You Are Here: Home » La Garde Républicaine de la Gendarmerie

La Garde Républicaine de la Gendarmerie


La garde républicaine, qui dépend de la gendarmerie, est responsable de la sécurité de la Présidence de la République et des grands palais nationaux. Elle est également chargée des services d’honneur en présence du Chef de l’Etat et des plus hautes autorités publiques, lors de manifestations officielles.

1. Qu’est-ce que la Garde Républicaine, histoire et présentation :
2. Quelles sont les missions de la Garde Républicaine :
… 2.1 Le Protocole Militaire de l’État :
… 2.2 La Sécurité des Palais Nationaux :
… 2.3 La Sécurité Publique Générale :
… 2.4 Le Rayonnement International de la France :
… 2.5 Les Autres Services de la Garde Républicaine :
3. Comment est organisé la Garde Républicaine :
4. Quels sont les effectifs de la Garde Républicaine :
5. Quelle est la place des Femmes dans la Garde Républicaine :
6. Quels sont les équipements, armes et véhicules de la Garde Républicaine :
7. Comment rentrer dans la Garde Républicaine : concours, formation, recrutement :
8. Recevoir une documentation gratuite pour réussir les Concours de la Gendarmerie :

Cavalerie de la Garde Républicaine

Cavalerie de la Garde Républicaine ©Marie-Lan Nguyen

1. Qu’est-ce que la Garde Républicaine, histoire et présentation :

La garde républicaine est issue des forces armées qui étaient responsables de la sécurité des rois de France et des services d’honneurs. Pendant longtemps, Paris avait à sa disposition un guet royal (unité de sécurité pour protéger les biens et les personnes) ayant vu le jour sous Saint Louis en 1254.

C’est en 1750 qu’il adopte le nom de Garde de Paris. En 1789, la Garde trahit le Roi et décide de se mettre au service de l’assemblée nationale. Cet événement engendre sa dissolution quelques années plus tard, en 1791. Huit divisions de gendarmerie sont alors chargée d’assurer la sécurité au sein de Paris. Il s’agit de la gendarmerie nationale parisienne.

En 1793, la gendarmerie nationale parisienne cède la place à une légion de police qui assurera la surveillance de Paris pendant trois ans. A partir de 1796, c’est la garde nationale qui veille à la sécurité des bâtiments publics.

Cette organisation est remise en question par Napoléon Bonaparte en 1802, lorsqu’il décide de créer la garde municipale de Paris. La garde républicaine y est alors rattachée. Mais la garde municipale de Paris disparaît en 1813 après la tentative de coup d’Etat du général Malet.

Garde Municipale de Paris

2ème Régiment de la Garde Municipale de Paris 1803 – 1808

La garde municipale de Paris est alors remplacée par la gendarmerie impériale de Paris qui sera nommée garde royale de Paris sous la Restauration, puis gendarmerie royale de Paris.

La garde municipale de Paris renait en 1830 et récupère ses fonctions jusqu’à la fin de la Révolution de 1848, date à laquelle elle est à nouveau dissoute. C’est alors la garde civique qui prend le relais.

Cette même année, la garde républicaine de Paris voit enfin le jour par décret de Louis-Napoléon Bonaparte. A ce moment là, elle n’est composée que d’un régiment d’infanterie ainsi qu’un régiment de cavalerie. Elle rejoint la gendarmerie un an plus tard, et ses insignes lui sont remises le 14 juillet 1880.

Lors de la première guerre mondiale, elle reste affectée à la surveillance de Paris et ne participe pas aux batailles. Cependant, un tiers de ses effectifs et l’ensemble de ses officiers décident de partir au front en tant que volontaires et de rejoindre l’infanterie. C’est la raison pour laquelle son étendard et ses drapeaux sont décorés de la croix de chevalier de la légion d’honneur.

Si la garde républicaine est le dernier régiment monté (c’est à dire à cheval), c’est justement parce qu’une partie de ses effectifs a continué d’assurer la sécurité de Paris lors de la première guerre mondiale. Elle a de ce fait échappé à la mécanisation de ses équipements et a pu conserver ses coutumes et ses uniformes.

Lors de la seconde guerre mondiale, la garde républicaine est démilitarisée et elle est placée sous la responsabilité de la préfecture de police. C’est la raison pour laquelle elle est nommée garde de Paris. Comme lors de la première guerre mondiale, certains membres de la garde décident de rejoindre le général de Gaulle et de prendre part aux combats avec les FFI lors de la libération de Paris.

