Devenir Policier de la Brigade de Recherche et d’Intervention BRI

Devenir Policier de la Brigade de Recherche et d’Intervention BRI
4.6 20 votes

Un policier de la Brigade de Recherche et d’Intervention (BRI), aussi appelée brigade anti-gangs, a pour mission d’intervenir lors de crises majeures qui menacent la sécurité et l’ordre public. Il a également une mission de police judiciaire et prend part aux enquêtes liées à la haute criminalité et au terrorisme. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir policier de la BRI.

Écusson de la BRI de Paris
Écusson de la BRI de Paris

Synonymes et métiers associés : agent de la BRI, gardien de la paix, gendarme du GIGN, policier du RAID, policier du GIPN.
Niveau d’études ou diplômes requis : niveau BAC ou équivalent.
Études en alternance : non.
Salaire débutant : 1.949€ nets mensuels.
Statut : fonctionnaire public d’Etat de catégorie B de la filière police-sécurité pour les gardiens de la paix et de catégorie A pour les officiers.
Limite d’âge pour le recrutement : maximum 40 ans pour les gardiens de la paix, et 45 ans pour les officiers.

1. Que fait le Policier de la Brigade de Recherche et d’Intervention : missions, tâches et fonctions :
2. Combien gagne un Policier de la BRI : salaire et évolution de carrière :
3. Comment devenir Policier de la BRI : études, formations, concours :
4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir le Concours de la Police Nationale :

1. Que fait le Policier de la Brigade de Recherche et d’Intervention : missions, tâches et fonctions :

Un policier de la BRI est engagé dans la lutte contre le grand banditisme et le terrorisme. Il possède les compétences nécessaires pour intervenir lors de négociations, d’effractions, de varappes, de tirs de précision, et d’interventions en milieu nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique.

Il exerce deux sortes de missions : des missions de police judiciaire, et des missions d’intervention. Il passe donc une grande partie de son temps à enquêter, mais peut aussi intervenir aux côtés d’autres forces d’intervention lors de crises majeures.

1.1 Les missions de Police Judiciaire :

. Perquisitions : rechercher des indices au sein d’un domicile ou d’une entreprise. Le policier de la BRI procède donc à une fouille minutieuse des lieux. Lorsque l’enquête concerne le crime organisé, les perquisitions peuvent avoir lieu de jour comme de nuit, contrairement aux perquisitions classiques.

. Saisies : procéder à la saisie d’objets ou de biens trouvés lors d’une perquisition ou sur les lieux d’un crime. Ces objets sont mis sous scellé et serviront de preuves ou d’indices lors d’une enquête ou d’un procès.

. Gardes à vue : placer des individus suspects en garde à vue après leur interpellation. Ils seront alors auditionnés, afin de recueillir leurs aveux ou leurs témoignages.

. Interceptions et écoutes téléphoniques : écouter, enregistrer et retranscrire (écrire) des communications téléphoniques émises par voie de télécommunication. Cela sert à collecter des informations.

. Réquisitions : accéder aux documents d’un établissement public ou privé pour permettre de démanteler des réseaux ou prouver des délits fiscaux.

. Collecte d’informations auprès d’informateurs : il peut s’agir de repentis ou d’informateurs qui communiquent des informations sensibles en échange d’une remise de peine ou d’argent. Cela permet par exemple d’identifier les membres et les activités d’un réseau.

. Surveillance générale : réaliser des planques et des filatures afin de surveiller les activités et les déplacements d’un suspect dans le but de collecter des preuves contre lui.

. Infiltrations : utiliser une identité d’emprunt afin d’intégrer un réseau de malfaiteurs. Il peut ainsi découvrir les activités et le fonctionnement des criminels.

. Sonorisation : enregistrer discrètement des conversations pouvant servir de preuves ou d’indices dans le cadre d’une enquête. La sonorisation peut avoir lieu dans un véhicule, dans une entreprise, ou chez un particulier.

