progresser sur une échelle horizontale sans appui ou rester en suspend à un barreau pendant 20 secondes.

9 – Ramper sous un appareillage formant un tunnel de 3 mètres.

10 – Slalomer pour contourner des cônes, alternativement à sa droite et à sa gauche.

L’abandon en milieu de parcours ou le refus du candidat à réaliser un atelier entraînera une note de 0/20 pour l’ensemble du parcours.

  • Test d’Endurance Cardio-Respiratoire (TECR) :

Lors de la seconde épreuve, le candidat doit accomplir des allers-retours en courant sur une distance de 20 mètres à une vitesse qui s’accélère progressivement suivant des paliers.

Pendant les 2 premières minutes, le candidat court à une allure constante modérée de 8 km/h. La vitesse augmente progressivement toutes les minutes.

Un bip sonore indique le rythme que le candidat doit prendre pour effectuer les 20 mètres. Il doit réguler sa vitesse pour être au moins à deux mètres d’une des deux extrémités des 20 mètres à chaque fois que le bip retentit. Le rythme s’accélère toutes les minutes.

Lorsque le candidat s’arrête ou s’il ne parvient plus à être dans la zone d’admissibilité lorsque le bip retentit, l’épreuve s’arrête. Le candidat est noté en fonction du dernier palier qu’il a validé.

Pour obtenir une note supérieure à 7/20 et éviter l’élimination, une femme doit valider le palier des 4’15’’, et un homme, le pallier des 6’30’’.

Les résultats aux épreuves sportives sont publiés sur le site de recrutement de la police nationale. Le candidat ayant réussi est convoqué pour participer à la dernière phase de recrutement, les épreuves d’admissibilité.

3.1.3 Épreuves d’Admission :

Il y a 4 épreuves d’admission : des tests psychotechnique, une mise en situation, une épreuve de langue et un entretien oral.

Les épreuves sont communes aux deux concours. Seul le déroulement de l’entretien oral est différent selon le concours.

  • Tests psychotechniques écrits :

Ils ne sont pas notés. Ils consistent en une série de questions d’une durée de 3 heures. Les résultats sont interprétés par un psychologue et donnés au jury. Ils permettront d’aider les examinateurs à comprendre le profil psychologique et la personnalité du candidat.

  • Mise en situation individuelle (coefficient 4) :

L’épreuve dure 1 heure en tout, 30 minutes de préparation et 30 minutes d’examen. Le candidat tire au sort un cas pratique qui décrit une situation problématique fictive. Un dossier de 10 pages maximum accompagne parfois le cas pratique. Il est composé de documents aidant à comprendre les enjeux de la problématique.

Après s’être préparé, le candidat présente oralement son analyse de la problématique et ses réponses pour la résoudre. Après un exposé d’environ 10 minutes, il répond aux questions des examinateurs qui cherchent à évaluer ses compétences comportementales.

Le candidat n’est pas jugé sur ses capacités techniques à résoudre la situation, mais sur sa capacité à établir des relations, à collaborer, à accepter l’autorité. Il est également évalué sur ses valeurs.

  • Épreuve orale de langue étrangère (coefficient 3) :

À l’inscription au concours, le candidat doit choisir une langue étrangère parmi l’allemand, l’anglais, l’espagnol et l’italien. Le candidat prend connaissance d’un texte dans la langue choisie, puis échange sur ce texte pendant 15 minutes avec le jury.

  • Entretien avec le jury (coefficient 5) :

– Entretien pour le concours externe :

Le candidat tire au sort un sujet d’actualité. Il dispose de 35 minutes pour préparer plusieurs questions d’ordre général sur ce sujet. L’entretien permet au jury d’apprécier les facultés de réflexion et les connaissances du candidat. Les examinateurs cherchent également à évaluer la motivation et l’aptitude du candidat à exercer les missions d’un officier de police.

– Entretien pour le concours interne :

Le candidat débute par un exposé d’environ 5 minutes sur son parcours professionnel. S’ensuit un échange pendant lequel le candidat répond aux questions du jury sur son expérience et sur ses connaissances générales des missions de la police nationale et de son organisation.