C’est en 1952 que la garde de Paris prend le nom de légion de la garde républicaine de Paris. Elle participe également à la guerre d’Indochine et c’est la raison pour laquelle la croix de guerre des TOE lui est décernée.

Son nom actuel de garde républicaine lui est donné en 1978. C’est également cette même année que le régiment d’infanterie est divisé en deux unités : le 1er et le 2ème régiment d’infanterie de la garde républicaine. En 1979, le président Giscard d’Estaing donne ses nouveaux insignes à la garde et confie le drapeau au chef de corps du régiment, le Colonel Gerardin. C’est d’ailleurs lui qui décide de créer le quadrille des baïonnettes.

Aujourd’hui, la Garde républicaine se reconnaît grâce à son uniforme de prestige. Elle est une figure emblématique de Paris.

Quadrille des baïonnettes des Fantassins de la Garde Républicaine

Quadrille des baïonnettes des Fantassins de la Garde Républicaine ©Domenjod

2. Quelles sont les missions de la Garde Républicaine :

La garde républicaine remplit des missions protocolaires, mais elle assure également une présence opérationnelle dans la capitale pour veiller à la sécurité publique. Elle peut aussi avoir des missions de services d’ordre près de certains lieux stratégiques comme le Parc des Princes ou le stade de France.

Ses principales missions sont au nombre de quatre et concerne les domaines suivants :

2.1 Le Protocole Militaire de l’État :

Il faut savoir que le protocole militaire est encore très présent au sein de la tradition nationale. C’est la garde républicaine qui en est la garante et qui est chargée des missions protocolaires en présence du Président de la République et de chefs d’états étrangers invités par le gouvernement.

Il peut s’agir de services et d’escortes d’honneur à pieds, à cheval ou à moto. Ces événements ont principalement lieu sur l’esplanade des Invalides ou sur les Champs-Elysées. Lors des ouvertures de séances des deux assemblées parlementaires, la garde a également pour missions de rendre les honneurs aux présidents de ces assemblées. Il ne s’agit pas seulement de missions de prestige, mais aussi de missions de sécurité car le régiment de cavalerie doit escorter les plus hautes autorités de l’Etat, ainsi que des personnalités publiques étrangères.

A l’occasion de cérémonies officielles de grande importance, la musique de la garde ainsi que la fanfare de cavalerie sont également présentes.

2.2 La Sécurité des Palais Nationaux :

La garde républicaine a pour mission de veiller à la sécurité des hauts lieux gouvernementaux, ainsi qu’à celle des assemblées parlementaires pour lesquelles elle est sous réquisition permanente.

Le 1er et le 2ème régiment se partagent ces missions :

. 1er régiment : c’est lui qui assure la sécurité de l’Élysée en contrôlant par exemple les entrées et en effectuant des rondes autour du bâtiment,

. 2ème régiment : il remplit quant à lui le même type de missions mais à Matignon, au Quai d’Orsay, à l’hôtel Beauvau, à l’hôtel Brienne, au palais Bourbon, au palais du Luxembourg et au conseil constitutionnel.

La garde républicaine se partage également la surveillance du palais de justice. Lorsque la sécurité de certaines ambassades françaises à l’étranger nécessite d’être renforcée, la garde peut être envoyée sur place.

Ces missions de sécurité sont assurées quotidiennement par 900 gendarmes de la garde formés au tir et à la maîtrise d’individus dangereux. Certains ont même la qualification de tireur d’élite délivrée par le GIGN.

2.3 La Sécurité Publique Générale :

Une partie de la garde républicaine assure la sécurité publique générale. Chaque unité de la garde intervient en fonction de sa spécialité.

. Peloton d’Intervention de l’Infanterie : il arrive par exemple que les unités territoriales d’Ile-de-France et les offices centraux sollicitent l’aide des pelotons d’intervention de l’infanterie lors d’opérations à risques. Il peut s’agit d’interpellations sensibles ou encore d’escortes de détenus dangereux. Ils prennent également part à des missions de grande ampleur comme la lutte contre l’orpaillage en Guyanne. Depuis le 21 mars 2017, ils participent aussi à des missions sentinelles, c’est à dire à des patrouilles à pied pour des missions de surveillance générale, dans certains arrondissements de Paris.

