You Are Here: Home » Devenir Officier Police Judiciaire de la Gendarmerie (OPJ)

Devenir Officier Police Judiciaire de la Gendarmerie (OPJ)


L’officier de police judiciaire de la gendarmerie nationale est un militaire, homme ou femme, qui est chargé de constater les infractions à la loi pénale, de rassembler des preuves et d’en rechercher les auteurs. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir officier de police judiciaire de la gendarmerie.

Synonymes et métiers associés : gendarme enquêteur, inspecteur de police, militaire, OPJ, détective privé, sous-officier de gendarmerie, gendarme en unité de recherche.
Niveau d’études ou diplômes requis : BAC+3.
Études en alternance : oui, formation rémunérée.
Salaire débutant : 1.600€ nets, primes possibles.
Statut : fonctionnaire de catégorie A de la filière police, sécurité, armée (militaire).
Limite d’âge pour le recrutement : 18 ans minimum et 35 ans maximum.

1. Que fait l’Officier de Police Judiciaire de la Gendarmerie : missions, tâches et fonctions :
2. Combien gagne un Officier de Police Judiciaire de la Gendarmerie : salaire et évolution de carrière :
3. Comment devenir OPJ de la Gendarmerie : études, formations, concours :
4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir le concours de Gendarme :

1. Que fait l’Officier de Police Judiciaire de la Gendarmerie : missions, tâches et fonctions :

L’officier de police judiciaire de la gendarmerie nationale travaille sous l’autorité et le contrôle des magistrats.

Les missions de l’officier de police judiciaire sont très variées. L’OPJ reçoit les plaintes et les dénonciations dans les domaines du crime, des délits et des contraventions. Par exemple, si une personne se fait agresser dans la rue, elle devra décrire les faits à l’officier pour qu’il puisse mener l’enquête et arrêter le coupable.

Le gendarme judiciaire constate également les crimes, délits et contraventions. Lorsqu’il est en patrouille, il est amené à voir de lui-même des vols, agressions, trafics, etc. Dans ce cas, il intervient pour arrêter les suspects et les mettre en garde à vue. S’il a un doute sur la dangerosité d’un individu (terrorisme, trafic, viol, etc.), il effectue un contrôle d’identité et les vérifications nécessaires (recherche de l’individu dans les fichiers de la gendarmerie pour connaître son passé judiciaire).

Sur demande du procureur de la république ou « d’office » (en cas de dépôt de plainte, de dénonciation ou de relevé d’infraction par les victimes ou un témoin), l’OPJ de la gendarmerie nationale procède à des enquêtes préliminaires. Ces enquêtes lui permettent de rétablir l’ordre sans passer par la prise en flagrant délit. Par exemple, si un témoin dit avoir vu un véhicule renverser une victime (délit de fuite et non-assistance à personne en danger), l’OPJ peut solliciter les personnes qualifiées pour valider le témoignage (faire venir un médecin pour examiner la victime), effectuer des perquisition et des saisies chez le présumé coupable (fouiller son logement), réaliser des auditions (écouter des témoins) ou encore faire des gardes à vue (privé un suspect de sa liberté pendant 24 à 96 heures pour qu’il reste à la disposition des autorités).

De par la nature de son travail, le militaire OPJ peut travailler dans diverses unités. Dans une Brigade de Recherche (BR), il se consacre aux enquêtes locales de petite délinquance (vol, tapage nocturne, excès de vitesse, etc.) en soutien des brigades territoriales. Dans une Section de Recherche (SR) ou un Groupe d’Intervention Régional (GIR), il s’occupe des affaires criminelles avec crime de sang et de la moyenne et grande délinquance (conduite en état d’ivresse, dégradations, menaces, braquages, meurtres, viols, escroqueries etc). Dans un Groupe d’Observation et de Surveillance (GOS), il réalise des missions de surveillance pour les unités de recherche (suivre un individu ou un groupe d’individus, observer les faits d’une institution etc).Enfin, l’OPJ peut travailler au sein d’une unité centrale de la gendarmerie :
. service technique de renseignements judiciaires et de documentation,
. institut de recherche criminelle,
. office central de lutte contre le travail illégal, de lutte contre la délinquance itinérante ou de lutte contre le trafic des biens culturels,
. office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique.