Pour conduire l’entretien, le jury dispose du dossier professionnel rendu par le candidat à l’issue de la phase écrite et de la synthèse des tests psychotechniques. Les examinateurs cherchent à apprécier les motivations du candidat, sa capacité à s’exprimer, ses connaissances sur le poste et son environnement.

Une note inférieure à 5/20 est éliminatoire.

3.2 Épreuves de la VAP :

Les épreuves sont composées de 3 phases : la phase écrite, un stage probatoire et une phase orale.

Après la phase orale, les notes du candidat à chaque épreuve sont multipliées par le coefficient des épreuves et additionnées entre elles pour obtenir la note globale du candidat. Cette note permet au jury d’établir la liste des candidats admis et de les classer par ordre de mérite.

3.2.1 Phase écrite :

D’une durée totale de 3 heures, elle est divisée en 2 épreuves :

– QCM : le candidat doit répondre à une série d’environ 80 questions visant à vérifier ses acquis et ses connaissances professionnels. Les questions ont une seule bonne réponse.

– Etude de cas : le sujet énonce une situation problématique. Le candidat doit exposer à l’écrit ses propositions face à cette situation, autrement dit ce qu’il ferait dans cette situation. Cette épreuve permet de vérifier la capacité de réflexion du candidat.

Exemple de QCM (annales 2018) :

– Au 1er janvier 2018, le directeur général de la police nationale est :

. Bruno DALLES
. Eric MORVAN
. Pascal LALLE
. Jean-Marc FALCONE

– En France, l’état d’urgence :

. a été prolongé jusqu’au 1er mai 2018
. a pris fin le 1er novembre 2017
. a cessé au 1er janvier 2018
. est entré en vigueur de façon définitive au 1er janvier 2018

– Lorsqu’un policier fait usage d’une arme à feu ou d’une autre arme à projectile, il doit renseigner :

. GEOPOL
. le FIJAIS
. le TSUA
. le TAJ

– Les Compagnies Républicaines de Sécurité ont pour emblème, depuis leur création :

. un chêne
. une feuille d’érable
. un flambeau
. un aigle

– L’acronyme PNIJ signifie :

. plateforme nationale d’identité judiciaire
. plan national d’intervention judiciaire
. plateforme nationale de recensement des instructions judiciaires
. plateforme nationale des interceptions judiciaires

Exemple de Cas Pratique (annales 2018) :

Cas N°1 : Vous êtes lieutenant de police nouvellement affecté à l’USP nuit. Après avoir refusé une semaine de congé à l’un de vos effectifs en raison des nécessités de service (organisation d’un dispositif d’ordre public pour le Tour de France), vous êtes informé que cet effectif est en arrêt maladie avec sorties non autorisées sur cette même période.

Un effectif de la brigade qui a été rappelé vous indique que son collègue, censé être malade, participe en tant qu’arbitre à un tournoi de football et a mis en ligne, sur les réseaux sociaux, des photos et commentaires de la rencontre qu’il a arbitrée.

Quelles décisions prenez-vous ? Justifiez-les.

Cas N°2 : Vous êtes lieutenant de police, chef du service de sécurité et de proximité. Votre unité a été impliquée dans la mise en place d’un périmètre de sécurité aux abords immédiats des lieux d’un attentat. Cette opération a nécessité le maintien sur place des fonctionnaires au-delà de leur vacation habituelle avec un risque potentiel de sur-attentat et une demande de vigilance accrue.

Depuis, il vous est rapporté le comportement inhabituel d’un jeune gardien de la paix, de plus en plus taciturne et réfractaire lors des missions confiées à son unité. Son chef d’unité précise que ce fonctionnaire ne croit plus en l’efficacité de ses missions.

Quelles vont être vos démarches face à une telle situation ?

Pendant cette phase écrite, les candidats passent également des tests psychotechniques écrits d’une durée de 3 heures. Ils ne sont pas notés, mais seront interprétés par un psychologue. Ils aident le jury à apprécier le profil psychologique du candidat pendant l’entretien oral et à évaluer sa capacité à travailler en groupe.

