You Are Here: Home » Devenir Réserviste dans la Gendarmerie

Devenir Réserviste dans la Gendarmerie


Un ou une réserviste de la gendarmerie intervient ponctuellement en renfort des unités d’active et des structures de commandement. Il aide à garantir la sécurité publique et à faire appliquer les lois françaises. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir réserviste de la gendarmerie.

Synonymes et métiers associés : réserviste opérationnel, sous-officier de gendarmerie, cadet de la république, gendarme adjoint volontaire, réserviste de la police nationale.
Niveau d’études ou diplômes requis : aucun.
Études en alternance : non.
Salaire débutant : 53€ nets par jour.
Statut : /
Limite d’âge pour le recrutement : minimum 17 ans et maximum 40 ans.

1. Que fait le Gendarme Réserviste : missions, tâches et fonctions :
2. Combien gagne un Réserviste de la Gendarmerie : salaire et évolution de carrière :
3. Comment devenir Réserviste de la Gendarmerie : études, formations, concours :
4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir le concours de Gendarme :

Réservistes de la Gendarmerie

Gendarmes en patrouille.

1. Que fait le Gendarme Réserviste : missions, tâches et fonctions :

Un réserviste de la gendarmerie fait partie de la Réserve Opérationnelle de la Gendarmerie Nationale (ROGN). Elle se compose de civils reconnus aptes, et d’anciens militaires volontaires. Elle compte aussi des militaires en fin de carrière qui n’ont pas signé d’Engagement à Servir dans la Réserve (ESR), mais qui ont une obligation de disponibilité pendant cinq ans à l’issue de leur service dans l’armée. En temps de paix, ils ne sont que très rarement sollicités et n’effectuent que cinq jours de missions au cours des cinq années obligatoires de réserve.

Les réservistes opérationnels de la gendarmerie se tiennent prêts à venir en soutien aux gendarmes. Ils sont issus de domaines professionnels différents, et mettent à profit leurs compétences spécifiques. Ils interviennent aux côtés des gendarmes pour assurer la sécurité publique, garantir la protection des personnes et des biens, contribuer au renseignement, alerter et porter secours. Il s’agit principalement de missions de prévention, de protection et d’assistance à la population.

Les réservistes sont appelés en renfort dans des unités de gendarmerie proches de leur domicile, afin d’intervenir sur différentes missions :

. Renforcer les unités de gendarmerie lors de leurs missions quotidiennes telles que des patrouilles, de la surveillance, de l’assistance, du dialogue avec la population, du conseil et du secours.

. Venir en soutien d’un peloton autoroutier ou d’une brigade motorisée afin de réaliser des contrôles de vitesse ou encore des alcootests.

. Répondre aux appels téléphoniques d’urgence au sein du centre opérationnel du département, et lancer des patrouilles et des interventions si nécessaire.

. Accueillir le public et les visiteurs au sein du poste de police d’une caserne, filtrer les entrées tout en assurant la permanence téléphonique.

. Réaliser le service d’ordre et assurer la sécurité des citoyens lors de regroupements et de revendications, de manifestations culturelles ou sportives telles que le Tour de France, les marathons, ou encore les rallyes automobiles.

. Participer à des recherches (fugue d’enfant, disparition de personne, etc.).

. Garantir la sécurité publique et lutter contre les faits de délinquance aux côtés des gendarmes.

. Renforcer les unités lors de mesures exceptionnelles comme le plan VIGIPIRATE.

. Apporter son aide lors de catastrophes naturelles ou d’accidents de grande ampleur.

. Encadrer les Journées Défense et Citoyenneté (JDC), les formations de réservistes ou les sessions de journées d’appel et de préparation à la défense (JAPD).

Certains réservistes apportent des compétences particulières dont la gendarmerie ne dispose pas toujours en interne. Comme prendre part aux ressources humaines, à des tâches de gestion, de comptabilité, ou encore d’administration des réservistes des échelons territoriaux et des groupements de gendarmerie.

. Tenue et équipement : un réserviste de la gendarmerie est équipé d’un paquetage de service courant, ainsi que d’un paquetage réduit de campagne. Le paquetage de service courant comprend l’uniforme bleu de gendarmerie, et celui de campagne renferme l’uniforme kaki que portent les militaires.

