You Are Here: Home » La Brigade Anti-Criminalité de la Police Nationale

La Brigade Anti-Criminalité de la Police Nationale


La Brigade anti-criminalité (BAC) est une unité de la police nationale qui intervient dans les quartiers sensibles pour veiller à l’ordre public ou le rétablir. La BAC est spécialisée dans la petite et la moyenne délinquance.

1. Présentation et historique de la BAC :
2. Que fait la BAC, ses missions :
3. Combien de policiers travaillent dans la BAC, les effectifs :
4. Équipement, armes et véhicules de la BAC :
5. Comment devenir policier de la BAC : concours, formation, recrutement, salaire :
6. Recevoir une documentation gratuite pour réussir le Concours pour entrer dans la BAC :

Brassard Police

Policier en civil avec un brassard.

1. Présentation et historique de la BAC :

La BAC est un service qui dépend de la police nationale française. Il faut savoir qu’il existe deux sortes de Brigades Anti-Criminalité (BAC).

. Les BAC locales : elles sont réparties par Circonscription de Sécurité Publique (CSP), et patrouillent sur une ou plusieurs communes, parfois même sur un arrondissement comme le font les brigades anti-criminalité de Paris. Les agents des brigades locales travaillent principalement en civil.

. Les BAC départementales : elles sont réparties par Direction Départementale de Sécurité Publique (DDSP), ou bien au niveau de la Direction de la Sécurité de Proximité de l’Agglomération Parisienne (DSPAP). Leurs compétences concernent la totalité du département qui leur est attribué, en dehors des zones placées sous la responsabilité de la gendarmerie. Contrairement aux agents des BAC locales, les policiers des BAC départementales exercent en uniforme.

Les BAC départementales se situent à Marseille, à Évreux, à Bordeaux, à Rennes, à Grenoble, à Saint-Etienne, à Agen, à Nancy, à Lille, à Beauvais, à Alençon, à Lyon, à Paris, à Meaux et sud Veaux-le-Pénil, à Viroflay, à Évry, à Nanterre, à Bobigny, à Créteil, à Cergy, à Toulouse, à Carcassonne, à Randan et à Strasbourg.

C’est en 1971 que sont créées les premières BAC départementales, au sein des départements de Paris et de la Seine-Saint-Denis. C’est un ancien haut fonctionnaire aux colonies, Pierre Bolotte, qui en est à l’origine. Ces deux brigades se déploient alors en patrouilles légères ou en unités constituées, selon les événements sur lesquels elles sont dépêchées.

A la même époque, les Brigades de Sécurité de Nuit (BNS) de plusieurs circonscriptions de sécurité publique de la banlieue parisiennes sont remplacées par des BAC locales. En 1993, la BAC de nuit de Paris (BAC 75N) est créée. Elle est issue des six Brigades Mobiles d’Arrondissement de Nuit (BMAN), et sa mission est de lutter de manière efficace contre la délinquance. Chaque nuit, 200 policiers en uniforme étaient disponibles et pouvaient se regrouper rapidement pour mettre fin aux troubles à l’ordre public qui intervenait à Paris entre 22h30 et 6h du matin.

En 1994, les BAC de nuit s’étendent à l’ensemble du territoire national, et il faudra attendre 1996 pour que cela concerne également les BAC de jour. Il s’agit d’une initiative du ministre de l’intérieur de l’époque, Charles Pasqua.

C’est en 2003, avec la suppression de la police de proximité, que les policiers de la BAC deviennent les principaux acteurs des interventions en zones urbaines sensibles.

La BAC connait de grands changements en 2015, avec le plan BAC-PSIG 2016 mené par Bernard Cazeneuve, alors ministre de l’intérieur. Il s’agit principalement de revoir la sélection et la formation des agents affectés dans les BAC de la police nationale ou au sein des Pelotons de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie (PSIG).

La formation en école est plus poussée et des stages complémentaires sont mis en œuvre. Un nouveau module voit aussi le jour pour former les agents à la déontologie de l’interpellation afin d’améliorer le déroulement des arrestations (éviter les bavures, mieux gérer les violences …).