Les candidats qui ont réussi la première phase sont invités à remplir et renvoyer un dossier professionnel qui servira de base à l’entretien oral de la dernière phase. Il est possible de télécharger un modèle de ce dossier sur le site du ministère de l’Intérieur.

3.2.2 Stage probatoire :

La phase de stage probatoire est composée de plusieurs épreuves de mise en situations, individuelles et collectives. Ce stage se déroule sur une semaine à l’École Nationale d’Application de la Police Nationale (ENSAPN) à Toulouse (31).

  • Mise en situation collective de 90 minutes, suivie d’un exercice individuel d’auto-évaluation de 15 minutes. :

Les candidats sont disposés par groupes de 3. L’interaction collective permet d’apprécier le comportement et l’aptitude du candidat à évoluer en groupe, à créer des relations et à coopérer.

Mais également sa capacité à argumenter, sa réactivité, son écoute et sa faculté d’analyse. L’exercice personnel permet de mettre en avant la capacité de réflexion sur soi du candidat.

  • Deux mises en situations individuelle de 20 minutes chacune, précédée par 20 minutes de préparation :

Le candidat est mis face à des cas pratiques. La première mise en situation (coefficient 2) se fait à partir d’un cas pratique. Cet exercice cherche à apprécier l’esprit pratique, le bon sens, la conscience professionnelle et la capacité relationnelle du candidat.

La seconde est une mise en situation de priorisation (coefficient 2) pour juger des capacités managériales du candidat : organisation, gestion des priorités, gestion du stress, etc.

Ces trois mises en situation sont notées sur 40.

3.3 Phase orale :

Elle est composée d’un entretien oral (coefficient 5) d’environ 30 minutes. Pendant cet entretien, le jury cherche à déterminer si les acquis professionnels du candidat sont suffisants pour exercer ses futures fonctions de commandement.

L’entretien commence par un exposé du candidat de 5 minutes sur son parcours professionnel. À partir de cet exposé et du dossier de validation des acquis de l’expérience professionnelle du candidat, le jury demande des précisions au candidat sur son parcours et sur ses motivations.

Le jury dispose également des résultats des tests psychotechniques interprétés par le psychologue.
L’épreuve est notée de 0 à 20. Une note inférieure à 5 sur 20 est éliminatoire.

4. Recrutement, formation et titularisation des Officiers de Police :

Quel que soit le mode de recrutement utilisé (concours interne, externe, VAP et promotion interne), le lauréat intègre l’École Nationale Supérieure des officiers de Police (ENSP), à Cannes-Ecluses (77), pour y suivre une formation de 18 mois. Il y est hébergé en internat tout au long de sa formation. Dès son arrivée, il s’engage à servir l’État pendant au moins 5 ans à partir de sa titularisation.

Pendant ces 18 mois, il alterne entre enseignements à l’école et stages au sein de différents services de police. Le contenu et le déroulement de la formation sont les mêmes pour tous les élèves.

À l’école (2/3 du temps), il suit des enseignements généraux (commandement, management, droit et procédure pénal, libertés publiques, informatique et bureautique) et des enseignement spécifiques théoriques et pratiques (police de la circulation, police administrative générale et spéciale, techniques radio, police technique et scientifique, armement et tir, gestes d’intervention).

En tant qu’élève, il est rémunéré 1.485€ brut par mois hors primes (environ 1.300€ net avec primes). Après 6 mois de formation, l’élève officier est nommé lieutenant stagiaire. Il est alors rémunéré 1.565€ brut par mois hors primes (environ 1.600€ net par mois avec primes).

A la fin de sa scolarité, s’il est jugé apte, il est titularisé au grade de capitaine de police. Pendant les 4 premières années à ce grade, il est nommé lieutenant de police. Il est alors rémunéré 1.827€ brut par mois hors primes (environ 2.300€ net avec primes).

Les élèves les mieux classés à l’issue de la scolarité choisissent en priorité leur affectation parmi une liste de postes vacants. Le jeune lieutenant sera affecté pendant au moins deux ans au même poste et pendant 5 ans dans la même zone de défense de cette première affectation.