You Are Here: Home » Les Compagnies Départementale d’Intervention, et de Sécurisation (CDI, CSI)

Les Compagnies Départementale d’Intervention, et de Sécurisation (CDI, CSI)


Les Compagnies Départementales d’Intervention (CDI), anciennement appelées Sections Départementales d’Intervention (SDI), et appelées Sections d’Intervention (SI) dans les petites Directions Départementales de Sécurité Publique (DDSP), sont des services opérationnels départementaux de la police nationale. Leur mission principale consiste à maintenir et à rétablir l’ordre public.

Il existe également des Compagnies de Sécurisation et d’Intervention (CSI), et des Compagnies d’Intervention (CI), qui détiennent les mêmes missions au sein de leur département, mais qui interviennent davantage dans la lutte contre la criminalité.

1. Historique et présentation des CDI et des CSI :
2. Les Missions des CDI et des CSI :
… 2.1 Les principales missions des CDI et CSI :
… 2.2 Les groupes spécialisés des CSI :
… 2.3 Exemples d’interventions des CDI et CSI :
3. Organisation des CDI et CSI :
… 3.1 Les Compagnies Départementales d’Intervention, et Sections d’Intervention :
… 3.2 Les Compagnies de Sécurisation et d’Intervention :
4. Équipement, armes et véhicules des CDI et CSI  :
… 4.1 Uniforme et tenue des CDI et CSI :
… 4.2 Armes des CDI et CSI :
… 4.3 Véhicules des CDI et CSI :
5. Comment rentrer dans une CDI ou CSI : concours, formation, recrutement, salaire :
6. Recevoir une documentation gratuite pour réussir les Concours de la Police Nationale :

Compagnies Départementales d'Intervention

Compagnie Départementale d’Intervention lors d’une manifestation sociale ©Jules78120

1. Historique et présentation des CDI et des CSI :

Les Compagnies Départementales d’Intervention (CDI) sont des services départementaux de police. Elles dépendent donc de la police nationale et de la direction centrale de la sécurité publique. Les CDI sont des unités permanentes qui assurent la sécurité publique. Dans les petites Directions Départementales de Sécurité Publique (DDSP), elles sont appelées Sections d’Intervention (SI). On les connaît également sous leur ancien nom : Sections Départementales d’Intervention (SDI).

Il existe également d’autres services départementaux de police semblables aux CDI, comme les Compagnies de Sécurisation et d’Intervention (CSI), et les Compagnies d’Intervention (CI) qui dépendent quant à elles de la Direction de l’Ordre Public et de la Circulation (DOPC).

Les CDI ont des missions semblables à celles des Compagnies Républicaines de Sécurité (CRS), mais n’interviennent qu’au niveau départemental. Leurs interventions consistent principalement en des services d’ordre, des missions de surveillances, ou encore des transferts. On en trouve sur l’ensemble du territoire national.

La principale différence entre CDI et SI concerne les effectifs. Les SI comptent en effet beaucoup moins de policiers dans leurs rangs.

Les CSI sont quant à elles davantage spécialisées dans la lutte anti criminalité et les violences urbaines. Au début, il n’en existait qu’à Paris mais on en trouve aujourd’hui dans toute la France. Elles sont plus connues sous le nom de Compagnies de Sécu ou encore CS. Il s’agit d’unités de police urbaine qui dépendent :

. de la Préfecture de Police pour les unités de Paris et de banlieue parisienne,
. de la direction centrale de la sécurité publique pour les unités de province.

L’objectif de ces CSI est de renforcer la sécurité au sein des quartiers et de la capitale, mais aussi de seconder les autres services de police lors de violences urbaines ou d’événements sensibles.

La création de la première CSI date de décembre 2003. Il s’agit de la compagnie de sécurisation de Paris. C’est le ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy, qui en est à l’origine. Cette CSI, créée au sein de la direction de la police urbaine de proximité, est alors placée sous la responsabilité du préfet de police. A l’époque, elle ne comptait que 150 personnes. Ses missions consistaient à veiller à la sécurité dans les quartiers sensibles, mais aussi à prendre part à certaines actions spécifiques comme des opérations de contrôles routiers aux côtés des douanes, ou des plans anti-vols à main armée. Certains membre de la CSI pouvaient également être envoyés aux avant-postes d’une Compagnie Républicaine de Sécurité (CRS), lors de manifestations et d’émeutes.

