Les Pelotons d’Autoroute de la Gendarmerie

Les pelotons d’autoroute de la gendarmerie ont pour mission principale de veiller au respect de la sécurité routière sur le réseau autoroutier. Ils effectuent, pour cela, différents contrôles. Les pelotons d’autoroute assurent également la protection des usagers du domaine autoroutier en effectuant des patrouilles de surveillance sur les aires d’autoroute.

Écusson des Escadron Départementaux de Sécurité Routière
Écusson des Escadron Départementaux de Sécurité Routière ©Gendarmerie Nationale

1. Qu’est-ce que les Pelotons d’Autoroute de la Gendarmerie, histoire et présentation
2. Quelles sont les missions des Pelotons d’Autoroute de la Gendarmerie
3. Quels sont les effectifs des Pelotons d’Autoroute de la Gendarmerie
4. Quels sont les équipements, armes et véhicules des Pelotons d’Autoroute de la Gendarmerie
5. Comment devenir gendarme dans un Peloton d’Autoroute de la Gendarmerie : concours, formation, recrutement
6. Recevoir une documentation gratuite pour réussir les Concours de la Gendarmerie

Gendarmerie - Haut - Servais

  • Réussir les Concours de la Gendarmerie - Documentation Gratuite

  • Informatique et libertés * champs obligatoires.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

1. Qu’est-ce que les Pelotons d’Autoroute de la Gendarmerie, histoire et présentation

Les prémices des pelotons d’autoroute de la gendarmerie remontent à l’année 1963. Lorsqu’il est décidé que la gendarmerie nationale serait en charge de la surveillance des autoroutes de liaison, et que la police nationale s’occuperait des autoroutes urbaines et périurbaines.

Pour gagner en efficacité, la gendarmerie décide de créer les premiers pelotons motocyclistes. Ces unités spécialisées prendront le nom de Pelotons de Gendarmerie d’Autoroute en 1966. À la même période, le PGA de Nemours débute les tests de Véhicules Rapides d’Intervention (VRI), qui seront par la suite utilisés par les Brigades Rapides d’Intervention (BRI).

Les unités d’autoroute ont été organisées par une circulaire datant de 1967. Cette circulaire précisait que les unités d’autoroute étaient dédiées aux missions de police sur les axes autoroutiers. Ces unités pouvaient être constituées de groupements d’autoroute au niveau des directions d’exploitation, d’escadrons d’autoroute au niveau des directions régionales, et de pelotons d’autoroute au niveau des districts autoroutiers.

Jusqu’en 1999, les unités spécialisées dans la sécurité routière étaient les Pelotons MOtorisés (PMO) et les unités d’autoroute. Les pelotons motorisés intervenaient sur le réseau routier départemental. Ils faisaient partie des groupements de gendarmerie départementale. Ils étaient soit regroupés dans une seule et même unité, située au chef-lieu du département, ou alors divisés en différentes brigades motorisées. Les unités d’autoroute, quant à elles, agissaient sur le réseau autoroutier.

Les escadrons d’autoroute pouvaient compter plusieurs pelotons, ainsi qu’une Brigade Rapide d’Intervention (BRI). Jusqu’en 2011, les escadrons d’autoroute étaient également constitués de Brigades Motorisées Autoroutières (BMA) qui ont laissé place aux Pelotons Motorisés (PMO) et aux Brigades Motorisées (BMO).

En 1999, les escadrons d’autoroute sont remplacés par les Escadrons Départementaux de Sécurité Routière (EDSR). Chaque groupement de gendarmerie départementale possède un EDSR, et donc, des pelotons d’autoroute.

Les EDSR sont des unités de la gendarmerie nationale dont la principale mission consiste à lutter contre l’insécurité routière. Un EDSR compte un groupe de commandement, ainsi que des unités spécialisées, qui varient en fonction des besoins du réseau. Il s’agit des brigades motorisées, des pelotons motorisés, mais également des pelotons d’autoroute.

En 2015, les Brigades Rapides d’Intervention (BRI) sont dissoutes. Le personnel de ces unités ainsi que les moyens dont elles disposaient rejoignent alors les pelotons d’autoroute et les pelotons motorisés pour former les Équipes Rapides d’Intervention (ERI).

2. Quelles sont les missions des Pelotons d’Autoroute de la Gendarmerie

Un peloton d’autoroute effectue presque l’ensemble de ses missions sur le réseau autoroutier. Il doit en assurer la sécurité et veiller à ce que les règles y soient respectées. Son objectif principal est de sauver des vies en limitant le nombre d’accidents. Il est également en charge de toutes les affaires d’atteinte aux personnes et aux biens, qui ont lieu sur les voies de circulation, mais aussi sur les aires de repos. Il participe ainsi à la lutte contre la délinquance.

