La Sous-Direction des Affaires Économiques et Financières de la Police Nationale (SDAEF)

La Sous-Direction des Affaires Économiques et Financières (SDAEF) est une sous-direction de la Direction Régionale de la Police Judiciaire (DRPJ) de Paris. Elle lutte contre plusieurs formes de criminalité financière. Pour cela, elle s’appuie sur sept brigades spécialisées dans différentes formes de crimes financiers qui mènent des enquêtes dans le but d’interpeller les criminels.

Graphique financier

1. Qu’est-ce que la Sous-Direction des Affaires Économiques et Financières, histoire et présentation
2. Quelles sont les missions de la SDAEF
3. Quels sont les effectifs la Sous-Direction des Affaires Économiques et Financières
4. Quels sont les équipements, armes et véhicules SDAEF
5. Comment devenir policier de la SDAEF : concours, formation, recrutement
6. Recevoir une documentation gratuite pour réussir les Concours de la Police Nationale

Police Nationale - Haut - Servais

  • Réussir les Concours de la Police Nationale - Documentation Gratuite
  • Informatique et libertés * champs obligatoires.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

1. Qu’est-ce que la Sous-Direction des Affaires Économiques et Financières, histoire et présentation

La Sous-Direction des Affaires Économiques et Financières (SDAEF) est une sous-direction de la Direction Régionale de la Police Judiciaire (DRPJ) de Paris. Elle a vu le jour le 2 octobre 2000, suite à la réforme du printemps 1999.

Cette dernière avait pour but de réorganiser la DRPJ au niveau de son état-major, et de redécouper ses divisions. La réforme avait également permis de créer des Directions de la Police Urbaine de Proximité (DPUP), et des Directions de l’Ordre Public et de la Circulation (DOPC).

La Sous-Direction des Affaires Économiques et Financières a ensuite fait le choix de regrouper ses différents moyens d’action par pôles de compétences. Cette décision avait pour objectif de lutter plus efficacement contre des formes de criminalité très variées comme les infractions au code des marchés publics, les trafics d’influence, la corruption, le blanchiment d’argent, les atteintes aux libertés publiques, ou encore les infractions à la législation sur les sociétés.

La SDAEF est finalement dissolue par Nicolas Sarkozy, avant d’être rétablie au moment de l’élection de François Hollande.

Elle compte aujourd’hui 7 brigades spécialisées :

  • la Brigade Financière (BF),
  • la Brigade de Recherches et d’Investigations Financières (BRIF),
  • la Brigade d’Enquêtes sur les Fraudes aux Technologies de l’Information (BEFTI),
  • la Brigade de Répression de la Délinquance Astucieuse (BRDA),
  • la Brigade des Fraudes aux Moyens de Paiement (BFMP),
  • la Brigade de Répression de la Délinquance Economique (BRDE),
  • la Brigade de Répression de la Délinquance aux Personnes (BRDP), créée en 2005.

Il faut savoir que la SDAEF a également compté deux autres brigades dissoutes en 2005 :

  • la Brigade des Affaires Sanitaires et des Libertés Publiques (BASLP),
  • la Brigade d’Enquêtes sur les Atteintes à la Personne (BEAP).

2. Quelles sont les missions de la SDAEF

La Sous-Direction des Affaires Économiques et Financières a pour mission de lutter contre les différentes formes de criminalité financière. Elle s’appuie pour cela sur ses 7 brigades spécialisées qui accomplissent des missions spécifiques.

  • La Brigade Financière (BF) :

Cette brigade a pour mission d’intervenir lors d’infractions qui concernent le domaine bancaire ou boursier. Il peut par exemple d’agir de blanchiment d’argent intervenant au sein d’organismes institutionnels, de fraudes communautaires, ou encore d’infractions en lien avec des sociétés privées.

La brigade financière mène une enquête lorsqu’elle a des soupçons, et tente de collecter des renseignements. Quand elle a suffisamment de preuves et d’indices, elle interpelle les suspects qui seront par la suite mis en examen.