Il faut attendre septembre 2008 pour qu’une seconde CSI voit le jour. Il s’agit de la compagnie de sécurisation et d’intervention de Bobigny, constituée à l’époque de 113 agents. Ses missions s’étendent également à Raincy, Saint-Ouen, Villetaneuse, et Noisy-le-Sec. Il arrive aussi qu’elle soit sollicitée en cas d’émeutes ou d’importantes manifestations dans des régions voisines. En 2009, la CSI de Bobigny est déplacée dans de nouveaux locaux à Aulnay-sous-Bois.

Les CSI sont aujourd’hui plus d’une dizaine réparties sur tout le territoire.

2. Les Missions des CDI et des CSI :

Les compagnies départementales d’intervention et les compagnies de sécurisation et d’intervention participent à la lutte contre la criminalité et veillent à la sécurité publique et au maintien de l’ordre.

Leurs actions ressemblent à celles menées par les CRS, à la différence qu’elles se limitent au niveau départemental.

2.1 Principales missions des CDI et CSI :

. Renforcer les effectifs de la police locale : qu’il s’agisse des polices de quartier, de la Brigade Anti-Criminalité (BAC) locale ou encore de la BAC départementale. Les agents d’une CDI interviennent au sein des différents districts et des circonscriptions de sécurité publique du département dans lequel ils opèrent.

. Veiller au maintien ou au rétablissement de l’ordre lors de violences urbaines ou d’émeutes. Lors de ces interventions, les CDI et les CSI jouent le même rôle que les CRS.

. Sécuriser les quartiers dits sensibles en faisant des patrouilles régulières.

. Maintenir l’ordre et veiller à la sécurité lors de grands événements : il peut s’agir de manifestations sportives (matchs de foot, etc.) ou sociales (grèves, défilés), mais aussi de manifestation culturelle comme des spectacles qui rassemblent une foule importante, ou encore des évènements politiques (rencontre de chefs d’États, etc.).

. Assister certains services judiciaires : comme le Groupe d’Intervention Régional (GIR), la Brigade de Sûreté Urbaine (BSU), la Sous-Direction de la Police Judiciaire (SDPJ), la Sûreté Départementale (SD), ou encore la brigade des STUP, notamment lors de perquisitions ou d’interpellations nocturnes à domicile. C’est par exemple le cas du groupe de nuit de la CDI de la Seine-Saint-Denis, créé en 2009.

. Aider au bon déroulement des opérations judiciaires et des reconstitutions de la scène d’un crime.

. Mettre à exécution les décisions de justice : comme par exemple l’évacuation d’un campement sauvage de migrants.

. Escorter les personnes en détention qui doivent être présentées devant la justice.

. Réaliser des missions de sécurité routière : comme par exemple des contrôles de vitesse ou d’alcoolémie.

Les missions d’une CSI sont peuvent être légèrement différentes sur certains points. Elle lutte également contre toutes les formes de violence et de criminalité comme le trafic de cigarettes, les cambriolages, la vente à la sauvette. Les CSI garantissent également le maintien de l’ordre lors de rassemblements sur la voie publique.

2.2 Groupes Spécialisés des CSI :

Les CSI sont dotées de différentes sections et groupes spécialisés, chacun d’entre eux ayant des missions spécifiques :

. La Section de Policiers à Moto : leur mission principale consiste à réaliser les filatures de personnes suspectées de vouloir commettre un délit ou une infraction. Ces motards de la police ont reçu une formation particulière pour pouvoir remplir cette mission. A Marseille, les policiers de cette section sont surnommés les ninjas.

. Le Groupe de Soutien Opérationnel (GSO) : ce groupe est souvent sollicité par les services d’investigation de la Direction de la Sécurité de Proximité de l’Agglomération Parisienne (DSPAP) pour intervenir lors d’interpellations à risque. Les policiers de ce groupe sont formés pour pénétrer rapidement dans un domicile afin de sécuriser la perquisition ou l’interpellation qui doit avoir lieu, et permettre aux autres services de police d’intervenir sans danger.