La profession compte presque uniquement des hommes mais il est tout à fait possible pour une femme de faire ce métier.

. Qualité essentielles / compétences requises : pour devenir OPJ, il faut savoir encadrer une équipe. Son esprit d’équipe et sa cohésion de groupe permettront au gendarme OPJ de mener à bien ses enquêtes et interpellations de terrain. De plus, le militaire doit être rigoureux et patient, pour s’adapter à tous types de situations. Notamment, les situations d’urgence demandant à l’officier de réagir rapidement et de garder son sang-froid. Au cours des interrogatoires, le gendarme est à l’écoute et possède un grand sens de la psychologie pour détecter les mensonges et les incohérences des suspects.

Il est impératif d’être en possession du permis B pour devenir OPJ. De nombreux déplacements sont à prévoir.

Connaître une langue étrangère peut être utile lorsque l’enquête prend une envergure internationale.

L’OPJ doit impérativement avoir un casier judiciaire vierge.

. Débouchés, recrutement, où exercer : les sous-officiers avec 3 ans de service en gendarmerie deviennent OPJ suite à la réussite à l’examen d’OPJ qui se prépare pendant une année de formation à l’École des Officiers de la Gendarmerie Nationale (EOGN de Melun). Les officiers et gradés de la gendarmerie départementale et des gendarmeries spécialisées ont tous la qualité d’OPJ.

Pour les candidats, la réussite de l’examen d’OPJ a plusieurs conséquences en termes de recrutement. Le nouvel OPJ peut rester en brigade territoriale comme gendarme ou comme gradé : il sera alors directeur d’enquête lors des investigations judiciaires, sous l’autorité du procureur. Il peut également faire le choix de demander son affectation dans une unité de la gendarmerie spécialisée dans le traitement des affaires judiciaires. Le gendarme OPJ peut également décider de concourir à l’avancement. En effet, pour devenir maréchal des logis-chef (premier grade au-dessus de celui de gendarme), il faut impérativement être OPJ.

Pour exercer la fonction d’OPJ, le gendarme doit avoir obtenu une habilitation délivrée par le procureur général. Sans cette habilitation, l’OPJ ne peut exercer les pouvoirs que lui confère la loi dans le cadre de la procédure pénale. Le document est valable uniquement sur le territoire où le gendarme exerce habituellement ses fonctions. Cette habilitation peut à tout moment être suspendue ou retirée selon les dispositions du code de procédure pénale (article R13 et R15-2).

. Horaires et durée de travail : les conditions de travail de l’officier de police judiciaire le conduisent à effectuer des horaires très variables en fonction des enquêtes. Il travaille de jour comme de nuit, les jours fériés et en fin de semaine (samedi et dimanche). Il peut travailler de nombreuses heures d’affilée lorsqu’il doit suivre un individu par exemple.

Panneau Gendarmerie

Enseigne de la Gendarmerie

2. Combien gagne Officier de Police Judiciaire de la Gendarmerie : salaire et évolution de carrière :

En début de carrière, un officier de police judiciaire gagne 1.600€ nets (1.800€ nets en région parisienne). En fin de carrière, son salaire est de 3.200€ nets par mois en moyenne.

Le gendarme qui a réussi l’examen d’OPJ reçoit tous les mois une prime du fait de ses nouvelles responsabilités.

Mais il peut gagner plus en décidant d’évoluer en interne aux grades supérieurs (il peut passer maréchal des logis-chef par exemple).

La gendarmerie nationale offre de nombreuses opportunités de spécialisation aux officiers de police judiciaire. La gendarmerie propose des formations adaptées aux OPJ dans son centre national de formation de police judiciaire (CNFPJ de Fontainebleau). L’OPJ pourra rejoindre une brigade de recherche (BR) ou encore une section de recherche (SR) au sein desquelles il deviendra, selon sa formation, technicien d’identification criminelle, spécialiste de la délinquance économique et financière, analyste en recherche criminelle, enquêteur environnement / écologie etc.