. Motocyclistes de la Garde : les motards peuvent assurer les escortes protocolaires de convois de hauts fonctionnaires, ou alors le transfert de détenus à risques. Il arrive aussi qu’ils veillent à la sécurité de grandes épreuves cyclistes comme le Tour de France.

. Pelotons de Surveillance et d’Intervention à Cheval : environ 40 cavaliers de la garde sont mis au service de la préfecture de police de Paris. Ils peuvent par exemple prendre part à des patrouilles urbaines ou venir en aide aux forces mobiles en position autour de stades. Les gardes à cheval font partie d’une réserve d’intervention dont peuvent disposer à tout moment les autorités de sécurité publique.

Les pelotons de surveillance et d’intervention à cheval sont prêts à intervenir sur l’ensemble du territoire, dans des zones parfois difficiles d’accès. Ils interviennent souvent lors de recherches de personnes disparues en milieu forestier. Ils assurent aussi la sécurité de grands événements, de rassemblements et sont présents dans les secteurs touristiques très fréquentés lors des vacances d’été. Le régiment effectue aussi des missions régulières de surveillance dans certains massifs forestiers de la région parisienne comme le bois de Boulogne ou de Vincennes. Certains cavaliers sont également envoyés pendant trois ou quatre ans en Nouvelle-Calédonie, afin de réaliser des missions de patrouilles, de recherches et de renseignements dans certaines zones difficiles d’accès.

2.4 Le Rayonnement International de la France :

La garde républicaine est un symbole prestigieux de la France. Elle est donc à la disposition des plus hautes autorités de l’État pour assurer les services d’honneurs qui permettent de perpétuer la tradition :

. L’Orchestre Symphonique de la Garde Républicaine : composé de musiciens professionnels recrutés via un concours dans les conservatoires supérieurs nationaux de Paris et Lyon, cet orchestre est capable d’interpréter tout le répertoire musical classique du XVIIème siècle à nos jours.

. Le Chœur de l’Armée Française : créé en 1982, il est composé de chanteurs professionnels de haut niveau et se produit régulièrement avec l’orchestre de la garde. Il participe en France mais aussi à l’étranger, à des manifestations officielles (commémorations, gala, messes), mais aussi à des saisons musicales ou des festivals.

. Le Régiment de Cavalerie : fait des démonstrations lors de services d’honneur et forme des cavaliers et des unités de pays étrangers.

. La Fanfare de Cavalerie de la Garde : lors de grandes cérémonies, la fanfare montée interprète principalement des marches régimentaires et marches de la garde. Le bruit cadencé des sabots et celui des trompettes évoquent les cavaliers et les traditions militaires d’autrefois. Les timbaliers sont sur des chevaux gris alors que les trompettistes sont sur des chevaux alezans.

Orchestre d'Harmonie de la Garde Républicaine

Orchestre d’Harmonie de la Garde Républicaine ©SAAMAMGR

2.5 Les Autres Services de la Garde Républicaine :

. Les Maréchaux Ferrant de la Garde Républicaine : la maréchalerie de la garde républicaine a quant à elle pour mission de forger des fers sur mesure pour les chevaux de la cavalerie. La méthode utilisée est celle de la fabrication des fers à trois marteaux, c’est à dire que pendant qu’un maréchal-ferrant tape sur une enclume, deux autre frappent le fer rouge l’un après l’autre en rythme. Le fer brut encore chaud est ensuite posé sur la corne du sabot afin de l’ajuster. Il faut savoir que les fers des chevaux de la cavalerie doivent être changés environ tous les 45 jours.

. Le Centre d’Instruction Équestre : le centre d’instruction du régiment de cavalerie a quant à lui deux missions principales qui consistent à former les nouveaux cavaliers et à débourrer des jeunes chevaux. La formation des gardes comprend l’équitation militaire et l’apprentissage des missions qui leur seront confiées comme la sécurité publique à cheval, les services d’honneur à pieds et à cheval, ainsi que les escortes. Des militaires étrangers sont aussi formés au sein du centre dans le cadre de la coopération internationale. Les jeunes chevaux arrivent quant à eux dans le centre à l’âge de trois ans. Ils sont alors préparés au service en arme.

3. Comment est organisé la Garde Républicaine :

Il faut savoir que la garde républicaine est sous le commandement d’un général de division. Elle compte deux régiments d’infanterie, un régiment de cavalerie, un état-major, ainsi que des formations musicales comprenant un orchestre et le chœur de l’armée française, et pour finir un centre d’instruction.