Une carte professionnelle électronique est remise à chaque réserviste sous ESR. Celle-ci leur permet de justifier de leur engagement, mais aussi d’accéder aux applications informatiques.

L’usage d’une arme n’est reconnue que dans le cadre de la légitime défense. Les réservistes disposent en effet de la compétence d’Agent de Police Judiciaire (APJ) en ce qui concerne les anciens militaires d’active, et de celle d’ Agent de Police Judiciaire Adjoint (APJA) pour les autres réservistes dans le domaine de la police judiciaire. Le port d’arme n’a lieu qu’après une formation spécifique et nécessite une assermentation.

. Qualités essentielles / compétences requises : un réserviste opérationnel doit être en excellente condition physique et morale pour être prêt à affronter n’importe quelle situation. Il faut aussi se rendre disponible à tout moment. Savoir garder son sang froid en toutes circonstance est donc essentiel pour se rendre sur le terrain. Il doit également apprécier et respecter la hiérarchie propre au domaine militaire, et être prêt à se soumettre aux ordres sans discuter.

Pour être réserviste, il faut avoir envie d’apporter son aide de manière désintéressée à l’ensemble des citoyens. Un réserviste doit se montrer à l’écoute, diplomate, mais aussi ferme pour faire valoir son autorité.

. Débouchés, recrutement, où exercer : le recrutement de réservistes opérationnels est permanent et accessible au plus grand nombre. On compte 28.500 réservistes en 2017, mais l’État a un objectif de 40.000 réservistes pour 2018.

Après la signature du contrat d’Engagement à Servir dans la Réserve opérationnelle (ESR), le réserviste est affecté après validation de ses aptitudes à prendre part à des activités militaires. Les réservistes ayant un statut d’officier, de sous-officier, ou de militaire du rang sont principalement affectés en unités territoriales ou en état-major.

Auparavant, les réservistes étaient affectés au sein des Pelotons de Réserve de Gendarmerie Départementale (PRGD) et des Escadrons de Réserve de Gendarmerie Mobile (ERGM). Depuis 2015, des réservistes se retrouvent dans des Compagnies de Réserve Territoriale (CRT), suite à la fusion des ERGM et des PRGD. Il existe aujourd’hui plus de 367 compagnies au sein desquelles se trouvent parfois des Pelotons de Réserve de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie (PRSIG), des Pelotons de Surveillance et d’Intervention (PSI) et des Détachements de Surveillance et d’Intervention (DSI).

L’engagement, signé pour une durée d’un à cinq ans, est renouvelable chaque année et peut-être résilié à n’importe quel moment par chacune des deux parties. Le contrat engage le réserviste à effectuer au minimum 5 jours de réserve par an et 120 au maximum.

. Horaires et durée de travail : un réserviste opérationnel consacre en moyenne 23 jours par an à cette activité professionnelle. Il peut être appelé à n’importe quel moment et doit se tenir prêt à mener des interventions de jour comme de nuit, les week-ends et les jours fériés. Chaque activité fait l’objet d’une convocation.

Lorsqu’une mission accomplie pendant le temps de travail civil dure plus de cinq jours, le réserviste doit avoir l’accord de son employeur. Si celui-ci refuse le congé, il doit justifier sa décision et la communiquer au réserviste ainsi qu’à l’autorité militaire sous un délai de 15 jours.

2. Combien gagne un Réserviste de la Gendarmerie : salaire et évolution de carrière :

Un réserviste est payé sur la base d’une indemnité journalière en fonction de son grade, de 53€ nets par jour pour un gendarme adjoint à 183€ pour un colonel (2017). Le « salaire » évolue en fonction de la situation familiale du réserviste. Ces indemnités sont valables pour un militaire célibataire sans enfant à charge.

Il profite également d’indemnités de déplacement, d’alimentation et bénéficie d’un logement sur place. Il arrive néanmoins que le salaire ne soit perçu que deux ou trois mois après la période d’activité.

Lorsqu’un réserviste est en mission, son contrat de travail est suspendu et il ne perçoit pas de salaire de la part de son employeur, sauf lorsqu’un accord de maintient de salaire a été signé. Il conserve néanmoins ses droits de sécurité sociale, d’ancienneté et d’avancement de carrière.