Et pour faire correctement face aux nouvelles formes de délinquance et de criminalité qui peuvent être très violentes et avoir un lien avec le terrorisme, une nouvelle doctrine d’action et d’intervention est créée. Le plan souhaite également augmenter les moyens matériels à ces services à hauteur de 17 millions d’euros, notamment avec l’achat de nouveaux véhicules, d’équipement de protection et d’armement.

En 2016, suite aux nombreux événements terroristes, le ministre de l’intérieur prévoit un plan d’intervention d’urgence qui inclue les brigades anti-criminalité. Il s’agit d’intervenir sur les lieux en moins de 20 minutes. De nouveaux moyens sont attribués aux différentes forces qui prennent part à ce plan d’intervention.

Il faut savoir que pendant longtemps, chaque brigade anti-criminalité possédait son propre insigne à caractère animalier. Il pouvait par exemple s’agir de fauves, de cobras, d’aigles ou encore d’araignées et de chauves-souris. Des tonfas ou des paires de menottes ornaient aussi l’insigne qui remplaçait l’écusson sécurité publique.

En juin 2016, toutes les brigades anti-criminalité sont dotées d’un nouvel écusson commun, orné d’une rose des vents blanche et bleue sur un un fond bleu. Elle représente les différentes formes de délinquances. On y retrouve aussi des flèches qui pointent dans plusieurs directions pour illustrer la polyvalence des brigades dans leur mission de lutte contre la délinquance. Les flèches qui s’entrecroisent symbolisent la solidarité entre les BAC. L’arc représente la réactivité dont font preuve les brigades, mais aussi la précision que demandent les interventions sur la voie publique lorsqu’il s’agit de prendre les malfaiteurs en flagrant délit.

Il faut aussi savoir que les membres des brigades anti-criminalité se surnomment entre eux les baqueux.

Écusson de la Brigade Anti-criminalité

Écusson de la Brigade Anti-criminalité

2. Que fait la BAC, ses missions :

La BAC lutte contre la petite et la moyenne délinquance. Son rôle consiste à maintenir l’ordre sur l’ensemble du territoire français, et plus particulièrement dans les quartiers sensibles, notamment en périphérie des zones HLM.

Plusieurs missions lui sont attribuées :

. Recherche du flagrant délit et des infractions qui ont lieu sur la voie publique : vols à l’arraché, vols à la roulotte, vols avec violence, vols par ruse, vols en réunion, vols commandités, agressions, trafics, consommation ou détention de produits stupéfiants, émeutes, manifestations, prostitution, …

Les policiers de la BAC procèdent à des filatures et à des planques pour prendre les malfaiteurs sur le fait et pouvoir les traduire en justice. La BAC mène pour cela des enquêtes afin de savoir où se rendre et qui surveiller. Les policiers attendent que le malfaiteur ait commis le délit pour intervenir et l’arrêter.

. Protection des personnes et sécurisation des biens et des lieux publics : les policiers de la BAC peuvent être appelés en renfort pour assurer la sécurité de hautes personnalités (membres du gouvernement, visites diplomatiques…), par exemple lors de déplacements. Ils encadrent alors le cortège.

Il en va de même pour certains bâtiments publics et lieux sensibles qui pourraient être visés par des actes criminels. Les hommes de la BAC veillent alors à sécuriser les sites en question. Il arrive aussi qu’ils soient chargés de protéger des victimes dans le cadre d’une enquête.

. Maintien et rétablissement de l’ordre public selon la situation : lors d’émeutes urbaines ou d’actes criminels en bande organisée, les policiers de la BAC interviennent pour calmer la situation ou éviter qu’elle ne dégénère. C’est une mission assez fréquente pour ces hommes qui patrouillent dans les quartiers sensibles. Ils ordonnent généralement au groupe de se disperser, avant de chercher à comprendre le motif de l’émeute. Et peuvent interpeller des délinquants dans le cadre du rétablissement de l’ordre public.

