You Are Here: Home » Devenir Officier de Police Judiciaire de la Police Nationale

Devenir Officier de Police Judiciaire de la Police Nationale


Un ou une Officier de Police Judiciaire (OPJ), mène des enquêtes de terrain sous l’autorité du ministère de l’intérieur. Il commande les opérations et dresse les procès-verbaux. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir officier de police judiciaire de la police nationale.

Synonymes et métiers associés : lieutenant de police judiciaire, inspecteur de police, opj de gendarmerie, gardien de la paix, commissaire de police.
Niveau d’études ou diplômes requis : BAC +3.
Études en alternance : oui, rémunérées 1.303€ nets par mois, la formation commence après la réussite du concours.
Salaire débutant : 1.800€ nets par mois à Paris et 1.600€ nets en province.
Statut : fonctionnaire de catégorie A de la filière police, sécurité, armée (militaire).
Limite d’âge pour le recrutement : 35 ans maximum sauf quelques exceptions.

1. Que fait l’Officier de Police Judiciaire : missions, tâches et fonctions :
2. Combien gagne un Officier de Police Judiciaire : salaire et évolution de carrière :
3. Comment devenir Officier de Police Judiciaire : études, formations, concours :
4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir le concours de Policier :

Brassard de Police

Brassard de la Police Nationale

1. Que fait l’Officier de Police Judiciaire de la Police Nationale : missions, tâches et fonctions :

Un officier de police judiciaire est sous l’autorité du ministère de l’intérieur. Il est adjoint du commissaire et s’occupe des missions de terrain. Il mène les enquêtes, commande des opérations et effectue des missions de surveillance. Il est à la fois dans l’action et dans l’exécution de tâches administratives relatives aux enquêtes. Il dresse ainsi des procès-verbaux, réalise des perquisitions et des auditions. Il prend ainsi part à la justice pénale et travaille sous le contrôle des magistrats. Les juges s’appuient sur la police judiciaire dans le cadre d’une enquête.

L’objectif d’un lieutenant de la police judiciaire est de faire constater des infractions et de collecter des preuves pour retrouver et interpeller les auteurs. Pour accomplir leurs missions, les OPJ ont le droit d’avoir recours à des gardes à vue, perquisitions et saisies. Ils exercent ce droit sous le contrôle de l’autorité judiciaire. Lors de la phase d’enquête, le contrôle est exercé par le procureur de la République et pendant l’instruction par le juge d’instruction.

Les pouvoirs qui sont attribués à un OPJ sont les suivants :

. constater une infraction à la loi pénale, rassembler les preuves et rechercher les auteurs avant l’ouverture d’une instruction,

. mener des enquêtes en matière de crimes et de flagrants délits,

. procéder à des enquêtes préliminaires,

. exécuter les délégations et les réquisitions des juges d’instruction lorsqu’une instruction est ouverte,

. recevoir les plaintes et les dénonciations,

. placer en garde à vue des personnes lorsqu’il y a une raison valable de les soupçonner d’avoir commis une infraction,

. effectuer des réquisitions, interroger des fichiers nominatifs, faire des constatations, mener des investigations par le biais de perquisitions et de saisies.

Lorsqu’une infraction est constatée, un lieutenant de police judiciaire a pour obligation d’en avertir le Procureur de la République dans les plus brefs délais et de lui faire parvenir le procès-verbal qu’il a lui même dressé.

Un lieutenant intervient sur différents types d’enquêtes :

. enquêtes locales de petite délinquance : vols, tapage nocturne, excès de vitesse, …

. affaires criminelles, de moyenne et de grande délinquance : conduite en état d’ivresse, dégradations de biens, menaces, braquages, meurtres, agressions, viols, escroqueries, …

. missions de surveillance dans le cadre de recherches : filatures, planques, …

Certains agents de la police judiciaires sont missionnés par un officier de police judiciaire mais n’ont pas la qualité d’OPJ. A l’inverse certains officiers de police judiciaire ne sont pas policiers.

Les officiers de police judiciaire sont presque tous des hommes, mais ce métier est ouvert aux femmes.

. Tenue et équipement : un officier de police judiciaire travaille en uniforme, mais il peut également intervenir en civil lorsqu’il souhaite se fondre dans la foule ou effectuer une filature. Il dispose d’une arme de service, qui peut s’apparenter à différents modèles de pistolets et de fusils, mais également à des armes non mortelles comme des matraques télescopiques, des flashballs, des tasers ou encore des grenades et des bombes lacrymogènes.

. Qualités essentielles / compétences requises : un officier de police judiciaire doit être à la fois patient et rigoureux pour faire aboutir ses enquêtes ou ses missions de renseignement et de surveillance. Il faut également être diplomate, à l’écoute et fin psychologue lors des interrogatoires ou pour recevoir les dépositions des plaignants.

Il doit également être réactif et maître de lui même lorsqu’il agit dans l’urgence. Il faut aussi qu’il soit prêt à se retrouver dans des situations dangereuses tout en restant professionnel.