. La Section Delta : les membres de cette section ont pour mission de circuler en civil afin de mener des filatures, des opérations de surveillances, ou d’interpeller les délinquants en flagrant délit. Il arrive également qu’ils soient sollicités par la DSPAP.

. La Cellule d’Identification des Violences Urbaines (CIVU) : le rôle de cette cellule est de repérer et de surveiller les personnes violentes qui sèment le trouble lors de manifestations sur la voie publique. Pour cela, ils s’infiltrent discrètement en civil dans la foule pour prendre des photos qui serviront de preuves pour interpeller et condamner les auteurs d’infractions et de délits.

. La Cellule Mobile d’Assistance Technique (CMAT) : cette cellule est composée de techniciens et d’experts qui conçoivent et mettent en œuvre des dispositifs de caméras autonomes qui servent à collecter des preuves d’infractions et à interpeller les délinquants. Ces agents ont également pour mission d’identifier les voitures volées et de retrouver leur origine afin de remonter et démanteler les réseaux de voleurs et de receleurs de voitures. Les policiers de la CMAT travaillent pour cela aux côtés d’autres services de police.

Les CSI comprennent également 3 unités « tenues » (ALPHA, BRAVO, CHARLIE) qui viennent en renfort de la police locale, une unité cynophile composés de policiers maîtres chien, et une unité logistique (transmissions, gestion opérationnelle, moyens techniques).

2.3 Exemples d’interventions des CDI et CSI :

Les CDI et les CSI ont participé à des événements médiatisés. En 2007, la compagnie de sécurisation de Paris est par exemple présente aux côtés des CRS pour contenir et sécuriser les manifestations anti-CPE. C’était également le cas lors des émeutes de la Gare du Nord cette même années, ou celles de Villiers-le-Bel.

En avril 2008, la CSI de Paris a également était sollicitée pour prendre part au dispositif de sécurité mis en œuvre tout au long du parcours de la flamme olympique.

En 2014, c’est également la CSI-75 qui est intervenue lorsque deux braqueurs ont attaqué la bijouterie Cartier du 8ème arrondissement de Paris. Lors de cet événement, les malfaiteurs ont pris en otage la responsable de la boutique avant de s’enfuir en scooter. A l’issue de cette cavale, les deux braqueurs ont à nouveau pris en otage le gérant d’un salon de coiffure du 15ème arrondissement. L’un des individus était armé d’une kalachnikov. Les deux hommes ont fini par se rendre aux forces de police.

Plus récemment, en février 2016, les policiers d’une compagnie départementale d’intervention de Guadeloupe ont interpellé quatre personnes résidant dans une maison où des armes à feu, un gilet pare-balle, une dizaine de téléphones portables, des motos et des scooters volés, mais aussi 800g de crack, un pain de cocaïne et de grosses sommes d’argent ont été découverts.

Logo de la Police Nationale

3. Organisations des CDI et CSI :

Il existe de nombreuses CDI, SI et CSI sur le territoire, elle sont réparties de cette façon :

3.1 Les Compagnies Départementales d’Intervention, et Sections d’Intervention :

. CDI-06 : située à Nice,
. le groupement départemental de sécurisation et d’intervention (GDSI-10) : située dans l’Aude,
. CDI/CS-13 : située à Marseille,
. SI-80 : située à Amiens,
. la Brigade Départementale d’Intervention (BDI-30) : située à Nîmes,
. CDI-33 : située à Bordeaux,
. SI-42 : située à Saint-Etienne,
. CDI-57 : située à Metz,
. SI-54 : située à Nancy,
. CDI-59 : située à Lille,
. CDI-69 : située à Lyon,
. CDI-76 : située à Rouen-Le Havre,
. CDI-77 : située à Meaux (Base nord) et Vaux-le-Penil (base sud),
. CDI-95/CS95 : située à Montmorency et Cergy,
. CDI-971 : située à Pointe-à-Pitre,
. CDI-972 : située à Fort-de-France,
. CDI-973 : située à Cayenne,
. CDI-974 : située à Saint-Denis.