. Lutte contre les différentes formes de violences urbaines, les crimes et les délits : il s’agit peut-être de la majorité des interventions des policiers de la BAC. Ils se rendent dans les quartiers sensibles pour faire de la prévention et de la surveillance, afin d’éviter les agressions, les bagarres, le racket, la prostitution ou encore le trafic et la consommation de drogues. Les policiers peuvent pour cela faire des fouilles corporelles et à des contrôles d’identités lors de leurs patrouilles.

. Aide aux services d’ordre public : la brigade anti-criminalité peut être appelée en renfort lors d’événements exceptionnels pour soutenir les autres services de police. Il peut par exemple s’agir de manifestations de grande ampleur (grèves, …), ou de crises majeures comme des actes terroristes.

La BAC peut aussi intervenir lors d’événements culturels ou sportifs qui impliquent des mouvements de foule. On peut ainsi les retrouver aux abords du stade de France à l’occasion de certains matchs importants.

. Assistance opérationnelle et ponctuelle aux brigades judiciaires spécialisées : les policiers de la BAC peuvent être sollicités lors d’enquêtes judiciaires qui nécessitent leurs services ou leur expertise. Il peut s’agir de fournir des renseignements, ou de se rendre sur le terrain aux côtés des brigades judiciaires spécialisées dans les endroits où la BAC a l’habitude de patrouiller.

. Recherche de renseignements opérationnels pour mieux connaître le milieu local de la délinquance : certains policiers de la BAC réalisent des enquêtes et analysent les éléments collectés lors de patrouilles, afin de mieux comprendre les différentes formes de délinquance et d’adapter les méthodes d’intervention. C’est une partie essentielle du travail des brigade anti-criminalité. Les éléments sont classés dans des dossiers pour pouvoir les retrouver facilement et faire le lien entre différentes enquêtes si nécessaire.

. Soutien aux officiers ministériels lors de certaines opérations administratives : les agents de la BAC peuvent accompagner et assurer la sécurité des officiers ministériels lors de certaines interventions auprès de contrevenants.

Les officiers ministériels sont les commissaires-priseurs, les notaires, les huissiers de justice ou encore les avocats aux conseils. Un huissier qui se rend chez un particulier doit parfois faire appel à la police pour assurer sa protection. Les hommes de la BAC peuvent alors être chargés de cette mission.

Les policiers de la BAC sont répartis en trois sections selon les missions :

. Section 1 : elle est composée d’experts en arts martiaux et en sports de combats, d’experts en escalade, en parachutisme et en autres pratiques sportives extrêmes, ainsi que de professionnels de la démolition et de tireurs d’élite. Il s’agit d’une section opérationnelle qui a pour mission d’intercepter ou de neutraliser les malfaiteurs. Elle peut aussi se voir confier la protection rapprochée de hautes personnalités lors de déplacements.

. Section 2 : elle regroupe des techniciens reconnus, des spécialistes du renseignement et de l’information, mais aussi des experts en logistique des armes. La principale fonction de cette section consiste à analyser et à traiter les informations ainsi que les renseignements collectés lors de missions.

. Section 3 : elle s’occupe uniquement de la gestion de crises et mène également les négociations. Il arrive d’ailleurs que cette section de la BAC remplace un groupe d’intervention tel que le RAID ou le GIPN.

Dans le cadre de leurs missions, les policiers de la BAC procèdent régulièrement à des contrôles d’identités et à des fouilles corporelles.

Les horaires des policiers d’une brigade anti-criminalité sont adaptés aux actes de délinquance. Les délits sont d’ailleurs analysés chaque jour grâce à une cartographie informatisée.

La priorité de la BAC reste les flagrants délits. Il est également fréquent qu’une brigade intervienne sur les lieux d’un conflit si elle se trouve à côté et qu’aucun autre groupe d’intervention n’est pas disponible.

3. Combien de policiers travaillent dans la BAC, les Effectifs :

La France compte environ 300 brigades anti-criminalité qui s’organisent en brigades locales et en brigades départementales. Mais il est difficile d’estimer précisément le nombre de policiers qui travaillent dans une BAC.

