Devenir Inspecteur de Sécurité de la Ville de Paris ISVP

Les Inspecteurs de Sécurité de la Ville de Paris (ISVP) ont pour mission de veiller à la sécurité des habitants de la capitale et à celle des touristes, mais aussi de protéger les biens et les équipements de la ville. Ils ont pour objectif de maintenir la tranquillité publique et de s’assurer du respect des règles de salubrité publique. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir inspecteur de sécurité de la mairie de Paris.

Inspecteur de Sécurité de la Ville de Paris

Synonymes et métiers associés : agent de la ville de Paris chargé d’un service de police, policier municipal, garde particulier, agent de la Direction de la Prévention de la Sécurité et de la Protection (DPSP), inspecteur de la tranquillité publique, ASVP.
Niveau d’études ou diplômes requis : diplôme de niveau V (BEP, CAP, ou équivalent).
Études en alternance : non.
Salaire débutant : 1.546€ brut par mois.
Statut : fonctionnaire de catégorie C de la filière surveillance et sécurité.
Limite d’âge pour le recrutement : 18 ans minimum au jour du concours, et 45 ans maximum au le 1er janvier de l’année du concours.

1. Que fait l’Inspecteur de sécurité de la ville de Paris : missions, tâches et fonctions
2. Quel est le salaire d’un Inspecteur de Sécurité de la Ville de Paris, son évolution de carrière
3. Quels diplômes, études, formations, concours, pour devenir Inspecteur de sécurité de la ville de Paris
4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir le concours de Policier Municipal

Général - Haut - Servais

  • Réussir son Concours - Documentation Gratuite

  • Informatique et libertés * champs obligatoires.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

1. Que fait un Inspecteur de Sécurité de la Ville de Paris : missions, tâches et fonctions

Il faut savoir que les inspecteurs de sécurité de la ville de Paris font partie de la Direction de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection (DPSP), créée en 2016. Ce sont des agents chargés d’un service de police, mais ils possèdent aussi le statut de garde particulier qui leur donne le droit d’assurer la protection des équipements publics de la ville de Paris, même s’ils sont situés hors de la capitale. Les inspecteurs de sécurité sont donc agréés et assermentés. Ils sont placés sous l’autorité de Techniciens de Tranquillité Publique et de Surveillance (TTPS).

1.1 Quotidien d’un Inspecteur de Sécurité de la Ville de Paris

Un inspecteur de sécurité de la ville de Paris est chargé de veiller à la sécurité et à la salubrité publique de la capitale. Il est en quelque sorte « l’équivalent du policier municipal », car Paris ne possède pas de police municipale. Il assure aussi bien la protection des citoyens que celle des biens et des bâtiments de la ville. Les inspecteurs de sécurité sont pour la plupart à pied, mais certains font partie de brigades VTT.

Au quotidien, l’ISVP peut accomplir différentes missions :

  • Réaliser des patrouilles de surveillance : afin de veiller à la protection des citoyens, mais aussi des équipements municipaux et des gens qui y travaillent. Il s’agit d’une présence préventive et dissuasive au sein des équipements municipaux comme les espaces verts, les crèches, les stades, les gymnases, les musées, les bibliothèques, les conservatoires, les équipements sociaux, ou encore les cimetières. Ils effectuent leurs rondes essentiellement à pied ou à vélo.
  • Veiller au respect des règles de salubrité sur la voie publique : en verbalisant les individus qui déposent leurs déchets sur la voie publique, ne ramassent pas les déjections canines, jettent leurs mégots par terre, ou sont les auteurs d’actes de pollution.
  • S’assurer du maintien du bon ordre lors d’événements particuliers : comme des foires, des marchés, ou encore des animations culturelles ou sportives.
  • Faire respecter la police des bruits : en luttant par exemple contre le tapage nocturne mais aussi diurne (le jour).
  • Lutter contre toutes les formes d’incivilités : en ayant recours à des actions de médiation, de dissuasion, ou encore de verbalisation lorsque les individus refusent d’obtempérer.
  • Accompagner les personnes fragiles : dans certaines démarches, ou en répondant à leurs sollicitations. Il peut s’agir, par exemple, d’accompagner les personnes âgées retirer de l’argent, de venir en aide aux sans-abris ou de sécuriser la sortie des écoles.
  • Constater les infractions aux arrêtés de police du Maire de Paris : par exemple en matière de propreté de l’espace public, ou d’occupations abusives du domaine public.
  • Assurer une présence dissuasive près de lieux sensibles : comme l’hôtel de Ville ou encore la basilique du Sacré Cœur.
  • Verbaliser les contrevenants : comme les vendeurs à la sauvette, très présents au sein de la capitale. Depuis 2016, les inspecteurs de sécurité ont recours aux procès-verbaux automatisés. Ils utilisent pour cela un smartphone qui leur permet de relever les infractions grâce à une saisie intuitive. Ils peuvent également prendre des photos qui serviront de preuves, et permettront aussi de géolocaliser le lieu de l’infraction. Toutes les informations saisies sont transmises directement par WIFI au centre national de traitement des procès-verbaux.
  • Relever l’identité de contrevenants : les inspecteurs possèdent ce droit depuis le 23 janvier 2003.
  • Prendre part à des opérations conjointes avec la police nationale : comme lors de missions de sécurisation de lieux sensibles, ou encore d’évacuation.
  • Porter assistance : aux personnes en danger ou en difficulté.