  • La Brigade de Recherches et d’Investigations Financières (BRIF) :

Cette brigade spécialisée de la SDAEF compte plusieurs enquêteurs compétents pour conduire des investigations. Ces dernières durent généralement plusieurs mois, voire plusieurs années, avant de déboucher sur une mise en examen.

Elle utilise toutes les techniques policières de terrain telles que les filatures et les surveillances rapprochées. La BRIF s’intéresse surtout aux trafics nationaux et internationaux de fausse monnaie et de blanchiment d’argent issu du crime organisé.

La brigade de recherches et d’investigations financières a donc affaire à de puissantes organisations criminelles transfrontières. Il peut s’agir de sociétés criminelles ou de clans mafieux.

Le blanchiment d’argent est utilisé pour dissimuler et réintroduire sur le marché de l’argent provenant d’activités criminelles comme le trafic d’armes, de stupéfiants, ou les fraudes fiscales.

  • La Brigade d’Enquêtes sur les Fraudes aux Technologies de l’Information (BEFTI) :

Créée en 1994, cette brigade a pour mission de lutter contre les atteintes aux Systèmes de Traitement Automatisé de Données (STAD). Ces attaques peuvent aussi bien concerner des réseaux informatiques ou télématiques, mais également des systèmes de télécommunication comme le GSM, ou encore les autocommutateurs d’entreprises.

La BEFTI lutte également contre les intrusions et les piratages des systèmes d’information, contre la contrefaçon présente sur les supports numériques, contre la captation frauduleuse des médias télévisuels chiffrés, ou encore contre les incriminations traditionnelles qui utilisent des nouvelles technologies comme support de commission.

On parle alors plus couramment d’escroqueries et de fraudes informatiques, mais aussi de contrefaçon de logiciels. Elle doit aussi collecter et apporter des preuves numériques lors de ses enquêtes.

  • La Brigade de Répression de la Délinquance Astucieuse (BRDA) :

La Brigade de Répression de la Délinquance Astucieuse s’occupe quant à elle des abus de confiance, des escroqueries, des abus de faiblesse qui concernent principalement des personnes fragiles, des fausses écritures, des faux certificats, et des fausses attestations.

  • La Brigade des Fraudes aux Moyens de Paiement (BFMP) :

Cette brigade est chargée de lutter contre les falsifications de documents financiers, contre les contrefaçons, mais également contre les usages frauduleux de moyens de paiement comme des cartes bancaires et des chèques.

Elle s’occupe également de repérer les faux documents administratifs français et étrangers utilisés illégalement sur le territoire.

  • La Brigade de Répression de la Délinquance Économique (BRDE) :

La BRDE est responsable des infractions en matière de consommation et de concurrence. Elle s’occupe aussi de surveiller les professions réglementées et le secteur immobilier, notamment lorsque des faits de corruption, de délits assimilés, et de fraudes fiscales sont constatés.

  • La Brigade de Répression de la Délinquance aux Personnes (BRDP) :

C’est la brigade de répression de la délinquance aux personnes qui est chargée d’intervenir lors de disparitions inquiétantes de majeurs. C’est également elle qui doit identifier les cadavres, agir lors de catastrophes pour protéger les personnes, et veiller au respect du droit du travail et des transports.

Hacker informatique

3. Quels sont les effectifs La Sous-Direction des Affaires Économiques et Financières

Au total, la Sous-Direction des Affaires Économiques et Financières compte environ 400 fonctionnaires, répartis au sein des 7 brigades spécialisées.

Les femmes sont présentes au sein de la SDAEF au même titre que les hommes.

4. Quels sont les équipements, armes et véhicules de la SDEAF

Les policiers de la Sous-Direction des Affaires Économiques et Financières ont accès à des armes de service : chargeurs, paires de menottes, gilets pare-balles, tonfas, bâtons télescopiques, pistolets à impulsion électrique, flashballs, lanceurs de grenades, fusils à pompe, pistolets semi-automatiques Sig Sauer SP 202274, pistolets-mitrailleur Beretta 12SD ou HK UMP9, fusils d’assaut comme le HK G36.