Les policiers de la BAC détiennent au moins le grade de gardien de la paix. Certains sont même gradés de la police nationale et appartiennent au rang de brigadier de la police, de brigadier-chef, ou encore de brigadier-major de la police. Ils font alors partie du corps d’encadrement et d’application.

La BAC compte des femmes dans ses rangs. Il ne s’agit pas que d’un métier d’hommes. Certaines femmes ont d’ailleurs des postes à haute responsabilité au sein de la BAC et dirigent des équipes d’hommes.

Interpellation BAC

Interpellation faite par des policiers en civil de la BAC.

4. Équipement, armes et véhicules de la BAC :

Les policiers d’une brigade anti-criminalité interviennent la plupart du temps en civil avec un brassard de la police, et il est rare de les voir en uniforme de la BAC. Mais ils doivent toujours être en mesure de présenter leur carte professionnelle.

Les policiers de la BAC utilisent le même matériel que les autres agents de la police nationale, mais aussi du matériel spécifique, adapté aux missions d’une brigade anti-criminalité.

Equipement et armes de la BAC :

Les agents de la BAC sont armés et devaient même, dans les années 70, acheter leur propre arme de service. Il s’agissait alors d’un revolver 357 magnum ou d’un 38 spécial.

Aujourd’hui, chaque policier d’une BAC possède les armes suivantes :

. un pistolet semi-automatique modèle Sig-Sauer SP 2022,
. un Tonfa (BPL) ou une matraque télescopique (BTD),
. une paire de menottes.

Chaque brigade a également à sa disposition des armes lourdes :

. des fusils à pompe Remington 870 calibre 12,
. des pistolets mitrailleurs Beretta M12,
. des fusils d’assaut HK G36,

Mais aussi :

. des Flash-Ball ou LBD40 avec visée holographique d’une portée de 40 mètres,
. des Taser modèle X26
. des casques de maintien de l’ordre
. des boucliers antiémeute,
. des bombes de gaz lacrymogène MP7, ou gaz/gel CS ou poivre
. des grenades de dés-encerclement,
. des gilets tactiques.

Les véhicules de la BAC :

Lors des déplacements, les policiers de la BAC circulent généralement en voitures banalisées. Les types de véhicules dépendent de chaque unité et de leur importance.

On retrouve par exemple les véhicules suivants (liste non exhaustive) :

. des Citroën C4 et C5,
. des Ford Focus et des Ford Mondeo et Mondeo V,
. des Renault Clio DCI, Renault Mégane, Espace ou Laguna,
. des Peugeot 607, 308, 508 et 407,
. des Skoda Superb II, ainsi que des Volkswagen Passat.

La puissance de certains véhicules, comme les voitures Mondéo, Laguna ou C5, qui ont une motorisation d’au moins 150 chevaux, obligent les agents à détenir une habilitation appelée conduite spécialisée.

C’est le service central automobile, ou une école de conduite spécialisée de la police nationale avec des policiers possédant un niveau de pilote automobile confirmé, qui forment les policiers d’une brigade anti-criminalité.

Pour obtenir l’habilitation, le policier de la BAC doit passer un examen à la fin de sa formation. L’évaluation finale a lieu à Abbeville dans la Somme.

5. Comment devenir policier de la BAC : concours, recrutement, formation, salaire :

Pour entrer dans une brigade anti-criminalité, il faut avoir au minimum deux années d’ancienneté au sein de la police nationale après titularisation. Il est donc impératif d’avoir réussi dans un premier temps le concours de gardien de la paix.

Ensuite, deux fois par an, les commissariats doivent recenser les candidats qui souhaitent intégrer une brigade anti-criminalité.

Les volontaires doivent alors passer différentes épreuves dont la réussite conditionne l’obtention de l’habilitation à intégrer une BAC. Les candidats qui l’obtiennent peuvent rejoindre une brigade en fonction des besoins et des postes qui se libèrent, mais ils ne sont pas non plus obligés.

