Devenir Gendarme en Groupement Régional d’Intervention (GIR)

Un, ou une, gendarme du Groupement d’Intervention Régional (GIR) est engagé dans la lutte contre l’économie souterraine, mais aussi contre toutes les formes de délinquance qui y sont rattachées. Il enquête afin de déceler des infractions et d’interpeller les auteurs. Il coordonne également l’action de toutes les administrations concernées par la lutte contre le crime organisée, et encourage le partage d’information. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir gendarme du GIR.

Écusson des Groupes d'Intervention Régionaux
Écusson des Groupes d’Intervention Régionaux

Synonymes et métiers associés : sous officier de gendarmerie, policier du GIR, agent des douanes, agents de l’URSSAF, agents de l’inspection du travail..
Niveau d’études ou diplômes requis : niveau BAC ou équivalent.
Études en alternance : non, mais la formation est rémunérée 1.143€ nets par mois après réussite du concours de sous-officier.
Salaire débutant : 1.197€ nets mensuels + primes et avantages.
Statut : fonctionnaire de catégorie A ou de catégorie B de la filière police, sécurité, armée (militaire).
Limite d’âge pour le recrutement : 18 ans au moins et 35 ans au plus au 1er janvier de l’année pour passer le concours de sous-officier.

1. Que fait le Gendarme du GIR : missions, tâches et fonctions :
2. Combien gagne un Gendarme du GIR : salaire et évolution de carrière :
3. Quelles sont les études, formations et concours pour devenir Gendarme du GIR :
4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir le Concours de Gendarme :

Gendarmerie - Haut - Servais

  • Réussir les Concours de la Gendarmerie - Documentation Gratuite

  • Informatique et libertés * champs obligatoires.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

1. Que fait le Gendarme du GIR : missions, tâches et fonctions :

Il tout d’abord savoir que les Groupements d’Interventions Régionaux (GIR) ne sont pas uniquement composés de gendarmes mais aussi de policiers, de douaniers, d’agents des impôts de l’URSSAF et de l’inspection du travail, qui doivent collaborer ensemble afin de lutter le plus efficacement contre la délinquance financière.

Au sein du GIR, un gendarme a pour mission de lutter contre l’économie souterraine et contre toutes les formes de délinquance qui y sont liées. Il enquête pour cela sur différents types d’infractions :

. Infractions pénales : trafics de stupéfiants, vols et recels, trafics de véhicules, blanchiment d’argent et proxénétisme lié à la drogue, associations de malfaiteurs, trafic de véhicules volés ou recelés, agressions préméditées, incendies répétés de véhicules, trafic d’œuvres d’art, agressions à domicile, vol à main armé, …

. Infractions fiscales : fausses déclarations aux impôts, dissimulation de certains biens ou revenus, création et usage de faux documents dans le but d’organiser son insolvabilité, fraudes aux allocations logement, …

. Infractions douanières : contrebande, non respect des dispositions légales ou réglementaires relatives à la détention et au transport des marchandises, trafic d’animaux, …

. Infractions au code du travail : travail dissimulé, débarquement ou embarquement d’objets frauduleux, …

. Infractions à la législation de l’urbanisme : réalisation de travaux sans autorisations, réalisation de travaux non conformes à l’autorisation délivrée, …

. Infractions aux règles d’hygiène et de la sécurité.

. Tromperies sur les déclarations à l’URSSAF.

. Recouvrement de créances du Trésor (impôts).

Afin de lutter contre ces différentes infractions, un gendarme du GIR réalise différentes interventions :

. mise en place d’enquêtes, de planques et de filatures,
. surveillance et acte de présence dans les secteurs urbains jugés sensibles,
. interpellation des individus suspects,
. saisie de produits ou de marchandises illicites,
. recherche sur le patrimoine d’individus suspects (maisons, voitures, etc.) et identification du patrimoine acquis grâce aux bénéfices issu de trafics, puis saisie de ce patrimoine sous autorité judiciaire,

. soutien des autres forces d’intervention lors d’opérations sensibles.