. Classement : toutes les informations sont classées et archivées afin de pouvoir y accéder facilement et de faire des recoupements avec d’autres enquêtes.

. Soutien : apporter son soutien aux ordres forces de police, par exemple lors d’interpellations d’individus dangereux. Mais aussi transmettre des informations collectées aux autres services de polices travaillant sur des affaires liées au grand banditisme ou au terrorisme.

1.2 Les missions d’Intervention :

. Intervention lors de crises majeures : lors de graves événements qui menacent l’ordre et la sécurité publique, le policier de BRI est envoyé sur place. Il peut s’agir de prises d’otages, de séquestrations, de vols à main armée, d’individus retranchés et armés, de mutineries dans des prisons, ou encore d’actes terroristes. Le membre de la BRI doit alors sécuriser les lieux et analyser la situation afin d’établir une stratégie adaptée.

. Négociation : lors d’un enlèvement ou d’une prise d’otage, le policier de la BRI peut tenter de négocier avec le malfaiteur. Il essaye de le ramener à la raison et de comprendre ce qu’il veut en échange de la libération des personnes retenues contre leur gré. Les négociations peuvent durer de quelques minutes à plusieurs heures.

. Assauts : si les négociations n’aboutissent pas, ou que les personnes retenues sont menacées, un assaut peur être lancé en s’introduisant dans les lieux, avec usage d’armes à feu si nécessaire.

En dehors des enquêtes et des interventions, le policier de la BRI passe beaucoup de temps à s’entraîner physiquement afin de rester au niveau. Il peut aussi simuler des interventions dans des endroits spécifiques comme des stades, des transports en commun, ou des lieux culturels.

. Tenue et équipement : au quotidien, lors de ses missions de police judiciaire, le policier de la BRI porte l’uniforme classique de la police nationale, correspondant à son grade. Il peut aussi travailler en civil, pour plus de discrétion.

Lorsqu’il intervient sur le terrain, il porte une tenue spéciale. Le signe BRI est présent au dos de sa veste.

La tenue d’intervention est composée des éléments suivants :

. un pantalon noir hautement résistant,
. un blouson noir,
. des gants noirs,
. une cagoule noire qui préserve leur identité,
. des bottines noires très résistantes.

Il bénéficie également d’un équipement de protection lors des interventions :

. un casque,
. un gilet pare-balles,
. des genouillères.

Un policier de la BRI est lourdement armé :

. pistolet,
. fusil d’assaut,
. pistolet mitrailleur,
. fusil à pompe,
. fusil semi-automatique,
. fusil de précision avec vision nocturne (sniper),
. Flash Ball,
. pistolet à impulsion électrique.

Il dispose aussi de plusieurs véhicules :

. véhicule rapide d’intervention,
. 4×4,
. camion blindé qui sert à stocker le matériel d’intervention,
. matériel de surveillance électronique.

Afin de réaliser ses missions de police judiciaire, un policier de la BRI a accès à du matériel de pointe pour mener ses enquêtes. Il peut par exemple s’agir de moyens discrets d’enregistrement vidéo.

. Qualités essentielles / compétences requises : un policier de la BRI doit tout d’abord être en excellente condition physique. Il doit être endurant et résistant afin de pouvoir intervenir à tout moment. Il doit aussi être prêt à respecter les ordres de ses supérieurs sans discuter. Il faut aussi qu’il sache faire preuve de sang froid dans les situations d’urgence, et notamment lors des interventions dangereuses.

Lorsqu’il effectue des missions de police judiciaire et qu’il prend part à des enquêtes, le policier de la BRI doit être très minutieux afin de ne manquer aucune preuve ou indice. Il faut qu’il ait des compétences reconnues en matière de police judiciaire. Lors de certaines enquêtes, il doit aussi se montrer patient. Il peut se passer plusieurs mois, voire plusieurs années, avant que certains suspects ne soient interpellés.

. Débouchés, recrutement, où exercer : il faut savoir qu’il existe très peu de places disponibles. Les épreuves de sélection sont très dures.