Pour vous donner une idée de l’importance des inspecteurs à Paris, ils ont mené 61.328 missions en 2014, et ont réalisé environ 153.220 heures de patrouille. Ils ont également effectué 2.172 interventions sur appel.

Evolution des missions des inspecteurs de sécurité de la marie de Paris :

Depuis 2015, les missions des inspecteurs de sécurité de la ville de Paris se concentrent principalement autour de la lutte contre les incivilités. C’est le Contrat Parisien de Prévention et de Sécurité (CPPS) qui fixe les objectifs pour une durée de cinq ans. Cela permet aux inspecteurs de sécurités de s’adapter aux nouveaux délits.

Entre 2015 et 2020, les principaux axes d’action concernaient :

  • la prévention de la délinquance des jeunes,
  • la protection des personnes vulnérables,
  • la lutte contre les violences faites aux femmes, mais aussi contre les violences intra-familiales,
  • le renforcement de l’aide aux victimes,
  • l’amélioration de la tranquillité publique.

Au total, le CPPS comptait 31 fiches-action et faisait apparaître de nouveaux thèmes confiés aux inspecteurs de sécurité :

  • la prévention de la radicalisation et l’accompagnement des familles,
  • la mise à l’abri ses familles qui dorment dans la rue,
  • le renforcement de la sécurité des seniors,
  • le renforcement de la sécurité des touristes,
  • le renforcement de la protection des agents chargés d’une mission de service public,
  • la lutte contre la vente à la sauvette et les activités illicites dans l’espace public,
  • la lutte contre les incivilités au sein de l’espace public,
  • la prévention de la délinquance au sein des transports en commun et des gares,
  • etc.

1.2 Tenue et équipement

Un inspecteur de sécurité de la ville de Paris travaille en uniforme. Sa tenue ressemble à celle des agents de la police municipale.

L’uniforme est composé des éléments suivants :

  • un polo ou un pull bleu marine avec trois bandes horizontales bleu clair surmontées de l’insigne «Mairie de Paris, Sécurité»,
  • un pantalon bleu marine,
  • une veste bleu marine avec les bandes horizontales et la sérigraphie « Mairie de Paris, Sécurité »,
  • des bottines noires.

L’ISVP dispose également d’un équipement de défense :

  • tonfa ou matraque télescopique,
  • aérosol de défense,
  • gilet pare-balles,
  • une paire de menottes.

1.3 Qualités essentielles, compétences nécessaires

Un inspecteur de sécurité de Paris doit être en excellente condition physique afin de pouvoir réagir à toutes les situations imprévues. Il suit pour cela un entraînement physique quotidien, encadré par des moniteurs d’éducation physique professionnels.

Il doit aussi savoir faire preuve de sang-froid en toutes circonstances, et notamment dans les moments d’urgence ou de danger. Il doit d’ailleurs avoir une très bonne capacité d’analyse afin de réagir de manière adaptée et de porter assistance aux personnes qui en ont besoin.

Il doit également faire preuve d’autorité tout en se montrant patient et diplomate. Il est là pour réprimer, mais aussi pour répondre aux besoins des parisiens et des touristes. L’inspecteur de sécurité doit donc avoir de grandes qualités humaines. Il faut aussi qu’il aime le travail en équipe, car il n’est jamais seul lors des patrouilles.

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer ce métier

C’est un métier qui recrute peu. En 2021, la Mairie de Paris recrute par exemple seulement 120 nouveaux inspecteurs de sécurité, 60 par concours interne, et 60 par concours externe.

