You Are Here: Home » GIPN

GIPN


Les GIPN sont les Groupes d’Intervention de la Police Nationale. Il s’agit des unités d’élite à vocation régionale, mais qui peuvent intervenir dans toute situation à haut risque ou d’une violence exceptionnelle sur l’ensemble du territoire.

Ils interviennent sur demande d’un juge ou d’un procureur. Chaque groupe des GIPN est composé d’environ vingt hommes. Ils sont équipés des armes les plus sophistiquées et disposent des derniers équipements disponibles.

Le GIPN est composé de fonctionnaires de police triés sur le volet selon des critères très sélectifs. Les hommes du GIPN sont soumis à un entrainement rigoureux, régulier et constant.

Histoire des GIPN :

Suite à l’assassinat des athlètes d’Israël lors des jeux olympiques de Munich en 1972, les pays d’Europe ont pris conscience qu’ils n’étaient pas en mesure de fournir la réponse policière adaptée aux situations exceptionnelles et extraordinaires.

Comme certains de ses voisins, le gouvernement français a voulu mettre en place au sein même de sa Police Nationale des équipes capables d’intervenir pour résoudre des situations extrêmes telles que les prises d’otage, les attentats terroristes, l’arrestation d’un forcené, l’escorte ou encore les émeutes.

C’est ainsi que le premier groupe d’intervention de la Police Nationale a vu le jour le 27 octobre 1972. Et c’est le commissaire divisionnaire Georges Nguyen Van Loc qui a été chargé de créer ce premier groupe. Au moment de leur création, il y a eu onze groupes d’intervention, le nombre a été ramené à sept en 1985 pour finalement arrivé à neuf de nos jours avec la mise en place de deux groupes à l’outre-mer : Réunion et Nouvelle-Calédonie.

Depuis le 1er décembre 2009, le GIPN fait partie intégrante de la nouvelle force d’intervention de la Police Nationale (FIPN) avec le RAID et la BRI-BAC.

Les missions des GIPN :

Le GIPN comme toute autre force de la Police Nationale lutte contre toutes les formes de criminalité et intervient comme un groupe de soutien aux autres policiers, en renfort.

Leurs missions peuvent être toutes sortes et notamment l’intervention lors de graves troubles à l’ordre public ou lors d’opération de maintien de l’ordre qui ne peuvent pas être résolus sans l’utilisation de moyens techniques avancés mais aussi la mise à disposition de matériels spécifiques servis par le GIPN pour d’autres services de police.

Plus concrètement, les interventions du GIPN concernent :

– les prises d’otages

– le retranchement d’un forcené ou des malfaiteurs (ou un groupe)

– les actes de grand banditisme

– les actes terroristes

– l’interpellation d’un individu ou groupe d’individus armés et dangereux

– l’escorte d’un détenu particulièrement dangereux de son extraction à sa présentation en passant par son transfèrement

– la sécurisation d’un lieu ou d’un événement à haut risque

– le retour au calme et l’apaisement des tensions dans les quartiers les plus sensibles

Enfin, les membres du GIPN sont aussi chargés de la formation interne au sein de la Police Nationale et à l’étranger.

Comment devenir membre d’un GIPN :

Pour intégrer le GIPN il faut être gardien de la paix ou officier de police et compter au moins cinq ans d’ancienneté au sein de la Police Nationale. Les gardiens doivent avoir moins de 35 ans et les officiers moins de 38 ans.

Les sélections n’ont lieu qu’une fois par an et sont communes avec celles du RAID. Elles se déroulent en plusieurs phases.

Première phase de sélection, évaluation des pré-requis physiques :

– montée de corde

– pompes

– tractions

– relevé de jambes

– dips

– test de Cooper

Les résultats sont évalués par les délégations régionales au recrutement et à la formation de la Police Nationale (DRRF).

En cas de résultat positif, et après examen de son dossier, le candidat va subir d’autres tests pendant une semaine durant laquelle il sera soumis à des tests physiques, psychologiques, psychotechniques et techniques de niveau très avancé et parmi eux :

– des tests psychologiques

– des parcours professionnels

– des tests de combat : debout avec pieds et poings, boxe anglaise et combat au sol

– du tir

– de la conduite

– de la natation

– une marche commando

– des tests d’audace, de vertige et de claustrophobie

– de l’escalade

Á la fin de cette semaine, seuls les meilleurs candidats sont retenus et sont soit affectés immédiatement dans un groupe, soit mis en attente en attendant qu’une place se libère.

Une vingtaine de nouveaux membres de la Police Nationale intègre ainsi le GIPN chaque année sur environ 600 demandes.

Contact - © Police-nationale.net

Scroll to top