You Are Here: Home » Gendarme en Montagne

Gendarme en Montagne


Le gendarme en montagne appartient à une unité spécialisée de la gendarmerie. Il peut être affecté en peloton de montagne (PGM) ou en peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM). Il est enquêteur mais aussi secouriste et il a toutes les qualités requises pour intervenir dans le milieu dangereux que représente la montagne.

Les missions :

Le gendarme en montagne travaille avec du matériel opérationnel pour mener à bien ses différentes missions, parmi elles :

– Porter secours aux personnes en détresse. Le gendarme en montagne doit détenir le brevet de secouriste.

– Partir à la recherche des personnes qui ont disparues, qui sont perdues ou décédées en montagne

– Assurer la surveillance de la zone montagneuse.

– Mener l’enquête sur les circonstances d’un accident de montagne notamment pour les atteintes corporelles et les blessures ou quand des professionnels sont mis en cause.

– Vérifier que les lois en vigueur et la réglementation relatives à la montagne sont bien observées et respectées, dans le cas contraire il rapporte les infractions et verbalise. Il est aussi chargé de la répression des atteintes à la faune et à la flore de montagne.

– Assurer des campagnes de prévention à destination du public pour éviter les accidents.

– Assister et participer aux réunions relatives à la sécurisation du domaine skiable, des refuges de montagne, à l’ouverture ou à la fermeture des routes etc.

– Effectuer des expertises de toutes sortes sur demandes des magistrats.

Le gendarme de montagne doit garder un excellent niveau technique et une condition physique adaptée à la nature de ses missions. Pour cela, tout au long de son service dans un peloton de gendarmerie de montagne ou de haute montagne, il doit suivre régulièrement des stages notamment axés sur le secours en montagne.

Pour être opérationnel en permanence, et quand il ne part en mission ou en stage, le gendarme de montagne participe à des simulations d’accidents, pratique le ski et l’escalade par tous les temps.

Salaire et évolution de carrière :

Les salaires dans la gendarmerie sont déterminés suivant une grille bien précise qui dépend du nombre d’années d’ancienneté du gendarme et de sa situation familiale.

Le salaire mensuel d’un gendarme va de 1.563 euros à 2.333 euros net. Il se situe entre 2.756 et 3.094 pour un major.

S’il le souhaite, un sous-officier de gendarmerie peut passer toute sa carrière au sein d’un peloton de montagne ou de haute montagne tant que ses aptitudes médicales, physiques et techniques répondent aux exigences de ce travail éprouvant. Sinon, il peut rejoindre une unité départementale « classique ».

Un officier de gendarmerie qui est affecté une ou deux fois pour diriger un PGHM est ensuite affecté dans une autre unité : souvent en zone montagne.

Les conditions pour devenir Gendarme en Montagne :

Le gendarme qui veut intégrer un peloton de montagne ou de haute montagne doit être déclaré apte à la fonction par un médecin et réussir des épreuves de présélection qui se déroulent au centre national d’instruction de ski de et d’alpinisme de la gendarmerie à Chamonix.

Ces épreuves durent trois jours et permettent de vérifier les capacités du candidat. Elles comprennent :

– Une course de fond chronométrée.

– Un test de recherche de personne en utilisant une machine adaptée à cette mission : le candidat doit réussir dans le laps de temps prédéfini.

– Une descente de ski alpin sur piste et hors-piste.

– Un parcours d’escalade sur paroi artificielle avec maniement du matériel et des cordes.

Le gendarme qui passe ces différentes épreuves avec succès est affecté soit :

– En escadron mobile de montagne

– Brigade territoriale de montagne

– Brigade territoriale de haute montagne

Il devra ensuite se porter volontaire pour suivre la formation spécifique nécessaire.

La formation se fait en trois étapes et commence par des épreuves éliminatoires :

– Formation de base montagne qui dure quatre semaines. A la fin de celle-ci, le gendarme est capable de se déplacer sans risque en zone escarpée et reçoit le certificat élémentaire de montagne.

– Formation de la technicité montagne avec d’une part le diplôme technique de montagne qui s’obtient après huit semaines de formation et permet au gendarme de faire son travail en moyenne montage, et d’autre part le brevet technique de montagne qui s’obtient en dix semaines de formation qui permet aux gendarmes de diriger une cordée en haute montagne.

– Formation de la spécialité montagne qui peut être suivie seulement après l’obtention d’un des deux titres techniques précédents. Le niveau est très haut et ceux qui réussissent sont affectés en PGM ou en PGHM. C’est là que le gendarme suivra la formation de secouriste, puis une formation aux brevets d’États d’aspirant guide et de guide de haute montagne et moniteur de ski de premier degré, et enfin une formation juridique.

Contact - © 2011 - 2013 Police-nationale.net

Scroll to top