Le 1er Régiment d’Infanterie est composé de :

. 1 État-major, situé au sein de la caserne Rathelot (92),
. 3 Compagnies de Sécurité et d’Honneur (CSH), comptant chacune trois sections et un peloton d’intervention, également située à la caserne Rathelot,
. 1 Compagnie de Sécurité de la Présidence de la République (CSPR), située à la caserne Penthièvre (Paris 8ème), près du palais de l’Elysée,
. 1 escadron motocycliste, au sein de la caserne de Rose à Dugny (93),
. la Musique de la Garde républicaine : qui peut apparaître sous la forme d’une musique d’harmonie, d’une batterie fanfare, ou d’une fanfare napoléonienne.

Le 2ème Régiment d’Infanterie se compose quant à lui de :

. 1 État-major, situé au sein de la caserne Kellermann (Paris 13ème),
. 4 compagnies de sécurité et d’honneur, comptant chacune trois sections et un peloton d’intervention,
. 1 Compagnie de Sécurité de l’Hôtel Matignon (CSHM),
. 1 Compagnie de Sécurité des Palais Nationaux (CSPN).

Le Régiment de Cavalerie comprend :

. 1 État-major,
. 3 escadrons de marche,
. 1 escadron hors rang : composé d’une fanfare de cavalerie, d’un service vétérinaire et de maréchaux-ferrants,
. 1 centre d’instruction équestre situé au quartier Goupil à Saint-Germain en Laye,

Les quatre escadrons forment ce que l’on appelle l’unité de base.

L’Etat-Major est composé de plusieurs bureaux et services :

. 1 bureau des opérations et de l’emploi,
. 1 bureau des ressources humaines,
. des services logistiques comme les ateliers de tradition comprenant la sellerie, l’armurerie et les costumes d’époque.

L’Orchestre de la Garde Républicaine.

Le Chœur de l’Armée Française.

Trompettes de la Garde Républicaine

Trompettes de la Garde Républicaine ©Domenjod

4. Quels sont les effectifs de la Garde Républicaine :

La garde républicaine compte environ 2.800 personnes dans ses rangs, dont 1.800 sous-officiers de gendarmerie.

Le Régiment de Cavalerie : il compte environ 550 militaires dont 470 sous-officiers de gendarmerie.

Les Fantassins : qui composent le 1er et le 2ème régiments d’infanterie :
. 1er Régiment d’infanterie : compte environ 900 gardes,
. 2ème Régiment d’infanterie : compte environ 1.300 gardes.

L’Orchestre de la Garde : il est composé d’environ 120 musiciens professionnels issus des conservatoires nationaux supérieurs de Paris et de Lyon.
. L’orchestre d’harmonie : 80 musiciens.
. L’orchestre à cordes : 40 musiciens.
. L’orchestre symphonique : 80 musiciens issus des deux formations précédentes.

Le Chœur de l’Armée Française : composé de 46 chanteurs professionnels.

5. Quelle est la place des Femmes dans la Garde Républicaine :

C’est en 1983 que la garde républicaine accueille dans ses rangs les premières femmes, et plus précisément une musicienne nommé Stagnoli qui intègre l’orchestre. La même année, une sous-officière est la première à rejoindre l’unité opérationnelle. Il s’agit de Viviane Coli, maréchale des logis-chef.

Il faut néanmoins attendre une dizaine d’années avant que les femmes soient acceptées au sein des compagnies de sécurité et d’honneur. A partir de ce moment là, elles peuvent accéder à l’ensemble des fonctions au sein des régiments d’infanterie. Elles font partie intégrantes des pelotons d’intervention et prennent part à toutes les formations spéciales comme celles de grenadiers de l’empereur et quadrille des baïonnettes.

Ce n’est qu’à partir de novembre 1999 que les premières sous-officières ont le droit de rejoindre les escadrons à cheval. En octobre 2000, le régiment monté est d’ailleurs le premier à accueillir une femme officière de la garde républicaine, en dehors de l’orchestre.

Il faut aussi savoir que depuis 2007 c’est une femme, la commandante Aurore Tillac, qui dirige le chœur de l’armée française.

En 2017, la garde républicaine était composée de 24 % de femmes alors qu’en 2010, il n’y avait que 10 % de femmes.