Un officier doit être en excellente condition physique pour être à l’aise dans toutes les circonstances. Il doit également être prêt à travailler plusieurs heures d’affilé, de jour comme de nuit, par exemple lors de filatures. Afin de mener ses hommes et de diriger ses équipes, il doit aussi savoir imposer son autorité.

. Débouchés, recrutement, où exercer : plusieurs nouvelles mesures ont réduit les effectifs et le recrutement d’officiers de police judiciaire. Il en existe aujourd’hui environ 12.000 (2017), dont 18 % de femmes. Il n’y a qu’une quarantaine de postes ouverts au concours externe, c’est à dire aux non-fonctionnaires.

Un officier de police judiciaire de la police nationale ne peut faire usage de sa qualité d’OPJ que lorsque le travail qui lui est attribué nécessite cette fonction. Tous les emplois de la police nationale ne permettent pas à un OPJ d’exercer en tant que tel.

. Horaires et durée de travail : un OPJ peut être amené à travailler en horaires décalés, c’est à dire de jour comme de nuit, les week-ends et les jours fériés. Il fait rarement les 35 heures et effectue régulièrement des heures supplémentaires. Lorsqu’il est amené à réaliser des planques, il ne compte pas ses heures.

Voiture de la Police Nationale

Véhicule de la Police Nationale ©Eryand

2. Combien gagne un Officier de Police Judiciaire de la Police Nationale : salaire et évolution de carrière :

En début de carrière, un officier de la police judiciaire gagne 1.600€ net par mois en province, et 1.800€ à Paris. Après être monté en grades, il peut espérer percevoir un salaire de 3.200€ nets mensuels.

Un OPJ peut gravir les échelons et monter en grades grâce à la promotion interne. Lorsqu’il a effectué cinq années de service, il peut être promu capitaine, puis commandant.

Il a également l’opportunité de passer le concours interne de commissaire de police après quatre années d’exercice.

3. Comment devenir Officier de Police Judiciaire de la Police Nationale : études, formations, concours :

Pour devenir officier de police judiciaire, il faut tout d’abord réussir le concours d’entrée à l’Ecole Nationale Supérieure des Officiers de Police (ENSOP). Il existe un concours interne, un concours externe et un accès par voie professionnelle. Les sélections ont lieu chaque année au mois de mars.

Pour participer au concours externe, il est impératif de répondre aux critères suivants :

. détenir un niveau BAC+3, de préférence juridique, sauf si le candidat peut justifier de trois années d’activité dans la même catégorie socioprofessionnelle, ou de deux ans pour ceux qui ont un diplôme inférieur à celui demandé,

. ne pas avoir plus de 35 ans, sauf pour les sportifs de haut niveau et les parents élevant seuls des enfants ou en ayant plus de trois,

. être de nationalité française,

. être en excellente condition physique,

. être de bonne moralité, avoir un casier judiciaire vierge et avoir rempli son service national ou la journée défense et citoyenneté (JADP).

Le concours interne est quant à lui ouvert aux fonctionnaires qui exercent une activité placée sous l’autorité du ministre de l’intérieur depuis au moins quatre ans.

L’ensemble des candidats doivent également satisfaire les critères fixés lors de la visite médicale.

. la vue doit être de quinze dixième pour les deux yeux avec, au minimum, cinq dixième pour un œil. S’il y a une correction, sa puissance ne doit pas excéder trois dioptries pour atteindre la limite de quinze dixièmes.

. mesurer au minimum 1,60 mètres. Aucune condition de taille n’est cependant exigée pour les anciens inspecteurs de police et les enquêteurs.

. ne pas avoir de maladie évolutive qui puisse ouvrir un droit à un congé de longue maladie ou de longue durée.

. ne souffrir d’aucune séquelle liée à une pathologie cardiaque, cancérologique, neurologique ou bien psychiatrique. Il existe une exception pour une incapacité permanente partielle jusqu’à 10 %, liée à d’autres maladies.

. il faut être déclaré médicalement apte à un service actif de jour comme de nuit, comprenant le risque d’être exposé au mauvais temps et de devoir effectuer de nombreux déplacements de longue durée.

. l’indice de masse corporelle (IMC), doit obligatoirement être compatible avec les missions confiées aux agents de la police nationale.

. avoir un résultat négatif au dépistage de l’usage de produits illicites.

Pour préparer le concours d’entrée, des classes préparatoires intégrées accueillent les candidats en difficultés sociales au sein de l’ENSOP. Il est possible de se présenter au concours d’entrée autant de fois que souhaité.

Concours externe d’Officier de Police Judiciaire de la Police Nationale :

Admissibilité :

. Dissertation sur un sujet de culture générale : politique, économique, enjeux sociaux en France et dans le monde depuis 1900 à nos jours (durée 4 heures, coefficient 4).

. Argumentaire pour résoudre un cas pratique à partir d’un dossier documentaire administratif pouvant contenir des graphiques et des données chiffrées (durée 4 heures, coefficient 3).