3.2 Les Compagnies de Sécurisation et d’Intervention :

Depuis 2007, plusieurs CSI apparaissent sur l’ensemble du territoire et fusionnent avec d’anciens CDI :

. CSI-13 : située à Marseille,
. CSI-31 : située à Toulouse,
. CSI-67 : située à Strasbourg-Entzheim,
. CSI-75 : située à Paris,
. CSI-77 : située à Meaux,
. CS-78 : située à Limay,
. CS-91 : située à Grigny,
. CSI-92 : située à Nanterre,
. CSI-93 : située à Aulnay-sous-Bois,
. CSI-94 : située à Créteil,
. CS-95 : située à Cergy et renommé Unité de Sécurisation et d’Intervention (USI-95) en 2014,
. CSI-92 : ex CDI-92,
. CSI-94 : ex CDI-94.

Les CDI de Paris sont toutes devenues des CSI. Il faut savoir qu’à Paris il existe trois groupes de compagnies composés, chacun, de deux CI :

. 11ème CI,
. 12ème CI,
. 21ème CI,
. 22ème CI,
. 31ème CI,
. 32ème CI.

L’unité en tenues, elle même composée de trois compagnies.

. ALPHA,
. BRAVO,
. CHARLIE.

Les unités et groupes spécialisés, composée de plusieurs groupes et unités dont certains membres travaillent en civil :

. Groupe Moto : qui compte également trois groupes qui agissent en tenue ou en civil,
. Groupe de Soutien Opérationnel (GSO),
. Cellule d’Identification des Violences Urbaines (CIVU),
. Section Delta,
. Cellule Mobile d’Assistance Technique (CMAT),
. Groupe de Lecture Automatique des Plaques d’Immatriculation (LAPI),
. Unité Cynophile,
. Unité Logistique : composée de trois sections (transmissions, gestion opérationnelle, moyens techniques spécifiques).

4. Équipement, armes et véhicules des CDI et CSI  :

4.1 Uniforme et tenue des CDI et CSI :

Lorsque les policiers d’une CDI ou d’un CSI interviennent pour maintenir l’ordre, il portent un uniforme similaire à celui des CRS.

La tenue anti-émeute ignifugée est généralement composé :

. d’une casque avec visière et protège nuque,
. d’un gilet pare-coups,
. de protection aux avant-bras, épaules, jambes,
. de gants,
. de bottes renforcées,
. d’un masque à gaz,
. d’un bouclier,
. d’une matraque.

Certains d’entre eux portent également des mini-caméras clipsées à leur uniforme ou à leur casque. Ces caméras permettent par exemple de collecter des preuves lors d’émeutes.

Il existe cependant une différence visuelle sur le casque : celui des CRS affiche une bande jaune, alors que celle des CDI et des CSI est bleue. Autre différence, l’écusson de poitrine portée par les unités opérationnelles départementales correspond à celui de la police nationale.

Tous les agents des unités opérationnelles départementales ne travaillent pas en uniformes. Ceux qui interviennent lors de missions de filatures ou de surveillances sont en civil.

Les équipements des policiers de ces compagnies départementales dépendent aussi de l’unité dont ils font partie. Les policiers à moto portent par exemple des gilets tactiques équipés de plusieurs poches. Ces gilets souples permettent de ranger les menottes, les armes et les radios sans gêner les mouvements des agents. Et la brigade cynophile possède un équipement spécifique au travail avec des chiens.

Maitre Chien Police Nationale

Chien de la Police Nationale pendant un entrainement.

4.2 Armes des CDI et CSI :

Tous les policiers des CDI et des CSI sont équipés d’armes létales (mortelles) et non létales (non mortelles).

. armes létales : des pistolet comme le Sig-Sauer SP 2022, des fusils d’assaut, et des fusils de précision.

. armes non-létales : des grenades lacrymogènes, des grenades à main de dés-encerclement, des grenades à effet de souffle et des grenades lacrymogènes lancées à la main ou grâce à des lanceurs de grenades, des bâtons de défense, et des lanceurs de balle de défense comme des flashballs.