Les épreuves et la formation pour rentrer dans la BAC :

Les épreuves d’habilitation de la BAC sont composées de six épreuves :

. tests psychologiques pour évaluer les connaissances, les compétences, la personnalité et les motivations des candidats.
. parcours de tirs,
. test d’endurance cardio-respiratoire (TECR),
. parcours d’habileté motrice (PHM),
. test de connaissances professionnelles composée d’une rédaction d’un procès-verbal d’interpellation et d’un QCM,
. test d’admission qui consiste à passer un entretien avec un jury de quatre personnes dont un psychologue.

Parmi les épreuves, on retrouve par exemple deux ateliers d’auto-défense, ainsi que qu’une mise en situation de coups frappés et de combat au sol.

Lors de la mise en situation, qui dure deux minutes, les candidats doivent utiliser les techniques décrites dans le manuel. Il s’agit d’un contrôle d’identité, de palpations et le passage de menottes. Ils bénéficient d’une minute de récupération avant de passer à l’épreuve de combat au sol.

Lors de cette dernière, deux candidats sont placés à genoux, face à face. Le but est d’immobiliser son adversaire sur le dos pendant au moins 10 secondes. Il est interdit de se relever et d’utiliser des clés d’étranglement. Il y a également un sprint sur 60 mètres, une course d’endurance de trois kilomètres, 40 pompes et dix tractions.

La formation :

A l’issue des épreuves, les candidats reçoivent une formation initiale spécifique obligatoire de 30 heures.

Ils bénéficient ensuite d’une formation continue de 12 mois, dispensée deux heures par semaine et ponctuée d’évaluations triennales.

Ils doivent avoir une excellente connaissance de la police ainsi que des procédures pénales. Ce n’est qu’à la fin de cette période de formation que le gardien de la paix peut être affecté en brigade anti-criminalité s’il le souhaite et s’il y a un poste disponible.

Les hommes de la BAC peuvent rester au neuf ans maximum au sein d’une brigade, en trois périodes de trois ans. Au bout de chaque période, le policier doit passer et réussir un test de recyclage pour entamer la période suivante. Mais dans la réalité, les policiers peuvent rester au sein de la BAC jusqu’à la fin de leur carrière s’ils en font le souhait.

Quel est le salaire d’un policier de la BAC ?

La rémunération d’un policier qui travaille dans une brigade anti-criminalité dépend de son grade.

Voici quelques exemples de salaires de base en 2017 (grille indiciaire) selon le grade :

. Gardien de la paix : 1.682€ nets au dernier échelon,
. Capitaine de police : entre 1.143€ et 2.476€ nets,
. Commandant de police : entre 2.183€ et 2.670€ nets,
. Commissaire de police (incluant divisionnaire et général) : entre 1.284€ et 4.597€ nets.

A cela s’ajoute de nombreuses primes qui font beaucoup augmenter le salaire.

6. Recevoir une documentation gratuite pour réussir le Concours pour entrer dans la BAC :

Comme nous l’avons vu, avant de pouvoir faire partie d’une brigade anti-criminalité, il faut d’abord rentrer dans la police nationale.

La voie la plus simple est de passer le concours de gardien de la paix (niveau BAC). Si vous n’avez pas de diplôme orientez vous d’abord vers les métiers d’adjoint de sécurité ou cadet de la république.

En ce qui concerne le concours de gardien de la paix, la concurrence est difficile antre les candidats, et pour réussir, vous devez être bien préparé.

Vous pouvez préparer le concours en achetant des livres (cliquez-ici pour voir les livres disponibles). Mais pour augmenter vos chances d’être reçu au concours, la meilleure solution est de vous inscrire à une formation préparatoire.

Les Cours Servais proposent une formation à distance pour réussir le concours de gardien de la paix. C’est une formation en ligne, que vous pouvez suivre de n’importe quel endroit, quand vous le souhaitez et à votre rythme. Idéal si vous habitez une petite ville, si vous travaillez en parallèle, si vous voulez vous reconvertir ou si vous avez du mal à étudier tout seul sans cadre.

C’est une formation de qualité, 90% des élèves sont satisfait de leur préparation au concours.

N’hésitez pas à demander une documentation gratuite en remplissant le formulaire ci-dessous, c’est sans engagement :

Contact - © Police-nationale.net

Scroll to top