Le gendarme du GIR possède des moyens législatifs et réglementaires, mais il peut aussi intervenir sur un plan pénal, fiscal, douanier et administratif. En plus de lutter contre la délinquance, il a pour mission de favoriser l’action pluridisciplinaire et l’échange d’informations entre toutes les administrations qui luttent aussi contre le crime organisé. Il a donc un rôle d’intermédiaire et de coordinateur.

Un officier de la gendarmerie nationale qui fait partie d’une Unité d’Organisation et de Commandement (UOC) d’un GIR a quant à lui des tâches bien précises :

. décider des effectifs à mobiliser en fonction des objectifs,
. préparer, organiser et diriger les opérations d’intervention et d’assistance,
. s’assurer de leur bonne exécution grâce à un suivi régulier,
. remplir son rôle d’interlocuteur privilégié avec les autres administrations engagées dans la lutte contre les formes de délinquance rattachées à l’économie souterraine.

. Tenue et équipement : un gendarme du GIR porte la même tenue que les autres gendarmes : une casquette, une veste bleue et noire, une veste polaire, un polo bleu ciel à manches courtes ou longues selon la saison, un pantalon bleu foncé, des rangers souples.

Un gendarme du GIR peut également s’habiller en civil lorsqu’il est en planque ou en filature. Il doit alors faire preuve de discrétion. Lors d’opérations spécifiques, il peut porter une tenue spécifique comme une combinaison stérile pour ne pas abîmer les indices d’une scène de crime.

Un gendarme du GIR a à sa disposition le même armement que les autres gendarmes : des pistolets, des fusils à pompe, un pistolet mitrailleur, un fusil de précision, un fusil d’assaut, un fusil mitrailleur, un bâton de défense télescopique, un lanceur de balles de défense, un pistolets à impulsion électrique, des grenades, une bombe lacrymogène.

Chaque gendarme dispose au sein de son groupement d’intervention régional de véhicules équipés de terminaux numériques de la gendarmerie. Ces véhicules disposent aussi d’émetteurs-récepteurs portables et de valises de rebouclage compatibles avec le système ACROPOL de la police.

. Qualités essentielles / compétences requises : un gendarme du GIR doit avoir une excellente expérience de terrain et avoir un goût prononcé pour les enquêtes. Il doit avoir une excellente capacité d’observation et d’analyse, mais aussi être très rigoureux afin de ne négliger aucune preuve ou indices.

Il doit avoir également beaucoup de sang-froid car il risque d’être confronté à des situations dangereuses, sensibles ou dramatiques comme des accidents, des agressions et des meurtres. Être fin psychologue est un gros avantage lorsqu’il s’agit de dresser des profils psychologiques d’auteurs de crimes et de délits.

Il faut aussi qu’il soit patient car certaines enquêtes peuvent durer plusieurs mois, voire plusieurs années. Le gendarme du GIR doit également aimer le travail d’équipe car il exerce son métier avec d’autres agents de la gendarmerie mais aussi de la police ou encore des douanes. Il doit aussi accepter de répondre aux ordres de sa hiérarchie sans discuter car c’est avant tout un militaire. Il faut également qu’il soit en bonne condition physique afin d’être prêt à réagir dans toutes les situations d’urgence.

. Débouchés, recrutement, où exercer : il faut savoir qu’il existe très peu de postes disponibles au sein des groupements d’intervention régionaux qui emploient au total entre 400 et 500 agents interministériels issus de la gendarmerie, mais aussi de la police, des douanes et des impôts.

Un gendarme du GIR travaille dans l’un des 36 groupements d’intervention régionaux présents en France, et plus précisément en Alsace, Aquitaine, Auvergne, Basse-Normandie, Bourgogne, Bretagne, Centre, Champagne-Ardenne, Corse, Essonne, Franche-Comté, Haute-Normandie, Hauts-de-Seine, Languedoc-Roussillon, Limousin, Lorraine, Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais, Paris, Pays de la Loire, Picardie, Poitou-Charentes, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rhône-Alpes, Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val-d’Oise, Yvelines, ou alors en outre mer en Guadeloupe, Guyane, Martinique, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, et Réunion. Il peut aussi exercer dans l’une des quatre antennes de GIR situées à Nice, à Bastia, à Grenoble et à Dreux.