La capitale en compte environ 900 au total. Environ 500 ISVP sont répartis dans les arrondissements de Paris, au sein :

  • d’une brigade polyvalente,
  • d’une brigade vététiste,
  • d’une brigade Mission Accompagnement Protection (MAP).

Environ une centaine d’inspecteurs de sécurité sont affectés aux services centraux ou non territorialisés, et environ 300 travaillent au sein de la Brigade d’Intervention de Paris (BIP). Ils sont répartis dans 5 unités :

  • l’unité d’appui,
  • l’unité de nuit,
  • l’unité motocycliste,
  • l’unité cynophile,
  • l’unité de protection des élus.

Les nouveaux inspecteurs de sécurité sont recrutés et affectés en fonction des besoins.

1.5 Horaires, conditions et temps de travail

Un inspecteur de sécurité de la ville de Paris travaille au minimum 33 heures par semaine. En fonction des missions qu’il effectue, ses cycles de travail varient. Certains sont amenés à travailler entre 13 et 26 week-ends ou jours fériés par an. D’autres travaillent un week-end sur deux.

Ses horaires peuvent être organisés sous forme de roulement (matin, après-midi, soirée) ou être attribués de manière fixe. Un ISVP peut également travailler au sein de l’unité de nuit. Quoi qu’il en soit, il faut être prêt à travailler à des horaires décalés.

L’inspecteur de sécurité de la ville de Paris bénéficie de 33 jours de congés par an.

Inspecteur de Sécurité de la Marie de Paris
ISVP en patrouille en VTT. ©Oliviervdf

2. Quel est le salaire d’un Inspecteur de Sécurité de la Ville de Paris, son évolution de carrière

Le salaire de base d’un Inspecteur de sécurité à Paris est compris entre 1.546€ et 2.216€ brut par mois. Il dépend d’une grille indiciaire liée à sa fonction. Cette grille indiciaire indique la rémunération d’un inspecteur de sécurité à Paris en fonction de son grade, mais aussi de son échelon. Il faut savoir qu’il existe trois grades distincts au sein de ce métier :

  • Inspecteur de sécurité : entre 1.546€ brut au 1er échelon, et 1.790€ brut par mois au 12ème échelon.
  • Inspecteur chef de sécurité de 2ème classe : entre 1.556€ brut au 1er échelon, et 1.968€ brut par mois au 12ème échelon.
  • Inspecteur chef de sécurité de 1ère classe : entre 1.640€ brut au 1er échelon, et 2.216€ brut par mois au 10ème échelon.

Mais il faut ajouter au salaire de base les bonifications indiciaires, les primes et les indemnités comme par exemple les suppléments familiaux de traitement, les indemnités de résidence, ou encore la Garantie Individuelle du Pouvoir d’Achat (GIPA). Ce qui augmente considérablement la rémunération des inspecteurs.

Un Inspecteur de sécurité à Paris peut monter en grade tout au long de sa carrière, soit en gravissant les échelons grâce à son ancienneté, soit grâce à des promotions.

3. Quels diplômes, études, formations, concours, pour devenir Inspecteur de sécurité de la ville de Paris

3.1 Conditions d’inscription aux concours d’ISVP

Un inspecteur de sécurité de la ville de Paris est recruté sur concours, par voie interne ou externe.

Pour pouvoir passer le concours, il faut respecter les conditions suivantes :

  • être titulaire du permis B,
  • remplir les conditions générales d’accès à la fonction publique, c’est-à-dire :
    – être de nationalité française ou d’un État membre de l’Union européenne, de l’Espace économique européen, de la Confédération Suisse, de la Principauté de Monaco ou de la Principauté d’Andorre,
    – jouir de ses droits civiques,
    – ne pas avoir fait l’objet d’une condamnation incompatible avec l’exercice du métier,
    – être en règle au regard du service national (JAPD ou JDC),
    – être physiquement apte aux fonctions de l’emploi visé,
  • avoir au moins 18 ans le jour du concours, et 45 ans maximum au 1er janvier de l’année du concours,
  • pour le concours externe : posséder un diplôme de niveau V (BEP, CAP) ou d’un diplôme équivalent,
  • pour le concours interne : être fonctionnaire ou agent non-titulaire de droit public depuis minimum un an au 1er janvier de l’année du concours interne.