Les effectifs féminins de la Garde Républicaine en 2010 :

Pour donner un aperçu du rôle des femmes au sein de la garde républicaine, voyons la répartition des effectifs féminins en 2010. Ils représentaient alors environ 10 % du personnel total de la garde républicaine .

Au sein des unités opérationnelles de la garde républicaine :

Il y avait en tout 172 femmes qui servaient en tant qu’officières et sous-officières de la gendarmerie :
. 38 dans le 1er régiment d’infanterie,
. 96 dans le 2ème régiment d’infanterie,
. 32 dans le régiment de cavalerie,
. 3 dans la Musique de garde dans l’orchestre,
. 1 à l’Etat-major de la garde
. 1 à l’atelier sellerie,
. 1 conductrice de poids lourds et légers au sein de la compagnie transport-liaison.

Au sein des autres formations de la garde républicaine :

. 27 officières et sous-officières au sein des formations musicales,
. 36 femmes appartenant au corps de soutien administratif et technique, du grade de maréchal des logis à celui de lieutenant, étaient présentes au sein de l’Etat-major et dans certains régiments,
. 18 femmes faisaient partie du personnel civil,
. 92 femmes GAV – APJA, ou en emploi particulier.

6. Quels sont les équipements, armes et véhicules de la Garde Républicaine :

Uniformes de la Garde Républicaine :

Les gendarmes de la garde républicaine sont reconnaissables grâce au galon d’élite rouge qui encercle la partie supérieure de leur képi. Il faut savoir que dans leurs missions quotidiennes, les membres de la garde républicaine portent la tenue classique de la gendarmerie nationale, c’est à dire une chemise bleu clair, un pantalon bleu marine, une paire de bottes et un casque pour les cavaliers ou un képi.

L’uniforme de prestige, également connu sous l’appellation de Grande Tenue de Service (GTS), est réservé aux services d’honneur. Il s’agit d’une tunique bleu marine fermée jusqu’au col ornementée de grenades et d’attentes couleur or au niveau des épaules, et de franges pour les plus hauts gradés.

Lors des défilés, les officiers portent une tunique à col officier comptant sept boutons. Le costume des cavaliers comporte aussi une culotte d’équitation bleue foncée ou blanche lorsque le Président de la République est présent. La grande tenue de service est toujours accompagnée de gants blancs. Les bottines montantes des cavaliers comportent un éperon mais n’ont pas de lacets. Ils sont aussi les seuls à porter le casque traditionnel à houppette et plumet rouge.

Equipement et armes de la Garde Républicaine :

Les gendarmes à moto de la garde républicaine ont à leur disposition une centaine de motos de la marque Yamaha pour leurs missions de tous les jours. L’équipe d’acrobatie, qui effectue des démonstrations, possède quant à elle une quinzaine de motos BMW, un quad, quatre motos Honda de saut, et deux motos échelles de la marque Suzuki et Harley Davidson.

Quand aux cavaliers, ils sont bien sûr équipés avec un matériel d’équitation complet leur permettant de mener à bien leurs missions à cheval mais aussi de prendre soin de leur monture. Il faut d’ailleurs savoir qu’un cheval de la garde républicaine prend sa retraite à l’âge de 18 ans (sauf en cas de problème vétérinaire), il est d’ailleurs possible pour un particulier de recueillir dans son champs un cheval reformé.

Pour la petite anecdote, le 8 janvier 2018, le président de la république Emmanuel Macron a offert au président chinois un cheval de la garde républicaine en guise de cadeau diplomatique, le président chinois ayant été impressionné par l’excellence de la cavalerie de la garde républicaine lors d’une précédente visite en France.

Les membres de la garde républicaine possèdent le même armement que les autres gendarmes, c’est à dire des armes létales (mortelles) et non létales (non mortelles).

Armes létales :
. pistolets,
. fusils à pompe,
. pistolets et fusils mitrailleurs,
. fusils d’assaut.

Les tireurs d’élite de la garde républicaine possèdent quant à eux des fusils de précision et les cavaliers portent un sabre à la ceinture.

Armes non létales :
. bâtons de défense télescopiques,
. flashball,
. tasers,
. grenades et des bombes lacrymogènes, etc.