Les policiers qui réussissent les épreuves de sélection pour rejoindre la BRI sont placés dans un vivier, et ils rejoignent une brigade seulement en fonction des besoins.

Ceux qui candidatent pour la BRI-PP, c’est à dire la BRI de Paris, peuvent la rejoindre en réussissant un stage d’immersion. Il faut savoir que sur 100 dossiers déposés, seuls une dizaine de candidats réussissent les épreuves et prennent part au stage. Mais ils ne sont pas encore assurés d’intégrer la BRI-PP car à l’issue du stage, uniquement cinq profils sont retenus.

Les policiers intègrent l’une des 17 BRI qui comptent les BRI-PP, la BRI-N et la BRIF-N, mais aussi trois antennes BRI.

. BRI-PP Paris,
. BRI Lyon,
. BRI Marseille,
. BRI Montpellier,
. BRI Nice,
. BRI Nantes,
. BRI Rouen,
. BRI Lille,
. BRI Versailles,
. BRI Strasbourg : avec une antenne à Metz,
. BRI Bordeaux : avec une antenne BRI à Bayonne,
. BRI Toulouse,
. BRI Ajaccio : avec une antenne BRI à Bastia,
. BRI Orléans,
. BRI Dijon,
. BRI Criminelle Nationale de Nanterre,
. BRIF-N.

Il faut savoir qu’une nouvelle BRI devrait être créée à Rennes, ainsi que deux antennes de la BRI à Dreux et à Creil.

. Horaires et durée de travail : un policier de la BRI doit être prêt à travailler à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, en semaine mais aussi les week-ends et les jours fériés. Il est amené à faire des heures supplémentaires lors de crises majeures qui nécessitent sa présence et son intervention. C’est un métier très exigeant qui demande beaucoup d’endurance pour lutter contre la fatigue physique et psychologique.

Véhicule blindé de la BRI

2. Combien gagne un Policier de la BRI : salaire et évolution de carrière :

Un policier de la BRI a le même salaire que les autres agents de la police nationale. Ce salaire correspond à une grille indiciaire, mais dépend aussi du corps d’appartenance du policier de la BRI, de son grade, et de son échelon.

Il faut savoir qu’il existe trois corps au sein de la police nationale, mais les policiers de la BRI font uniquement partie de deux des trois corps. Chaque corps étant composé de plusieurs grades.

Corps d’Encadrement et d’Application (CEA) :

Il compte des gardiens de la paix et des gradés :

. Gardien de la paix : rémunéré entre 1.940€ et 2.577€ nets mensuels.
. Brigadier : rémunéré entre 2.215€ et 2.700€ nets mensuels.
. Brigadier-chef : rémunéré entre 2.572€ et 2.863€ nets mensuels.
. Major : rémunéré entre 2.742€ et 3.078€ nets mensuels.

Corps de Commandement (CC) :

Il est composé d’officiers de la police nationale :

. Capitaine de police : entre 1.408€ et 2.475€ nets mensuels.
. Commandant de police : entre 2.183€ et 2.670€ nets par mois.
. Commandant divisionnaire de police : entre 2.594€ et 2.925€ nets mensuels.

Corps de conception et de direction (CCD) :

Le corps d’encadrement et d’application de la police nationale est composé de commissaires de police :

. Commissaire de police : de 3.150€ à 5.035€ nets mensuels.
. Commissaire divisionnaire de police : de 4.495€ à 6.784€ nets par mois.
. Commissaire général de police : de 5.700€ à 7.793€ nets mensuels.

Il s’agit là du salaire net mensuel, mais il faut savoir qu’un policier de la BRI perçoit également de nombreuses primes et indemnités qui augmentent sa rémunération..

Comme tous les autres agents de la police nationale, un policier de la BRI peut monter en grade. Il doit pour cela gravir les échelons ou bénéficier d’une promotion exceptionnelle.

3. Comment devenir Policier de la BRI : études, formations, concours :

Pour rejoindre la brigade de recherche et d’intervention, il faut déjà faire partie de la police nationale. Pour cela il est nécessaire de réussir le concours de gardien de la paix ou celui d’officier.