Il faut savoir que sur les 36 GIR, seuls 15 d’entre eux sont placés sous l’autorité de sections de recherches de la gendarmerie nationale.

. Horaires et durée de travail : un gendarme du GIR a les mêmes horaires que tous les autres gendarmes. Il est donc amené à travailler en horaires décalés, de jour comme de nuit, les week-ends mais aussi les jours fériés. Il doit parfois faire de nombreuses heures supplémentaires lorsqu’il intervient sur des enquêtes sensibles ou qu’il est en filature.

Gendarme devant un ordinateurordinateur
Gendarme

2. Combien gagne un Gendarme du GIR : salaire et évolution de carrière :

Un gendarme du GIR perçoit le même salaire que les autres gendarmes. Ce salaire dépend de son corps d’appartenance, de son grade mais aussi de son échelon.

Sous-officier de gendarmerie : entre 1.197€ nets mensuels au premier échelon du grade de gendarme, et 2.060€ nets mensuels à l’échelon exceptionnel du grade de major.

Officier de gendarmerie : entre 1.298€ nets mensuel au premier échelon du grade de sous-lieutenant, et 4.596€ nets mensuels au grade de général de division.

En plus de son salaire, un gendarme du GIR bénéficie de nombreuses primes et d’indemnités qui peuvent représenter un montant conséquent. Il bénéficie également de nombreux avantages comme un logement gratuit.

3. Quelles sont les études, formations et concours pour devenir Gendarme du GIR :

Pour devenir gendarme du GIR, il faut tout d’abord faire partie de la gendarmerie nationale et appartenir au corps des sous-officiers ou à celui de officiers de la gendarmerie nationale.

. Concours de Sous-officier de gendarmerie (niveau BAC ou équivalent) : le concours comporte une phase d’admissibilité ainsi qu’une phase d’admission. Il est composé d’épreuves écrites, orales et techniques. Les candidats qui réussissent le concours doivent ensuite suivre une formation de 12 mois et s’engager à servir l’Etat pendant six ans.

. Concours d’Officier de gendarmerie (niveau BAC+5 ou équivalent) : pour tenter ce concours il est d’abord nécessaire de réussir le concours d’entrée à l’Ecole des Officiers de la Gendarmerie Nationale (EOGN de Melun) qui prépare notamment au concours d’Officier de Police Judiciaire (OPJ) pendant 14 mois. Avoir la qualité d’OPJ est un avantage conséquent pour intégrer un GIR.

Si vous n’avez pas de diplôme, vous pouvez rentrer dans la gendarmerie en tant que gendarme adjoint volontaire (GAV), puis évoluer en interne.

Un gendarme peut demander sa mutation dans un GIR lorsqu’il y a des postes vacants. Son profil, son expérience et ses motivations sont alors examinés.

4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir le Concours de Gendarme :

Comme nous venons de le voir, pour devenir gendarme au sein d’un groupement régional d’intervention, il est nécessaire de réussir un concours de la gendarmerie. Mais la concurrence est rude et une bonne préparation est indispensable.

Vous pouvez préparer le concours en achetant des livres. Mais pour augmenter vos chances d’être reçu au concours, la meilleure solution est de vous inscrire à une formation préparatoire.

Les Cours Servais proposent une formation en ligne que vous pouvez suivre de n’importe quel endroit, quand vous le souhaitez, à votre rythme. Idéal si vous habitez une petite ville, si vous travaillez en parallèle, si vous voulez vous reconvertir ou si vous avez du mal à étudier tout seul sans cadre.

C’est une formation de qualité, 90% des élèves sont satisfait de leur préparation au concours.

N’hésitez pas à demander une documentation gratuite en remplissant le formulaire ci-dessous, c’est sans engagement :

Gendarmerie - Bas - Servais

  • Demandez de suite votre Documentation Gratuite

  • Informatique et libertés * champs obligatoires.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.