Les candidats qui répondent à l’ensemble de ces exigences peuvent s’inscrire au concours sur le site officiel de la mairie de Paris, ou alors envoyer un dossier d’inscription par voie postale. Les candidats reçoivent ensuite une convocation personnelle précisant le lieu et la date du déroulement des épreuves.

3.2 Épreuves du Concours d’Inspecteur de Sécurité de la Ville de Paris

Le concours se divise en trois phases.

Sous-admissibilité :

  • Épreuve de rédaction : sur un sujet d’actualité (durée 1 h 30 minutes – coefficient 2).

Admissibilité :

  • Entretien avec le jury : pour évaluer les motivations et les compétences de chaque candidat (durée 10 à 20 minutes – coefficient 3).

Admission :

  • Épreuves sportives obligatoires :
    – une course de vitesse de 60 mètres,
    – test de Cooper : il s’agit d’une course de 12 minutes au cours de laquelle le participant doit parcourir le plus de distance possible,
    – une série d’abdominaux, de flexions-extensions en appui facial, et de tractions à la barre fixe (coefficient 2).
  • Épreuve sportive facultative : choisie au moment de l’inscription parmi le judo, le karaté, ou la boxe française (coefficient 1).
  • Épreuve facultative de langue vivante étrangère : composée du conversation dans la langue choisie au moment de l’inscription parmi l’anglais, l’allemand, l’arabe, l’espagnol ou l’italien (durée 10 minutes – coefficient 1)

Les candidats peuvent participer aux deux épreuves facultatives, ou seulement à l’une d’entre elles.

Les notes inférieures à 8/20 sont éliminatoires en ce qui concerne les épreuves obligatoires. Pour les épreuves facultatives, seuls les points au dessus de 10/20 sont pris en compte. Il faut avoir réussi chaque phase pour pouvoir accéder à la suivante.

3.3 Stage et recrutement par la ville de Paris

Une liste d’admission classe les candidats qui ont réussi le concours par ordre de mérite. Elle est établie dans la limite des places disponibles. Les lauréats doivent ensuite faire un stage d’un an.

Ce n’est qu’à la fin de ce stage qu’ils sont titularisés, seulement si leur aptitude à devenir inspecteur de sécurité a pu être démontré. S’ils échouent lors du stage, ils peuvent le prolonger pendant une seconde année.

Les candidats titularisés sont quant à eux agréés par le procureur de la République et assermentés par le tribunal de grande instance de Paris, afin de pouvoir constater, par procès-verbaux, les contraventions aux arrêtés de police du maire de Paris. Ils sont aussi agréés par le préfet de Paris en tant que gardes particuliers des propriétés de la ville de Paris, ainsi qu’assermentés, et commissionnés en tant qu’inspecteurs de salubrité de la ville de Paris.

Tout au long de leur carrière, les ISVP bénéficient de stage de formation continue et suivent, six heures par semaine, un entraînement physique et professionnel dispensé par des moniteurs spécialisés.

4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir le concours de Policier Municipal

Comme nous venons de le voir, il est très difficile de devenir inspecteur de sécurité de la mairie de Paris, car il y a peu de postes disponibles. Pour vous donner un ordre d’idée, il y a 900 inspecteurs de sécurité à Paris contre plus de 20.000 policiers municipaux en France.  Alors pourquoi ne pas devenir policier municipal, qui est en réalité le même métier, mais vous donne la possibilité de travailler dans toutes les polices municipales.

Il faut réussir pour cela le concours de gardien-brigadier de police municipale. Mais une bonne préparation est indispensable pour réussir, car il y a une forte concurrence entre les candidats.

Vous pouvez préparer le concours tout seul en achetant des livres. Mais pour augmenter vos chances d’être reçu au concours et avoir un gros avantage sur les autres candidats, la meilleure solution est de vous inscrire à une formation préparatoire.

Les Cours Servais proposent une formation en ligne pour réussir le concours de policier municipal. Formation que vous pouvez suivre de n’importe quel endroit, quand vous le souhaitez, à votre rythme. Idéal si vous habitez une petite ville, si vous travaillez en parallèle, si vous voulez vous reconvertir ou si vous avez du mal à étudier tout seul sans cadre.

C’est une formation de qualité, 90% des élèves sont satisfaits de leur préparation au concours.

N’hésitez pas à demander une documentation gratuite en remplissant le formulaire ci-dessous, c’est sans engagement :

Administratif - Bas - Servais

  • Demandez de suite votre Documentation Gratuite

  • Informatique et libertés * champs obligatoires.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.