3. Comment devenir OPJ de la Gendarmerie : études, formations, concours :

Pour devenir OPJ de la gendarmerie nationale, il faut d’abord réussir le concours de sous-officier de la gendarmerie, puis passer au bout de 3 ans de service dans la gendarmerie minimum, faire une demande pour entrer à l’École des Officiers de la Gendarmerie Nationale (EOGN de Melun) pour préparer l’examen d’OPJ.

Les candidats à la formation d’OPJ doivent :
. être volontaire,
. être en situation d’activité,
. être titulaire du certificat d’aptitude technique,
. compter 3 ans de service dans la gendarmerie,
. ne pas avoir fait l’objet de manquements à l’honneur, à la probité et aux bonnes mœurs au cours des 2 années civiles et durant l’année en cours du dépôt de demande,
. ne pas avoir échoué 4 fois à l’examen technique d’OPJ,
. ne pas être affecté ou détaché à l’étranger.

Les demandes de formation au cycle de formation OPJ sont transmises par la hiérarchie du gendarme au commandant de région. Elles sont accompagnées d’un avis motivé du commandement qui décrit l’esprit d’initiative, l’aptitude à encadrer une équipe de deux à trois militaires et la capacité du candidat à suivre la formation.

Formation à l’école des officiers de la gendarmerie nationale (EOGN de Melun) :

Le lauréat du concours d’entrée à l’EOGN est formé aux spécificités de la police judiciaire. Il suit une préparation de 14 mois, en alternance avec les missions quotidiennes de son unité. Il reçoit une formation théorique et pratique qui lui donne les connaissances juridiques et techniques indispensables au métier d’OPJ. La formation comprend des périodes de stages d’instruction sur des périodes où le candidat ne travaille pas. Mais la formation demande un grand effort de la part du candidat puisqu’elle a majoritairement lieu en même temps que ses fonctions habituelles.

L’examen technique national d’OPJ :

Le diplôme d’OPJ ne s’obtient pas sur concours (pas de quota) mais suite à la réussite à l’examen d’OPJ qui a lieu tous les ans et qui vérifie les connaissances des candidats en droit pénal et procédures pénales. Tous les gendarmes qui réussissent l’examen obtiennent le grade d’OPJ.

Les candidats qui ne réussissent pas l’examen et qui sont volontaires pour suivre immédiatement un nouveau cycle de préparation, peuvent réintégrer la formation dès connaissance des résultats.

Désignations particulières de la qualité d’OPJ :

Il est également possible pour un sous-officier qui a 3 années de service, d’être désigné OPJ par un arrêté conjoint du ministre de la justice et du ministre de l’intérieur (après avis conforme en commission).

A titre exceptionnel, la qualité d’OPJ peut être délivrée sans examen technique, par arrêté conjoint du garde des sceaux, ministre de la justice et du ministre de la défense, au gendarme blessé dans le service à l’occasion d’une opération de police, pendant laquelle il a fait preuve d’un grand courage.

4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir le Concours de Gendarme :

Comme nous venons de le voir, pour devenir OPJ dans la gendarmerie, il faut d’abord préparer le concours de gendarme (sous-officier de gendarmerie). Mais ce concours est très sélectif, et votre réussite n’est pas du tout garantie. Pour atteindre votre objectif, une bonne préparation est indispensable.

Vous pouvez préparer le concours tout seul en achetant des livres (cliquez-ici pour voir les livres disponibles). Mais pour augmenter vos chances d’être reçu au concours et avoir un gros avantage sur les autres candidats, la meilleure solution est de vous inscrire à une formation préparatoire.

Les Cours Servais proposent une formation en ligne, que vous pouvez suivre de n’importe quel endroit, quand vous le souhaitez, à votre rythme. Idéal si vous habitez dans une petite ville, si vous travaillez en parallèle, si vous voulez vous reconvertir ou si vous avez du mal à étudier tout seul sans cadre.

N’hésitez pas à demander une documentation gratuite en remplissant le formulaire ci-dessous, c’est sans engagement :

Contact - © Police-nationale.net

Scroll to top