Fantassins de la Garde Républicaine

Fantassins de la Garde Républicaine ©Marie-Lan Nguyen

7. Comment rentrer dans la Garde Républicaine : concours, formation, recrutement :

Pour rejoindre la garde républicaine, il est nécessaire d’être gendarme dans le corps des adjoints volontaires (GAV), des sous-officier (SOG), des officier de la gendarmerie, ou du corps de soutien technique et administratif de la gendarmerie nationale. Il faut pour cela réussir le concours correspondant et suivre une formation.

. Concours de Gendarme Adjoint Volontaire (aucun diplôme nécessaire) : il faut avoir 17 ans minimum au 1er janvier de l’année du concours et avoir un casier judiciaire vierge. La sélection comprend des tests psychotechniques, de compréhension de texte, de connaissance de la langue française, de culture générale et la rédaction d’une lettre de motivation. Les lauréats intègrent l’une des écoles de formation pendant 13 semaines, avant de suivre une formation complémentaire de 12 semaines au sein de leur unité d’affectation.

. Concours de Sous-Officier de Gendarmerie (niveau BAC ou équivalent) : il faut avoir entre 18 minimum et 35 ans maximum au 1er janvier de l’année du concours. Le concours comprend des épreuves écrites, orales et sportives. Les lauréats suivent ensuite une formation de 12 mois et s’engagent à servir l’Etat pendant au moins six ans.

. Concours d’Officier de Gendarmerie (niveau BAC+3 ou équivalent) : il faut avoir entre 18 ans et 28 ans. Le concours comprend des épreuves écrites, orales et sportives. Les lauréats intègrent ensuite une école de formation des officiers de la gendarmerie nationale pendant deux ans. La formation est ponctuée de stages.

. Concours du Corps de Soutien Technique et Administratif de la Gendarmerie Nationale (niveau BAC pour les sous-officiers et niveau BAC+3 pour les officiers) : les épreuves se déroulent en deux phases et sont composées d’épreuves écrites, orales et physiques. La formation se déroule également en deux étapes. Tout d’abord une formation militaire de 12 semaines suivie d’une formation de spécialiste de deux semaines complétée par une formation de 20 semaines pour les ingénieurs.

Recrutement dans la Garde Républicaine :

Les gendarmes qui souhaitent rejoindre la garde républicaine peuvent en faire la demande dès la sortie de leur école. Cela dépend généralement de leur classement. Il faut savoir que pour intégrer certaines unités de la garde, il est nécessaire de répondre à certains critères.

. Fantassin motocycliste : il faut détenir le permis moto.

. Garde du 1er régiment d’infanterie : il faut mesurer au minimum 1m75 et au maximum 1m85,

. Garde du 2ème régiment d’infanterie : il faut mesurer au minimum 1m72.

. Cavalier : il faut mesurer au minimum 1m70, réussir les épreuves techniques de sélection, et avoir un niveau équitation galop 5. Les gardes qui intègrent le régiment de cavalerie doivent suivre une formation de quatre à six moins au sein du centre d’instruction du régiment de cavalerie situé à Saint-Germain-en-Laye.

. Maréchal-ferrant : il faut détenir un CAP maréchalerie.

. Musicien : il faut détenir un diplôme des conservatoires nationaux supérieurs de musique de Paris ou de Lyon.

8. Recevoir une documentation gratuite pour réussir les Concours de la Gendarmerie :

Comme nous venons de le voir, pour devenir un gendarme de la gade républicaine, il faut d’abord préparer un des concours de la gendarmerie. Mais ces concours sont très sélectif, et votre réussite n’est pas du tout garantie. Pour atteindre votre objectif, une bonne préparation est indispensable.

Vous pouvez préparer le concours tout seul en achetant des livres (cliquez-ici pour voir les livres disponibles). Mais pour augmenter vos chances d’être reçu au concours et avoir un gros avantage sur les autres candidats, la meilleure solution est de vous inscrire à une formation préparatoire.

Les Cours Servais proposent des formations en ligne pour réussir les concours de la gendarmerie, formation que vous pouvez suivre de n’importe quel endroit, quand vous le souhaitez, à votre rythme. Idéal si vous habitez dans une petite ville, si vous travaillez en parallèle, si vous voulez vous reconvertir ou si vous avez du mal à étudier tout seul sans cadre.

N’hésitez pas à demander une documentation gratuite en remplissant le formulaire ci-dessous, c’est sans engagement :

Contact - Mentions Légales © Police-nationale.net

Scroll to top