  • Missions de sécurité routière :

Il s’agit de veiller au respect du code de la route par les usagers qui se trouvent sur les autoroutes, comme le port obligatoire de la ceinture de sécurité, le respect des limitations de vitesse, et ou encore le problème du téléphone au volant. Ils peuvent aussi effectuer des vérifications du taux d’alcoolémie, et réaliser des contrôles radars.

En cas de nécessité, les pelotons peuvent décider d’intercepter un véhicule pour vérifier que le conducteur ne soit pas sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiants. Ils s’assurent aussi que les papiers de la voiture soient en règle, et que le conducteur soit bien titulaire d’un permis de conduire. En cas de manquements, ce dernier peut être verbalisé. Sa voiture ainsi que son permis peuvent aussi lui être retirés.

Les pelotons d’autoroute de la gendarmerie réalisent également des missions de prévention auprès des usagers de la route, mais également auprès des jeunes, par le biais d’intervention dans des collèges par exemple.

Lors d’un trafic dense, comme c’est le cas en période estivale ou lorsqu’un accident de la route se produit, les pelotons d’autoroute doivent réguler la circulation pour la fluidifier.

  • Missions de police :

Les compétences territoriales d’un peloton autoroutier peuvent s’étendre au-delà de son département, et concerner le ruban autoroutier placé sous sa surveillance. Il effectue par exemple des missions de police judiciaire.

Lorsque qu’un accident se produit sur le domaine autoroutier placé sous sa responsabilité, il doit mener une enquête dans le but de déterminer les causes et les responsabilités. Le peloton collecte les témoignages des individus présents au moment de l’accident, et tente de trouver des preuves et des indices techniques et matériels.

  • Missions de lutte contre la délinquance :

Les gendarmes des pelotons autoroutiers n’interviennent pas seulement sur les voies de circulation. Ils sont également présents sur les aires d’autoroute où ont lieu de nombreux actes de délinquance tels que des vols et des agressions. Les pelotons effectuent des rondes, notamment la nuit et en période estivale.

Il faut savoir que les pelotons d’autoroute effectuent plus de 90% de leurs missions sur le réseau autoroutier, mais il arrive qu’ils soient appelés en renfort hors de cette zone d’activité. Il peut s’agir d’opérations d’informations et de relations publiques, d’escortes de convois nucléaires (civils et militaires), de contrôles de la circulation militaire, de balisage d’itinéraires, ou encore de déplacements à l’étranger pour effectuer des missions en lien avec le domaine de la sécurité routière.

Gendarmes sur une aire d'autoroute
Gendarmes sur une aire d’autoroute ©Kenvin B

3. Quels sont les effectifs des Pelotons d’Autoroute de la Gendarmerie

Il existe autant de pelotons d’autoroute que d’escadrons de sécurité routière, c’est-à-dire 101. Il faut savoir que 90 EDSR se trouvent en France métropolitaine, dont 4 se situent dans les territoires d’Outre-Mer.

Les EDSR comptent environ 7.200 militaires, qui sont répartis dans 441 unités spécialisées. Il est difficile de connaître le nombre de gendarmes qui exercent au sein d’un peloton d’autoroute.

À titre d’exemple, l’escadron départemental de sécurité routière des Pyrénées-Orientales compte une cinquantaine de gendarmes, répartis au sein de 2 brigades motorisées, du groupe de commandement et d’un peloton d’autoroute.

Il y a des femmes qui exercent le métier de gendarme au sein des pelotons d’autoroute, mais elles sont en minorité.

4. Quels sont les équipements, armes et véhicules des Pelotons d’Autoroute de la Gendarmerie

Les pelotons d’autoroute de la gendarmerie disposent des mêmes armes que les autres gendarmes. Il s’agit principalement d’armes de défense : bâtons de protection télescopiques, bombes lacrymogènes, lanceurs de balle de défense, tasers, pistolets, fusils…

Les pelotons ont également à leur disposition un équipement de protection individuel. Il s’agit par exemple de gilets pare-balles.

Ils possèdent aussi de nombreux véhicules (voitures, motos, fourgons…) qui sont leurs principaux outils de travail. Les pelotons d’autoroute de la gendarmerie qui comptent une équipe rapide d’intervention disposent de Véhicules Rapides d’Intervention (VRI) telles que Seat Leon Cupra qui peuvent atteindre une vitesse de pointe de 250 km/h.