. Concours de Gardien de la Paix (niveau BAC ou équivalent) : il est constitué d’une phase d’admissibilité et d’une phase d’admission. Les épreuves sont aussi bien écrites qu’orales. Les candidats qui réussissent le concours doivent ensuite intégrer une formation d’un an au sein d’une école de police. La titularisation nécessite une année de services effectifs.

. Concours d’Officier de Police (niveau Licence BAC+3 ou équivalent) : il est également composé d’une phase d’admissibilité ainsi que d’une phase d’admission. Les épreuves sont elles aussi écrites et orales. La formation réservée aux candidats qui réussissent le concours dure quant à elle 18 mois. Elle a lieu dans d’une école de police. La titularisation intervient au bout d’une année d’exercice.

Sélection et Recrutement dans la BRI :

Pour pouvoir rejoindre la BRI, les policiers doivent donc appartenir au corps des gradés et des gardiens de la paix, ou alors au corps des officiers de police. Ils doivent aussi avoir trois ans de services effectifs en tant que titulaire, et être bien notés.

Seuls les policiers qui répondent à ces exigences peuvent déposer un dossier de candidature. Si leur profil est retenu, ils doivent ensuite se rendre à une visite médicale qui juge s’ils sont aptes physiquement à intégrer les rangs de la brigade de recherche et d’intervention.

Les candidats qui sont retenus doivent ensuite réussir différentes étapes de sélection :

. Présélection : lors de cette première étape, les compétences physiques et les aptitudes au tir de chaque candidat sont évaluées.

. Ateliers de tests professionnels : il s’agit d’exercices de filature et de surveillance, d’entraînements aux tirs de discernement, de progressions en milieu hostile, mais aussi d’interpellations de forcenés. Des psychologues sont également présents afin d’établir le profil psychologique de chaque candidat lors d’entretiens personnalisés.

Les policiers qui franchissent les étapes de sélection intègrent ensuite un vivier national pour une durée de trois ans, et rejoignent une brigade de recherche et d’intervention quand des places se libèrent.

Concernant la BRI-PP (Paris), le recrutement n’est pas tout à fait le même. Les policiers qui souhaitent la rejoindre doivent réussir trois journées de sélection composées d’épreuves physiques variées :

. épreuves physiques,
. tests psychologiques,
. parcours de stress suivi d’un tir.

Les candidats doivent également se rendre à une visite médicale qui atteste de leur aptitude physique, ainsi qu’à un entretien psychologique qui évalue leurs motivations et leur résistance au stress.

Les lauréats doivent ensuite réaliser un stage d’immersion totale de trois semaines. Ils sont pour cela placés au sein de groupes opérationnels et prennent part aux missions et aux entraînements quotidiens. Ils ont un rôle d’observateur lors des interventions difficiles. A la suite de ce stage, seuls quelques candidats sont retenus.

4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir le Concours de la Police Nationale :

Comme on l’a vu précédemment, pour intégrer une brigade de recherche et d’intervention, il faut d’abord passer un concours de la police nationale. Et votre réussite n’est pas du tout garantie car la concurrence est élevé entre les candidats.

Vous pouvez préparer le concours tout seul en achetant des livresMais pour augmenter vos chances d’être reçu au concours et avoir un avantage sur les autres candidats, la meilleure solution est de vous inscrire à une formation préparatoire.

Les Cours Servais proposent des formations à distance pour réussir les concours de la police nationale. Formations en ligne que vous pouvez suivre de n’importe quel endroit, quand vous le souhaitez, à votre rythme. Idéal si vous habitez une petite ville, si vous travaillez en parallèle, si vous voulez vous reconvertir ou si vous avez du mal à étudier tout seul sans cadre.

Ce sont des formations de qualité, 90% des élèves sont satisfait de leur préparation au concours.

N’hésitez pas à demander une documentation gratuite en remplissant le formulaire ci-dessous, c’est sans engagement :