You Are Here: Home » Opérateur de Télésurveillance

Opérateur de Télésurveillance


L’opérateur de télésurveillance est subordonné aux agents de police municipale, il dépend du responsable du service de police municipale mais n’est pas lui-même policier municipal.

Les missions de l’Opérateur de télésurveillance :

La première mission de l’opérateur de télésurveillance est d’assurer une surveillance générale des lieux, des espaces et des bâtiments publics qui sont équipés de dispositif de vidéosurveillance. Cette mission de surveillance générale consiste à regarder les images des caméras afin d’identifier et d’alerter les policiers en cas de comportements ou d’éléments suspects repérés.

Selon le moment de la journée, certains secteurs sont plus surveillés que d’autres : le centre-ville, les établissements scolaires et les lieux de regroupement des jeunes comme les places, les abords des centres commerciaux, les terrains de sports ou les parcs.

Cette première mission relève de l’exercice de surveillance passive visant par un travail préventif à gérer le bon ordre et la tranquillité publique. On est bien là dans le cadre des missions dévolues au maire qui est le responsable de ce système municipal de vidéosurveillance.

La deuxième mission consiste à prendre les malfaiteurs éventuels en flagrant délit. L’opérateur en vidéosurveillance est alors actif, il utilise alors toute la technologie mise à sa disposition et les différentes fonctions des caméras : zoom arrière et avant, rotation de la caméra par exemple. Si ce ciblage découle de sa propre initiative on parle de surveillance active, et si ce ciblage découle d’une information des policiers municipaux, on parle alors de recherche active.

L’opérateur de télésurveillance doit intégrer à son travail les différentes directives reçues et la priorité dictée par les événements qui ont lieu dans la ville.

La troisième grande mission de l’opérateur de télésurveillance est la sécurisation des agents de police municipaux. Les opérateurs sont en effet chargés de les « sécuriser » lorsqu’ils interviennent dans le champ de vision de l’une des caméras. Ils sont d’ailleurs en communications radio régulière.

Une autre mission de ses missions est une part importante du travail quotidien des opérateurs consiste à répondre aux demandes venant des services de la police nationale comme la brigade anti criminalité, la brigade de service urbain et de service de voie publique) ou encore du service de police municipale.

Ces demandes peuvent être différentes: transférer une image au commissariat de police et surtout, assurer des relectures d’images à la demande des policiers nationaux. Cette relecture peut concerner un vol de voiture, un vol à la roulotte, un vol à la carte bleue, le jet d’un cocktail Molotov par un lycéen lors d’une manifestation… Il s’agit donc d’un travail quotidien pour les opérateurs.

Salaire et évolution de carrière de l’Opérateur de Télésurveillance :

En début de carrière, le salaire mensuel de l’opérateur de télésurveillance est de 1.300 euros brut.

L’opérateur de télésurveillance de la police municipale est une fonctionnaire de catégorie C. Il n’a aucune perspective d’évolution de carrière en tant qu’opérateur de télésurveillance mais sa carrière peut évoluer en agent de police municipale s’il réussit le concours.

Comment devenir Opérateur de Télésurveillance :

Il faut simplement être recruté à la mairie pour ce poste, il n’y a pas de concours et il n’est pas nécessaire d’être policier municipal.

En revanche une formation d’agent de sécurité peut être un plus, mais ce n’est pas essentiel non plus. Deux diplômes mènent au métier d’opérateur en télésurveillance :

– le CAP Agent de prévention et de sécurité (APS) qui se prépare en 2 ans après la classe de 3ème dans un lycée professionnel ou dans un établissement privé. Une période de formation en entreprise de 15 semaines est obligatoire.

– les Bac technologiques STI (Sciences et Technologies Industrielles) spécialité Génie électronique et Génie électrotechnique qui se préparent dans un lycée technique à partir d’une seconde générale ou technologie mais aussi après un BEP en passant par une 1ère d’adaptation.

Les trajectoires professionnelles des opérateurs de vidéosurveillance se caractérisent par leur diversité, leur niveau de formation initiale est très faible. Si l’emploi d’opérateur vidéosurveillance est un travail qui nécessite un savoir-faire technique et un regard spécifique, c’est un travail qui s’apprend essentiellement sur au fur et à mesure et par la diffusion des savoirs des collègues plus âgés et l’expérience qui s’accumule.

Aujourd’hui encore, il n’y a pas de diplôme, à l’échelle nationale, validant ces savoirs et construisant un une référence pour ce métier mais il y a seulement de simples modules expérimentaux de formation.

Contact - © Police-nationale.net

Scroll to top