À noter : les Seat Leon Cupra sont en train de remplacer les Mégane III RS. Les premiers modèles sont arrivés fin 2020, mais il faudra encore quelques années avant que toutes les Mégane prennent leur retraite.

Les pelotons possèdent aussi des véhicules banalisés qui leur permettent de se fondre dans la circulation pour mieux repérer les comportements à risques, comme l’usage du téléphone au volant.

Les gendarmes autoroutiers peuvent également faire appel à des hélicoptères pour surveiller le trafic de véhicules. Les hélicoptères leur permettent par exemple de suivre des trafiquants de drogue à bord de go-fast (véhicules rapides), ou encore de vérifier que les conducteurs respectent bien les distances de sécurité.

Toutes les voitures des pelotons d’autoroute possèdent un équipement spécifique, adapté aux besoins de ces unités spécialisées :

  • gyrophares intérieurs et extérieurs : déclenchés lors d’une interpellation,
  • cinémomètre : appareil de contrôle de la vitesse d’une portée de 900 mètres utilisé pour contrôler la vitesse des usagers de la route,
  • système de navigation : pour faciliter les déplacements de gendarmes,
  • éthylotests électroniques et des éthylomètres embarqués : pour vérifier le taux d’alcoolémie des conducteurs,
  • radio : pour communiquer avec le service de gendarmerie et connaître les lieux d’intervention,
  • radars embarqués : placés dans des véhicules pour un contrôle automatisé de la vitesse.
Renault Mégane III RS de la Gendarmerie
Renault Mégane III RS de la Gendarmerie ©Arnaud Lambert

5. Comment devenir gendarme dans un Peloton d’Autoroute de la Gendarmerie : concours, formation, recrutement

Pour intégrer un peloton d’autoroute, il faut avoir réussi le concours de sous-officier de la gendarmerie, d’officier, ou les sélections de GAV.

Pour obtenir ce diplôme, il faut avoir réussi une première phase d’admissibilité, suivie d’une phase d’admission. Il s’agit d’épreuves écrites, orales et techniques. Les lauréats bénéficient ensuite d’une formation de 12 mois.

À noter : si vous n’avez aucun diplôme, vous pouvez être recruté dans la gendarmerie en tant que gendarme adjoint volontaire, puis passer le concours de SOG en interne.

Pour pouvoir s’inscrire à ce concours, les candidats doivent d’abord réussir le concours d’entrée à l’École des Officiers de la Gendarmerie Nationale (EOGN de Melun). La formation dure 2 ans.

  • Recrutement dans les Pelotons d’Autoroute :

Les gendarmes qui souhaitent intégrer un peloton d’autoroute doivent soumettre leur candidature à leur hiérarchie. Ils doivent expliquer leurs motivations et mettre en avant leur expérience. Pour pouvoir faire partie de l’équipe rapide d’intervention d’un peloton d’autoroute, un gendarme doit obligatoirement suivre une formation de pilote de véhicules rapides d’intervention et être jugé apte d’un point de vue médical.

À la fin du stage, les gendarmes rejoignent directement leur peloton pour entrer en fonction. Tous les 3 ans, ils doivent néanmoins subir une évaluation de compétences et un bilan médical.

6. Recevoir une documentation gratuite pour réussir les Concours de la Gendarmerie

Comme nous venons de le voir, il faut d’abord devenir gendarme ou adjoint pour intégrer les pelotons d’autoroutes. Mais les candidats sont nombreux et les places limitées. Si voulez réussir, vous devez être mieux préparé que les autres candidats !

Vous pouvez préparer les concours tout seul en achetant des livres et annales de concours. Mais pour augmenter vos chances d’être reçu au concours et avoir un gros avantage sur les autres candidats, la meilleure solution est de vous inscrire à une formation préparatoire.

Une formation en ligne pour réussir les concours et les sélections, vous permet de vous préparer à distance. Vous pouvez vous connecter à votre espace élève de n’importe quel endroit, quand vous le souhaitez, et à votre rythme. Idéal pour les personnes qui habitent de petites villes, qui travaillent en parallèle, qui veulent se reconvertir ou qui n’arrivent pas à étudier seules sans cadre.

C’est une formation de qualité, 90% des élèves sont satisfaits de leur préparation au concours de gendarme.

Les inscriptions sont ouvertes toute l’année!

N’hésitez pas à demander une documentation gratuite en remplissant le formulaire ci-dessous, c’est sans engagement :

Gendarmerie - Bas - Servais

  • Demandez de suite votre Documentation Gratuite

  • Informatique et libertés * champs obligatoires.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.