4.3 Véhicules des CDI et CSI :

Les unités opérationnelles départementales ont à leur disposition plusieurs véhicules banalisés (pour les filatures) et sérigraphiés à effigie de la police pour être bien visible.

Il s’agit de motos et scooters :

. Yamaha TDM 900,
. Yamaha FZ6 Fazer et FZ6,
. Yamaha T-Max,
. Yamaha X-Max.

Elles disposent aussi de voitures :

. Ford Focus,
. Renault Clio, Scénic ou Mégane,
. Citroën C4,
. Peugeot 308 berline et des SW,
. Ford Mondeo en berline et en break.

Certains CDI et les CSI possèdent également des fourgons Renault Trafic et des Renault Mascott conçus spécialement pour pouvoir transporter plusieurs policiers, ainsi que du matériel.

5. Comment rentrer dans une CDI ou CSI : concours, formation, recrutement, salaire :

Pour intégrer une compagnie départementale d’intervention ,ou une compagnie de sécurisation et d’intervention, il est nécessaire d’être gardien de la paix ou officier de police.

Les Concours de la Police :

. Concours de Gardien de la paix (niveau BAC ou équivalent) : ce concours est composé d’épreuves écrites d’admissibilité, et d’épreuves orales d’admission. Les lauréats du concours sont formés pendant un an au sein d’une école de la police nationale.

. Concours d’Officier de la Police Nationale (niveau Licence ou équivalent) :  il est lui aussi composé d’épreuves d’admissibilité et d’admission. La formation dure 18 mois.

NB : si vous n’avez aucune diplôme, il est possible de rentrer dans la police nationale en tant que cadet de la république ou adjoint de sécurité, puis de passer le concours de gardien de la paix en interne.

Si c’est l’aspect maintien de l’ordre pendant des violences urbaines qui vous attire, n’hésitez pas à jeter un coup d’oeil à la fiche métier de CRS et à la fiche métier de gendarme mobile, qui sont des métiers similaires.

Recrutement dans une CDI ou CSI :

Les gardiens de la paix et les officiers peuvent rejoindre une compagnie départementale d’intervention lorsque des postes sont ouverts. Les commissariats de police sont avertis quand c’est le cas, et il est alors possible de soumettre sa candidature.

Les candidats doivent passer des tests physiques et psychologiques. Les expériences de terrain sont prises en compte et ont beaucoup d’importance pour être recruté.

Salaires des policiers des CDI et CSI :

Quand au salaire d’un policier d’une CDI ou d’une DSI, il dépend de son grade et de son échelon.

Un gardien de la paix peut gagner entre 1.143 nets et 1.680 nets mensuels. Quant à un officier de la police nationale, il perçoit entre 1.600€ et 3.200€ nets mensuels par mois.

Ces salaires ne comprennent pas les primes et les indemnités qui représentent un bon complément de rémunération.

6. Recevoir une documentation gratuite pour réussir les Concours de la Police Nationale :

Comme nous venons de le voir, pour travailler dans une compagnie départementale d’intervention ou dans une compagnie de sécurisation et d’intervention, il faut d’abord réussir un concours d’entre dans la police nationale.

Mais ces concours étant très demandés, il est indispensable d’être très bien préparer pour le réussir car il y a beaucoup de concurrence entre les candidats.

Vous pouvez préparer les concours tout seul en achetant des livres (cliquez-ici pour voir les livres disponibles). Mais pour augmenter vos chances d’être reçu au concours, et avoir un gros avantage sur les autres candidats, la meilleure solution est de vous inscrire à une formation préparatoire.

Les Cours Servais propose des formations en ligne pour préparer les concours de la police nationale. L’avantage est de pouvoir suivre la préparation de n’importe quel endroit, quand vous le souhaitez et à votre rythme. Idéal si vous habitez une petite ville, si vous travaillez en parallèle, si vous avez des enfants, si vous voulez vous reconvertir ou si vous avez du mal à étudier tout seul sans cadre.

C’est une formation de qualité, 90% des élèves sont satisfaits de leur préparation au concours.

N’hésitez pas à demander de suite une documentation gratuite en remplissant le formulaire ci-dessous, c’est sans engagement :

Contact - Mentions Légales © Police-nationale.net

Scroll to top