Les fonctionnaires de police ont également à leur disposition du matériel informatique de pointe, qui lui permet de réaliser des enquêtes poussées, de même qu’un équipement performant de surveillance.

5. Comment devenir Policier de la SDEAF : concours, formation, recrutement

Pour rejoindre la Sous-Direction des Affaires Économiques et Financières, il faut avoir réussi l’un des concours d’entrée de la police nationale. Il faut également avoir des compétences reconnues, ainsi qu’une longue expérience en matière d’économie, de comptabilité et de finance.

  • Concours de Gardien de la Paix (niveau Bac ou équivalent) : le concours est composé d’épreuves d’admissibilité écrites, suivies d’épreuves d’admission orales. Les lauréats sont ensuite formés durant toute une année au sein d’une école de police. La titularisation n’est reconnue qu’après une année de services effectifs au sein de la police.
  • Concours d’Officier de Police (niveau Licence BAC+3 ou équivalent) : ce concours est lui aussi composé d’épreuves d’admissibilité écrites, et d’épreuves orales d’admission. Les candidats les deux parties du concours sont quant à eux formés pendant 18 mois dans une école de police. Ils sont également titularisés après un an de services.
  • Concours de Commissaire de police (niveau Master 2 ou équivalent BAC+5) : ce concours comporte quant à lui une phase d’admissibilité, une phase de pré-admission, et une phase d’admission. Chaque phase est composée d’épreuves écrites, orales et sportives. Les lauréats sont formés pendant 22 mois à l’école nationale supérieure de la police (ENSP).

Le recrutement a lieu sur appel d’offres, selon les postes vacants et les compétences recherchées. Tous les policiers, quels que soient leurs grades, peuvent postuler.

Ils doivent tout d’abord faire part de leur souhait de rejoindre la SDAF à leurs supérieurs. Ces derniers donneront à chaque agent un avis favorable ou défavorable, et transmettront les souhaits de leurs agents à la SDAF.

Le policier qui aura postulé devra ensuite se soumettre à plusieurs entretiens ayant pour but d’évaluer son niveau, son expérience, ses compétences, ses motivations, ainsi que ses aptitudes à remplir les fonctions souhaitées.

La sélection est très stricte, et peu de candidats sont retenus. Il faut savoir qu’un policier peut rejoindre la SDAF dès la sortie de l’école.

6. Recevoir une documentation gratuite pour réussir les Concours de la Police Nationale

Comme nous venons de le voir, pour devenir policier dans une des brigades de la SDAEF, il faut d’abord réussir un des concours de la police nationale. Mais il y a une forte concurrence entre les candidats, et une très bonne préparation est indispensable.

Vous pouvez préparer les concours tout seul en achetant des livres et annales de concours. Mais pour augmenter vos chances d’être reçu au concours et avoir un gros avantage sur les autres candidats, la meilleure solution est de vous inscrire à une formation préparatoire.

Des formations en ligne pour réussir les concours de la police vous permette de vous préparer à distance. Vous pouvez vous connecter à votre espace élève de n’importe quel endroit, quand vous le souhaitez, à votre rythme.

Idéal pour les personnes qui habitent des petites villes, qui travaillent en parallèle, qui veulent se reconvertir ou qui n’arrivent pas à étudier toutes seules sans cadre.

Ce sont des formations de qualité, 90% des élèves sont satisfaits de leur préparation au concours de policier. Les inscriptions sont ouvertes toute l’année!

N’hésitez pas à demander une documentation gratuite en remplissant le formulaire ci-dessous, c’est sans engagement :

Police Nationale - Bas - Servais

  • Demandez de suite votre Documentation Gratuite
  • Informatique et libertés * champs obligatoires.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.