Être réserviste est un atout pour devenir gendarme de carrière car il permet de passer le concours interne de sous-officier de la gendarmerie,  sans avoir le BAC. C’est un gros avantage pour les personnes sans diplôme, car le BAC est obligatoire si vous voulez devenir gendarme en passant le concours externe.

Pour obtenir le Diplôme d’Aptitude à la Réserve (DAR), un réserviste dispose d’un délai de trois ans après la signature de son Engagement à Servir dans la Réserve (ESR). Le DAR s’effectue en deux phases de quatre jours chacune. Ce n’est qu’après l’obtention du DAR qu’un réserviste gendarme adjoint peut bénéficier de l’avancement pour devenir brigadier de réserve puis brigadier-chef de réserve, maréchal des logis, gendarme, maréchal des logis-chef, adjudant, adjudant-chef, major, aspirant, sous-lieutenant, lieutenant, capitaine, chef d’escadron, lieutenant colonel et colonel.

Pour être nommé gendarme de réserve, le premier grade des sous-officiers, il est obligatoire de passer le diplôme d’Agent de Police Judiciaire Adjoint (APJA). Dès que ce grade est atteint, l’avancement est alors semblable à celui de l’armée active. Le réserviste connaît chaque année son avancement, en fonction de sa notation et de l’avis de sa hiérarchie. L’avancement tient compte de l’ancienneté des prétendants, de la notation de chacun d’eux, mais aussi des besoins en termes de gradés.

3. Comment devenir Réserviste de la Gendarmerie : études, formations, concours :

Pour être réserviste de la gendarmerie, il faut répondre aux critères suivants :
. être de nationalité française,
. avoir 17 ans minimum et maximum 40 ans pour les civils,
. avoir effectué le service national ou avoir suivi la JAPD ou la JDC,
. être en excellente condition physique et psychologique,
. avoir suivi une Préparation Militaire Gendarmerie (PMG) ou une Préparation Militaire Supérieure Gendarmerie (PMSG),
. détenir au minimum un BAC+2 pour les candidatures d’officier.

Si un candidat réunit l’ensemble de ces critères, il peut alors prendre contact avec un Centre d’Information et de Recrutement de sa région (CIR) ou déposer directement sa candidature dans la brigade de gendarmerie la plus proche de chez lui, ou encore remplir un formulaire sur internet pour être recontacté.

Il sera ensuite convoqué pour passer un test psychotechnique d’une journée, et qui se déroule en région.

Si son profil est retenu, le futur réserviste devra suivre une formation de 4 semaines : la Formation Opérationnelle du Réserviste Territorial (FORT).

Elle comprend une formation militaire initiale, une formation complémentaire d’aptitude à la réserve gendarmerie et une formation aux fonctions d’agent de police judiciaire adjoint. Elle a lieu à l’état-major de la région de gendarmerie du centre Val-de-Loire à Orléans. La formation se déroule de la manière suivante :
. 12 heures d’enseignement à distance pour acquérir la qualification d’APJA,
. 12 jours de Préparation Militaire Initiale (PMI),
. signature du contrat d’ESR,
. 12 jours de Formation Militaire Initiale du Réserviste (FMIR).

La réussite de ces différentes étapes est obligatoire pour obtenir le certificat d’aptitude à la pratique du tir, la qualification d’APJA, ainsi que le diplôme de gendarme adjoint de réserve et de pouvoir prêter serment.

4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir le Concours de Gendarme :

Si vous avez déjà le BAC et au maximum 35 ans, pourquoi ne pas directement devenir gendarme en passant le concours externe?

Vous pouvez préparer le concours tout seul en achetant des livres et des annales (cliquez-ici pour voir les livres disponibles). Mais pour augmenter vos chances d’être reçu au concours, la meilleure solution est de vous inscrire à une formation préparatoire.

Les Cours Servais proposent une formation à distance que vous pouvez suivre de n’importe quel endroit, quand vous le souhaitez, à votre rythme. Idéal quand si vous habitez une petite ville, si vous travaillez en parallèle, si vous voulez vous reconvertir ou si vous avez du mal à étudier tout seul sans cadre.

C’est une formation de qualité, 90% des élèves sont satisfaits de leur préparation au concours.

N’hésitez pas à demander une documentation gratuite en remplissant le formulaire ci-dessous, c’est sans engagement :

Contact - © Police-nationale.net

Scroll to top