. Questionnaire à choix multiples ou à réponses courtes pour évaluer les connaissances générales liées à l’actualité politique française et internationale, mais aussi au fonctionnement des institutions gouvernementales et à celui des services de la police nationale (durée 1 heure, coefficient 3).

. Questionnaire à choix multiples ou à réponses courtes sur le droit administratif générale et ou sur les libertés publiques (durée 1 heure, coefficient 2).

. Épreuve sur le droit et la procédure pénale (durée 3 heures, coefficient 2).

Pour participer aux épreuves de pré-admission, le candidat doit avoir obtenu un minimum de 112 points lors des épreuves d’admissibilité.

Pré-admission (coefficient 3) :

. Parcours d’habilité motrice

. Test d’endurance cardio-respiratoire.

Les notes inférieures à 7 sur 20 sont éliminatoires.

Admission :

. Epreuve écrite psychotechnique pour évaluer le profil psychologique du candidat (durée 3 heures).

. Parcours pour évaluer la gestion du stress du candidat placé dans une situation imprévue, à l’aveugle avec des bruits parasites. Le jury remplit une grille d’observation avant de s’entretenir avec le candidat (durée 10 minutes, coefficient 2).

. Mise en situation individuelle portant sur un cas pratique tiré au sort par le candidat qui doit analyser la problématique d’un dossier et exposer ses hypothèses aux examinateurs (durée 1 heure comprenant 30 minutes de préparation, coefficient 4).

. Entretien avec le jury pour échanger sur une question d’actualité tirée au sort par le candidat (durée 1h10 dont 35 minutes de préparation, coefficient 5).

. Epreuve orale de langue étrangère choisie lors de l’inscription parmi l’allemand, l’anglais, l’espagnol ou l’italien (durée 15 minutes, coefficient 3).

Une note inférieure à 5 sur 20 est éliminatoire. Les grilles d’observation psychologique sont prises en compte par le jury pour prendre une décision finale.

Concours interne d’Officier de Police Judiciaire de la Police Nationale :

Admissibilité :

. Les épreuves sont similaires à celles du concours externe. Pour le second questionnaire à choix multiple, le candidat peut choisir le sujet lors de son inscription : droit pénal, procédure pénale, droit pénal spécial, déminage.

Pré-admission :

. Les épreuves sont les mêmes que celles du concours externe.

Admission :

. Les épreuves sont là encore similaires à celles du concours externe.

Voie d’accès professionnelle :

Première phase : épreuve écrite d’orientation professionnelle (durée 3 heure) divisée en deux parties :

. questionnaire à choix multiple pour vérifier les connaissances professionnelles (note sur 20),

. test écrit pour évaluer l’expression et la réflexion du candidat.

Après cette première épreuve, le jury sélectionne les candidats qui présenteront un dossier professionnel.

Seconde phase : dossier professionnel.

Le candidat compose un dossier pour présenter au jury ses compétences et son expérience. Le jury retient plusieurs candidats qui participeront au stage probatoire et à un entretien.

Troisième phase : stage probatoire (noté sur 110 points).

Tests psychotechniques, mises en situations professionnelles, individuelles et de groupe.

Quatrième phase : entretien avec le jury national (durée 30 minutes).

Tous les candidats ayant participé au stage sont convoqués. A l’issue des entretiens et avec les résultats des épreuves précédentes, le jury sélectionne les candidats retenus pour suivre la formation d’élève officier de police.

Les lauréats du concours d’entrée à l’ENSOP doivent ensuite suivre une formation de 18 mois au sein de l’école qui se situe en région parisienne. Cette formation est rémunérée 1.303€ nets par mois. La détention du permis B est un autre critère essentiel pour obtenir la titularisation.

4. Recevoir une documentation gratuite pour réussir le Concours de Policier :

Comme on l’a vu précédemment, il y a très peu de places disponibles pour le concours externes d’Officier de Police Judiciaire de la Police Nationale.

On vous recommande donc de passer dans un premier temps le concours de gardien de la paix, puis de passer le concours d’officier en interne.

Le concours de gardien de la paix est un concours très demandé, il est donc indispensable d’être très bien préparer pour le réussir.

Vous pouvez préparer le concours tout seul en achetant des livres (cliquez-ici pour voir les livres disponibles). Mais pour augmenter vos chances d’être reçu au concours, et avoir un gros avantage sur les autres candidats, la meilleure solution est de vous inscrire à une formation préparatoire.

Les Cours Servais propose une formation en ligne pour préparer le concours de gardien de la paix. L’avantage est de pouvoir suivre la préparation de n’importe quel endroit, quand vous le souhaitez et à votre rythme. Idéal si vous habitez une petite ville, si vous travaillez en parallèle, si vous avez des enfants, si vous voulez vous reconvertir ou si vous avez du mal à étudier tout seul sans cadre.

C’est une formation de qualité, 90% des élèves sont satisfaits de leur préparation au concours.

N’hésitez pas à demander de suite une documentation gratuite en remplissant le formulaire ci-dessous, c’est sans engagement :

Contact - © Police-nationale.net

Scroll to top